Archives de
Étiquette : acadie

Tranches de vie : petits et grands changements / n°3

Tranches de vie : petits et grands changements / n°3

Beaucoup de changements ont eu lieu récemment dans le quotidien de Martin et Martine, changements en apparence insignifiants mais qui veulent dire beaucoup pour nous.

Martin a reçu son nouvel ordinateur. Vous saurez peut-être que Martin est un joueur invétéré, cyberdépendant, irrécupérable. L’ordinateur, c’est sa vie, sa drogue, et comme tout drogué au bout d’un mois de sevrage, ce n’était pas beau à voir. L’arrivée de son nouveau pc, synonyme de soirées endiablées, de parties effrénées (et du début de sa recherche d’emploi, aussi *c’est c’la, ouiiiii*) a pour lui été un grand soulagement.

Internet rogers bellaliant teksavvy canada nouveau-brunswick résidence permanente candidats des provinces initiative stratégique

Martine, laissant Martin récupérer le temps perdu avec son cher et tendre lors de retrouvailles aussi émouvantes qu’intenses, est partie le week-end dernier à la découverte de la plage de l’Aboiteau : du sable fin, une eau bleue… et une température négative susceptible de surgeler illico quiconque se risquerait à se baigner (pas beaucoup de candidats à la surgélation, on en convient).

_1060327 _1060336  _1060350 _1060354

 Sur le plan professionnel, Martin a commencé à suivre des cours d’anglais au MAGMA : des cours de conversations pour améliorer son aisance orale. À raison de trois heures par jour pendant une durée indéterminée, il devrait vite progresser. On vous en dira plus bientôt.

Martine est allée faire une semaine d’essai chez Workspace Moncton, espace de travail partagé, dans l’espoir de retrouver la folie douce chouette ambiance de la Cordée à Lyon, de réseauter et de faire des connaissances. Pour l’instant, ce lieu qui ne compte que cinq coworkers ne promet pas encore de folles soirées, mais comme disait Gandhi : be the change you want to see in the world. À elle, donc, d’amener les pistolets Nerf, son coussin péteur et sa bonne humeur pour secouer un peu tout ça. Workspace, tiens-toi bien, elle arrive pour de bon le 1er décembre !

WP_002730C’est trop sérieux, tout ça ! Il nous faut une ou deux peluches marionnettes et une guitare !

Pour Dora, par contre, pas de changement : elle squatte toujours les sacs de couchage en attendant des jours meilleurs. Vous êtes nombreux à s’inquiéter de sa santé, mais rassurez-vous : elle est passée en mode hibernation à cause du froid mais a retrouvé son caractère vif et joueur. L’horrible avion (et les horribles heures de voiture, l’horrible premier appart de transition, l’horrible deuxième appart de transition, l’horrible arrivée dans notre chez-nous), tout cela est derrière elle, désormais.chat déménagement conteneur wms moving nouveau brunswick canada cymico candidats des provinces résidence permanenteOn vous assure, ce regard en apparence mi-perplexe mi-endormi veut vraiment dire « Tout cela est derrière moi désormais ».

Dernier changement, et pas des moindres : vous le savez peut-être si vous nous suivez sur Facebook, nos meubles sont enfin arrivés. Nous sommes actuellement dans une période d’hystérie matérielle où nous nous roulons de joie dans nos plaids, nos vêtