Archives de
Étiquette : immigrants

Sortie : un fort beau séjour

Sortie : un fort beau séjour

… au Fort Beauséjour.

Pardon. Ce jeu de mots était beaucoup trop foireux pour ne pas être tentant.

Corbeau Nicky Larson Canada Nouveau-brunswick initiative stratégique candidats des provinces candidature moncton résidence permanente 2

Ceux qui ont grandi dans les années 1980 DOIVENT reconnaître ce corbeau. 50 geek points à eux.

Vers la fin du mois de décembre, alors que le soleil n’avait pas gratifié Moncton de sa présence depuis ce qui semblait une éternité, il fit une réapparition aussi surprenante et brève qu’un come-back de Gilbert Montagné.

N’écoutant que son envie de sortir et sa carence en vitamine D, Martine s’est précipitée sur son fidèle destrier pour aller visiter un joli petit site à la frontière avec la Nouvelle-Écosse : le Fort Beauséjour.

Carte map Fort Beauséjour aulac canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants brune

Fort construit par les Français en 1751, il tombera au mains des Anglais en 1755. À l’heure actuelle, il ne reste pas grand chose, sinon des fondations en étoile, de la mousse orange et une jolie vue sur la baie de Fundy. Par beau temps, c’est une jolie balade à 30 minutes de Moncton par l’autoroute, et 1 heure par la route panoramique du littoral de Fundy via Sackville, Dorchester et Memramcook, que je conseille aussi. Si le centre d’interprétation est fermé en hiver, le site est parfaitement accessible, parfaitement désert et ouvert à tous les vents (huhu) (vous allez vite comprendre).

_1060882_1060902 _1060860 _1060861 _1060874 _1060885 _1060887 _1060897

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tu sais que c’est l’hiver au Canada quand…

Tu sais que c’est l’hiver au Canada quand…

Tu sais que là, c’est vraiment l’hiver canadien quand…

  • tu as déjà dégivré ton pare-brise de l’intérieur
  • tu ne prends pas ta voiture parce que tu en as marre de la dégivrer en allant au boulot. Et en partant du boulot.
  • tu prends ta voiture tous les deux jours quand même, pour faire tourner la batterie
  • tu n’as plus vu le sol depuis trois semaines, caché sous une épaisse couche de neige
  • ta ville dégaine les chamallows à griller au coin du braséro et le chocolat chaud gratuits lors des événements
  • tu rends compte que le concept du « verglas » est très galvaudé en France.
  • tu mets le chauffage. À partir de -15°C extérieurs. Avant, ce n’est pas vraiment l’hiver.
  • tu prends une deuxième paire de chaussures au bureau pour ne pas mettre de la neige fondue partout
  • il y a des deux types de météo : la neige et le beau temps
  • tu es déjà sorti.e en tenue de ski sans aller au ski
  • ton chat a élu domicile sous une lampe de chevet

hiver canada chat résidence permanente candidats des provinces initiative stratégique moncton nouveau new brunswick

  • tu as déjà eu une goutte au nez gelée (dans un grand moment de solitude)
  • tu ne regardes plus que les prévisions de température ressentie
  • tes cheveux et ton écharpe givrent sous ton souffle
  • ta phrase préférée pour retrouver tes amis est devenue « On va à la patinoire ? »
  • tu laisses ta luge et tes raquettes dans le coffre pour tes balades du week-end
  • tu as déjà conduit avec des gants parce que le volant était trop froid
  • tu as déjà vu plus de neige qu’en trois hivers français
  • tu te maquilles une fois au bureau, car le mascara signale son aversion envers les écarts de température en bavant généreusement
  • tu utilises le siège chauffe-croupion de ta voiture en regrettant de ne pas avoir de démarreur à distance
  • toute ta tenue est en puissance de 2 : deux bonnets, deux paires de gants, deux pantalons, quatre pulls
  • Martin met des chaussons, ce qui ne peut être le signe que d’une apocalypse frigorifique imminente.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Petit réveillon entre amis

Petit réveillon entre amis

Pour le nouvel an, au lieu de perpétuer notre tradition qui consiste à trouver l’hébergement insolite le plus éloigné du monde (yourte au fond de la Loire, gîte dans les Alpes bernoises…), nous avons eu la joie d’être invités par Hélène, Thibaud et Noë de Direction Nouveau-Brunswick.

Nous avons eu la chance de passer une sympathique soirée entre bel apéro réveillonnatoire, discussions endiablées, papouillage de chat et concours de tirs au pistolet Nerf.

Ni Michel Drucker ni Arthur n’étant là pour nous aider à passer le cap de la nouvelle année, nous nous sommes rabattus sur la chaîne météo. Avec un décompte tout ce qu’il y a de moins festif, nous sommes entrés en 2015 sur… une prévision de tempête. C’est ça le Canada !

Bref, une bien jolie soirée en bonne compagnie !

_1060919 _1060920 _1060922 nouvel an réveillon au canada lyon moncton canada nouveau brunswick candidats des provinces résidence permanente chat 3 nouvel an réveillon au canada lyon moncton canada nouveau brunswick candidats des provinces résidence permanente chat 4 nouvel an réveillon au canada lyon moncton canada nouveau brunswick candidats des provinces résidence permanente chatToujours prêt pour mitrailler les cadres de nos hôtes !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
À table !

À table !

Comme vous le savez peut-être, les Anglo-Saxons ont tendance à manger très tôt par rapport aux normes françaises, vers 17 h. Et bien que francophone, le Nouveau-Brunswick n’échappe pas à cette règle, et c’est ainsi que nous choquons régulièrement des Canadiens en expliquant dîner (« souper », ici) vers 20 h.

Il est vrai que quand il fait noir à 16 h 30, la soirée semble longue et on a souvent l’impression d’être au milieu de la nuit alors qu’il n’est que 19 h.

Et alors, que mangent-ils, les Canadiens, à 17 heures ?

Ils mangent des aliments inconnus en France. [Et qui n’ont aucune chance de s’y exporter, si vous voulez notre avis] Mus par une volonté d’intégration et un goût prononcé pour l’aventure, nous ramenons de chaque virée au supermarché au moins un aliment inconnu, bizarroïde, ou les deux.

En apéro, pourquoi pas des chips goût cornichons à l’aneth ? Ou macaroni au fromage et jalapenos ?

WP_002806WP_002804

Si on est pressés, on se contente d’une pizza. À tout et n’importe quoi, la pizza, sauf au reblochon. ÉVIDEMMENT.

WP_002844

En revanche, si on a le temps, on peut cuisiner avec amour un bon petit plat protéiné comme une omelette de blancs, on s’en voudrait de manger trop gras avec des méchants jaunes d’œufs plein de cholestérol. La santé, c’est important.

WP_002797En accompagnement, des légumes : il faut manger SANTÉ, on vous dit. Pour cela, rien de tel qu’une bonne courge blanche.

WP_002841

Oups, c’était un petit navet. On peut le frire si on trouve ça trop fade, ce n’est pas le choix de panures qui manque. Miel et ail glacé ce soir, ça vous va ?

WP_002825 Si on n’aime pas les navets, on peut manger des pommes de terre sous forme de frites, généreusement nappées de sauce à poutine.

WP_002801

En fromage, la norme est à la réinterprétation des fromages français à la sauce canneberge, jalapenos ou cheddar.

WP_002833

WP_002835

Ou à leur massacre pur et simple [une partie de nous est révoltée au traitement de ce pauvre brie, et une autre a envie de goûter… juste pour témoigner].

WP_002832

En dessert, si on a mis les petits plats dans les grands on préparera une tarte garnie à la myrtille, ou à la courge. Déjà toute prête, la myrtille ou la courge.

2014-12-08 16.11.58

Ou alors de la gelée, c’est plutôt facile, il n’y a qu’à choisir le parfum.

2014-12-08 16.12.26

En cas de fringale nocturne, rien de tel qu’une bonne tartine de cannelle.

WP_002843Ou de beurre de cacahuètes au chocolat, ou parfum granola, parce que le beurre de cacahuètes nature, c’est un peu fade et pauvre en calories, vous ne trouvez pas ?

2014-12-08 16.15.29Et pour arroser tout ça, un peu de Tropicana canneberges ?

2015-01-02 12.48.20

Bon appétit !

Et si quelqu’un saurait m’expliquer : quand on dîne (SOUPE, on te dit) à 17 h, comment faire pour ne pas mourir proprement de faim à 22 heures?

canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants brune

Cet article est à peu près aussi réaliste qu’un Canadien entrant dans un supermarché français et déduisant que l’on mange tous des chips de banane en apéro, de la tartiflette en conserve en entrée, des escargots avec des salsifis sauce Nantua en plat principal, et de la crème Mont-Blanc pistache au miel de lavande en dessert, le tout arrosé de génépi.

Une prochaine fois, on vous parlera de tous les trésors alimentaires qu’on ne trouve qu’ici, pour notre plus grand plaisir.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Et tout ça, combien ça a vraiment coûté : histoire de budget

Et tout ça, combien ça a vraiment coûté : histoire de budget

Maintenant que nous sommes installés et que les formalités ont pris fin (ne reste plus que Martin trouve un emploi et tout sera parfait, on croise tous les doigts pour l’entretien qu’il va passer cette semaine), nous pouvons embrayer sur les conseils de vieux schnocks à destination des futurs immigrants, ou des petits curieux.

La question qui est, sinon sur toutes les lèvres, du moins dans tous les esprits : combien ça coûte, cette affaire ?

[– Psst… t’es sûre qu’on doit vraiment tout dire ?

– Ce serait mieux pour ne pas donner d’illusions aux personnes qui s’engagent dans la voie de l’immigration, non ?

– Oui mais bon, on en a déjà parlé, et l’argent c’est tabou, on en viendra tous à bout…

– Ce sont des critères français, au Canada on peut parler d’argent, paraît-il ! ]

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur notre budget lié au déménagement : les frais engendré par les formalités, le transport des différents intervenants (nous deux, le chat et les meubles) et par notre installation sur le premier mois. Parce qu’il est dur de se faire une idée précise de ce qui nous attend, financièrement parlant, quand on souhaite changer de continent.

En amont

Transport

  • Conteneur (avec assurance) : 8 300 €
  • Billets d’avion : 840 €
  • Transport félin (cage et billet) : 215 €

Voiture

  • Voiture : 10 000 $
  • Immatriculation au NB et taxes diverses : 900 $
  • Assurance voiture : 128 $ mensuels
  • Obtention du permis canadien : 90 $
  • Plein toutes les deux semaines : 30$ environ

Logement

  • Deux semaines en AirBnB : 830 €
  • Loyer et caution : 1350 $ (caution = un loyer)
  • Internet : 83 $ mensuels
  • Énergie NB (eau chaude, électricité) : environ 50 $ mensuels et 260 $ de caution remboursable
  • Téléphone portable : environ 75 $ à nous deux, 25$ de caution remboursable
  • Patins à glace : 5$ à l’Armée du Salut (indispensables pour s’intégrer !)

Total : 28 000 $, soit environ 20 000 €.

[Interruption momentanée du service pendant que nous nous remettons de cette constatation]

Ah oui. Quand même.

Autant dire qu’on était complètement un peu à l’ouest avec notre précédente chronique sur la question, qui estimait le coût de l’immigration à environ 10 000 €. C’est ce qu’exige le gouvernement canadien, mais il y a fort à parier que vous allez allègrement dépasser cette somme. C’est certes un peu la ruine, mais pas catastrophique pour autant, car cette somme est indispensable à une bonne installation. Et puis, nous sommes convaincus qu’il est possible qu’entre 10 000 et 28 000$, on trouve un juste milieu.

_1060859Par exemple, pas besoin de s’acheter tout de suite un mini-tank comme celui-ci. Par contre, tu ne couperas aux bois de renne et au nez rouge de Rudolphe.

Par exemple, as-tu vraiment besoin de tous tes meubles, de la marmite à chevreuil de ton arrière-grand-mère et de ta collection de pin’s ? Probablement pas, et c’est toujours quelques milliers d’euros de gagnés ! Sinon, tu peux aussi couper la poire en deux, et n’emporter que des meubles qui te tiennent vraiment à cœur dans un conteneur partagé (en gros, tes pin’s de 1993, tu peux les laisser à Emmaüs).

Ne pas emporter de meubles te permet aussi de choisir un appartement sans contrainte de surface et donc potentiellement plus petit. Et qui dit plus petit, dit généralement moins cher, même si nous nous méfierions des logements trop bon marché mais terriblement mal isolés, gage d’une facture de chauffage qui crèvera le plafond à coup sûr.

_1060538La maison à six chambres pourra attendre un an ou deux.

Ou encore, en magasinant ta voiture mieux que nous, en prenant ton temps, tu peux trouver moins que 10 000$. Nous tenions à avoir une voiture assortie d’une garantie mais finalement, nous ne sommes pas persuadés que cela en vaille la peine, puisqu’elle ne couvre au final pas grand chose. Par contre, impossible d’échapper aux taxes.

Sinon, tu peux aussi simplement te passer de voiture, même si ça demande de l’organisation : si tu penses que ce déménagement va te faire passer le goût des voyages pendant les sept prochaines années, habiter au centre de Moncton et y travailler est envisageable, il y a un supermarché accessible à pied et Champlain n’est qu’à un petit quart d’heure de marche. Ne pas avoir de voiture, c’est ne pas payer d’assurance voiture, de pleins d’essence, de parking au centre-ville (horriblement cher)… Tu peux te contenter de louer une voiture quand tu auras envie de bouger.

Il est facile de se dire qu’emménager au Nouveau Brunswick entraîne forcément l’achat d’une nouvelle voiture, la location d’un conteneur, la souscription à tous les services domestiques de base… Mais il n’y a pas UNE unique liste à cocher de l’immigration qui serait universelle : chacun ses besoins, faites des calculs pour votre situation et vous pourriez faire des économies. Pour nous, ces choix se matérialisent pas le fait de ne pas avoir le câble, de téléphone résidentiel, d’assurance habitation ou de mutuelle (non obligatoires pour l’instant). Chacun son style et son train de vie !

En résumé : votre PEL va souffrir, mais c’est pour la bonne cause. Le prix prohibitif des billets d’avion charme si particulier de Moncton vous coupera de toute façon toute envie de repartir pendant quelques mois !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Joyeux Noël avec la compil des fêtes

Joyeux Noël avec la compil des fêtes

HO ! HO ! HO !

JOYEUX NOËL LES PETITS !

Dans notre hotte cette année, la compilation de tous les tubes de Noël préférés de toutes les générations, à se passer en boucle pour avoir les oreilles qui saignent le sourire et la chaleur des fêtes dans nos coeurs jusqu’à l’année prochaine !

  • Jingle Bell Rock, LA chanson qui passe partout à toute heure du jour et de la nuit
  • Let it snow
  • It’s beginning to look a lot like Christmas
  • It’s the most wonderful time of the year
  • et enfin ce beau chant sacré de Laurent Paquin :

http://youtu.be/r2hHeU2ejBM

La préférée de Martine :

Sans oublier la chanson préférée de Martin :

Nous vous souhaitons un très joyeux réveillon de Noël et une belle journée demain !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tranches de vie n°4 : Winter is Coming

Tranches de vie n°4 : Winter is Coming

Cela fait longtemps que nous n’avons fait de tranches de vie : c’est parti pour un nouvel épisode en mode hivernal !

À la faveur d’une sortie avec le MAGMA, organisme d’aide à l’installation où Martin prend des cours d’anglais, nous sommes partis en direction du Colisée de Moncton, pour une rencontre au sommet : WILDCATS DE MONCTON contre CAP-BRETON ! GO CATS GO !!

Ahum. On se prend vite au jeu.

Surtout quand même cette petite salle met le paquet au niveau ambiance sonore, à grands renforts de vieux tubes de hard-rock que Martine n’aurait pas reniés dans sa jeunesse, d’animateur survolté et d’interludes tous plus joliment absurdes les uns que les autres (qui a dit « américains » ?)… Trois heures de sport qui se sont terminées sur une victoire des Cats à domicile. Nous avons fait une jolie découverte, un sport très vif qui donne au foot des allures de combat d’escargots.

_1060513_1060519

Fin novembre, nous avons essuyé notre première tempête de neige ! Est qualifiée de tempête toute chute de neige de plus de 25 cm en 24 heures, et ce même en l’absence de blizzard, de brouillard, de visibilité incertaine… Notre petite tempête se résumait à beaucoup de gros flocons, sans le côté dramatique. On aurait presque été déçus… jusqu’au moment de dégager la voiture !

tempête de neige nouveau brunswick moncton candidats des provinces initiative stratégique blog résidence permanenteWP_002746

WP_002763

 Oh, et il a fait -18°C. Notre double vitrage s’en souvient.
_1060615_1060577

Toujours dans l’esprit de Noël, nous avons assisté à la parade de Noël de la ville, à laquelle 100 000 personnes ont assisté, soit presque l’équivalent de la population de la ville. Mazette ! C’est avec étonnement et émerveillement que nous vu défiler devant nous nombre de chars aux participants généralement dotés de bois de rennes, de bonnets de Pères Noël, sans oublier les trucks décorés pour l’occasion, car pourquoi les trucks n’auraient pas droit eux aussi à la magie de Noël ?

_1060427  _1060423

Le 8 décembre, pour célébrer la fête des lumières lyonnaise à notre façon, nous avons allumé des lumignons sur le rebord de notre fenêtre. Loin des grandes animations tapageuses de la capitale rhodanienne, c’est avec un peu de nostalgie envers cette belle fête que nous avons regardé brûler nos cinq lumignons. Cinq, pas plus, le détecteur de fumée étant excessivement strict.

_1060617

Martine est désormais bénévole pour Carma, association qui stérilise les chats errants et en donne certains à l’adoption. Elle espère d’ailleurs devenir bientôt famille d’accueil pour pauvre petit chat orphelin tout mignon. Du coup, elle cuisine des gâteaux pour lever des fonds en faveur de l’association. Comme des « red carrot muffins », par exemple. À la carotte rouge, également appelée betterave. Un délice !

_1060722

Faute de pouvoir fêter nos habituelles noces de raclette, en souvenir de ce beau 21 décembre où nous nous unîmes dans la liesse et la raclette, nous nous sommes adaptés aux conditions locales et avons donc fêté nos noces de poutine :

WP_002849-bis

Pour finir, nous vous laissons sur des images d’ambiance festive.

WP_002848

WP_002773

_1060682

WP_002588

WP_002727

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pense-bête à l’usage de l’expatrié : côté canadien

Pense-bête à l’usage de l’expatrié : côté canadien

Après le pense-bête côté départ, on a pensé qu’un pense-bête côté arrivée serait utile. Comme nous sommes locataires, je n’ai pas mentionné les formalités d’achat d’un logement.

Reprenons : on vous avait quittés à l’aéroport, aussi frétillants qu’angoissés…

Dans l’avion

  • ne pas paniquer
  • ne pas sauter de joie partout dans les allées
  • essayer de dormir

Le jour de l’arrivée

La première semaine

  • obtenir le Numéro d’Assurance Sociale, le NAS, sans lui, point de salut, ni de travail, de sécu ou de permis de conduire
  • acheter une voiture si ce n’est déjà fait
  • souscrire une assurance auto
  • immatriculer la voiture auprès de Service NB sous dix jours pour régler les différentes taxes
  • fixer les plaques d’immatriculation sur le char (les serre-câbles, ça marche bien)
  • prendre une carte prépayée mobile en attendant d’avoir un compte bancaire pour prendre un abonnement
  • acheter du crédit sur Skype, littéralement imbattable pour les appels internationaux
  • appeler la famille pour les narguer rassurer

Les deux premières semaines, à faire dans l’ordre

  • ouvrir un compte en banque
  • trouver un logement
  • demander l’affiliation à Medicare (la sécu)*
  • échanger son permis de conduire français contre un permis du NB *

*sans justificatifs de domicile (bail, RIB), impossible d’obtenir Medicare ou le permis de conduire : fais dans l’ordre, on te dit !

  • souscrire un contrat chez Énergie NB (eau chaude, électricité)
  • souscrire un abonnement Internet
  • éventuellement souscrire un abonnement câble et téléphonie résidentielle
  • souscrire un vrai forfait téléphonique mobile
  • se signaler aux associations d’aide à l’installation
  • mettre son blog à jour pour les hordes de fans en délire qui attendent des nouvelles

Le premier mois

  • aller dédouaner son conteneur
  • récupérer ton conteneur
  • déballer les cartons comme si c’était Noël
  • se signaler au Consulat
  • éventuellement souscrire une assurance habitation (facultative pour les locataires)
  • éventuellement souscrire une assurance médicale privée (qui sera bientôt obligatoire de toute façon)
  • s’immatriculer auprès de Revenu Canada si on monte une entreprise, fût-elle autonome (AHEM Martine, qu’attends-tu ?)
  • commencer les recherches d’emploi ou reprendre son activité autonome
  • réactiver les contacts du voyage exploratoire
  • débuter le réseautage
  • débuter les cours d’anglais si besoin

Les mois suivants

  • s’inscrire à une association pour sociabiliser (attention : on attend Medicare avant de reprendre la boxe thaï ou le vélo sur verglas)
  • voir les possibilités de bénévolat si c’est ton truc
  • adopter les traditions locales
  • rencontrer d’autres immigrants, essayer d’élargir son cercle
  • compléter ses placards avec des articles canado-compatibles : bottes de pluie, manteau résistant à -50°C, sirop d’érable

WP_002749

Les bottes de pluie, c’est en plastique, c’est moche, ça va avec rien mais ça peut te sauver la vie. Surtout en cas de tempête de pluie.

Au bout de trois à six mois

  • recevoir sa carte Medicare : à toi le sport !
  • recevoir sa carte de résident permanent : à toi le champagne !
  • demander une carte de crédit : en tant que poussins fraîchement débarqués d’Europe, nous n’avons pas d’historique de crédit à mettre sous la dent de notre conseiller bancaire en arrivant. Mets ton orgueil de trentenaire au placard et accepte de revenir à la carte Mozaic de tes 16 ans l’espace de quelques mois. De toute façon, 1/tu n’as pas le choix et 2/ tu as toujours une carte Visa/Mastercard française, non ? Bon.
  • prendre l’accent acadien en titi, icitte on parle comme ça de même, là.

On a oublié des choses ? Viens nous dire ça en commentaire !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
On ne badine pas avec les décorations de Noël

On ne badine pas avec les décorations de Noël

Les fêtes de fin d’année approchent, et ça se voit.

Ici, la période des fêtes débute le deuxième lundi d’octobre, et englobe des célébrations toutes plus variée les unes que les autres (et pas forcément festives, coucou le 11 novembre) :

  • l’action de grâce (Thanksgiving, le 13 octobre cette année)
  • Halloween (31 octobre)
  • le jour du souvenir (11 novembre)
  • le vendredi fou (Black Friday, le 29 novembre cette année)
  • Noël
  • l’Après-Noël (26 décembre, férié)
  • le nouvel an

Bref, de belles réjouissances. Pour marquer le coup, de belles illuminations envahissent les jardins petit à petit dès le 12 novembre pour atteindre au mois de décembre une sorte de paroxysme hystérique surfant sur une déferlante clignotante.

Toi qui as installé un sapin, l’as décoré avec une guirlande lumineuse, as mis quelques bougies à ta fenêtre, voire suspendu une guirlande extérieure au-dessus de ta porte d’entrée, je te le donne en mille : tu as l’air minable. Pour les standards français, tu fais partie du haut du panier. Au Canada, si tes guirlandes lumineuses ne représentent pas la consommation annuelle d’électricité au Malawi, tu es un pauvre type.

WP_002770WP_002771

Voici comment bien t’y prendre pour les fêtes 2015.

Le minimum syndical, c’est de mettre ta maison aux couleurs de Noël (rouge, blanc et vert). Tu as le droit de réutiliser tes lumières pour la fête nationale italienne, c’est pratique.

_1060664

Même si tu ne célèbres pas forcément Noël, les motifs hivernaux sont encouragés : fausses stalactites de glace lumineuses, animaux autochtones et flocons sont les bienvenus. Parce qu’au Canada, on manque un peu de stalactites de glace, d’animaux des bois et de flocons.

_1060657_1060697

Sans oublier les sucres d’orge. Et par contre, si tu célèbres Noël, place ton sapin DEVANT la fenêtre. Sinon, ça ne sert à rien [avec notre sapin au milieu du salon, on se sent bien misérables].

_1060641

Maintenant que tu maîtrises les bases, tu peux passer à l’étape 2 et commencer à cumuler : sucres d’orge, sapin bien en vue, lumières de saison, couronnes sur la porte…

_1060652_1060703

Sans oublier le Père Noël en personne. Ho ho ho !

_1060658

S’il est plus grand que ta maison, c’est encore mieux.

_1060704

Si tu habites dans un endroit particulièrement sombre, tu peux aussi faire en sorte que ta maison soit vue à quelques kilomètres à la ronde. Et ouvrir une boutique de guirlandes lumineuses une fois les fêtes terminées.

_1060711

Ou faire une petite compétition lumineuse avec ton voisin (celui de gauche a perdu, manifestement).

_1060690

Mais n’oublions pas l’esprit de Noël, et rien de tel pour souhaiter de joyeuses fêtes à ton voisinage qu’une rangée de Pères Noël miniatures sur fond de renne lumineux sur fond de sucres d’orge sur fond de cascades lumineuses ! Joyeuse cécité !

_1060707

canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants bruneRassurez-vous, en fait, on est complètement jaloux. Dès l’an prochain, nous aussi, on aura notre Père Noël gonflable géant et notre déluge de guirlandes lumineuses. Voire notre propre son et lumière ?

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Les Liebster Awards

Les Liebster Awards

C’est avec une fierté teintée de joie que nous venons d’apprendre la nomination de notre blog aux Liebster Awards. Nous sommes touchés et souhaitons donc remercier notre imprésario, notre maison de disques et surtout la yétie qui nous a nominés !

Mais les Liebster Awards, c’est quoi ? Dans le fond, c’est la version 2.0 des chaînes qu’on s’envoyait par mail ados pour soit-disant mieux connaître les autres et surtout parler de nous (si tu as moins de 30 ans, tu VOIS de quoi je veux parler). Dans le cas présent, c’est une façon de faire connaître des petits blogs qui ont moins de 200 fans, et de parler des blogs des copains.

Et comme finalement, on aime bien parler de nous, on accepte volontiers de relever le défi Liebster Awards.

j-ai-ete-taguee-pour-le-liebster-award nouveau brunswick canada candidats de sprovinces résidence permanente initiative stratégique francophone

Le principe :

  • Lister 11 faits à propos de toi
  • Répondre aux 11 questions de la personne qui vous a nominé
  • Écrire ses propres 11 questions !
  • Choisir 11 autres nominés !

Argh, pas facile. Comme on est des petits joueurs, on va un peu adapter les règles, OK ?

Révéler 8 faits à propos de notre blog :

  1. on ne s’appelle pas vraiment Martin et Martine
  2. après le blog sur l’immigration, on montera peut-être un autre blog toujours sur le thème du Canada… Affaire à suivre !
  3. Martine voulait faire un blog dès le début des procédures mais a rongé son frein plusieurs mois de peur que ça nous porte la poisse
  4. on a choisi un nom rigolo côté français mais qu’on assume moins côté canadien
  5. on a toujours un ou deux articles d’avance
  6. on reçoit des questions de lecteurs toutes les semaines, et ça nous fait extrêmement plaisir ! Merci !
  7. on ne sait pas vraiment qui nous lit, mais de plus en plus de nouveaux venus s’abonnent à notre lettre d’information et à notre page facebook (bienvenue !)
  8. par contre, personne ne nous aime sur Hellocoton ni Expat-Blog
  9. on totalise 14 000 pages vues depuis le début, avec une moyenne de 60 visites et environ 200 pages vues quotidiennes.

Répondre aux questions de la yétie (c’est Martine qui s’y colle)

  1. Pourquoi as-tu choisi ce nom de blog ou ce pseudo ? Les Néo-Brunswi…quoi parce que c’est franchement imprononçable de prime abord et qu’en France personne n’en a jamais entendu parler, du Nouveau-Brunswick.
  2. Pourquoi as-tu lancé un blog ? Conquérir le monde des blogs d’immigration et être publiée Hormis le côté 3615 MAVIE, pour essayer de répondre aux questions que peuvent se poser les futurs immigrants, donner des vrais chiffres, des vrais noms, des vraies infos, tout ce qu’on a eu plus ou moins de mal à trouver pendant nos propres démarches.
  3. Ce que tu aimes avec Internet et les blogs ? Leur potentiel de procrastination intersidéral. Et c’est aussi une plate-forme d’expression incomparable, un superbe moyen de prendre du recul sur ce qu’on voit et vit.
  4. Quels sont tes films préférés ? DRAGOOOOOOONS ! Dragons, Dragons et Dragons !
  5. Quel est ton péché mignon ? Les châtaignes. Le fromage. Le sucré. Ahem. Je suis gourmande et ça se sait…
  6. Le plus grand bonheur pour toi ? Avoir des projets et les concrétiser, que ce soit au niveau professionnel ou surtout personnel (le Canada, un bel exemple d’ailleurs).
  7. Ton plat favori ? Ça ne fait pas doublon avec la question 5, ça ? Probablement une bonne raclette ou tartiflette végétariennes. J’aime bien les edamame, sinon.
  8. La musique/chanson que tu écoutes tout le temps ! L’album Smash des Offspring et la chanson éponyme m’accompagnent depuis toujours.
  9. Un pays, un lieu qui te correspond ? Le Japon, j’adore, j’y suis allée deux fois et je ne compte pas m’en tenir là. Sinon, il paraît que le Canada c’est pas mal…
  10. Ce que tu fais VRAIMENT dans la vie ? Je suis traductrice à mon compte, je traduis des rapports d’organisations internationales et des livres plutôt axés jeunesse/livres pratiques. Sinon, je passe mal de temps à essayer de créer des trucs, que ce soit par l’écriture, la couture, le bricolage…
  11. Tes aspirations pour le futur ? Ce que tu aimerais ABSOLUMENT réaliser un jour : demain, dans 10, 20 ou 80 ans ? Faire le tour du monde et plein de grands voyages, élever un samoyède, vivre en autarcie dans une ferme et monter mon propre zoo sur le thème des animaux mignons, avec des pandas roux, des labradors, des loutres et des bébés phoques. Et puis à force de bosser, je finirai bien par vivre de la traduction littéraire.

Écrire 8 questions (normalement c’est à ce moment-là qu’on se dit que c’est un peu relou, quand même, ces histoires de chaînes…)

  1. Que sais-je ?
  2. Où cours-je ?
  3. Dans quel état gère ?
  4. Pour être sérieux deux minutes : pourquoi tu blogues ?
  5. Quelles sont tes sources d’inspiration ?
  6. Tu as combien de visiteurs/visites mensuels ?
  7. Quels sont les blogs que tu lis tous les jours ?
  8. Qu’est-ce que ton blog t’apporte ?

Les 5 nominés sont :

Bon courage et désolée, hein !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !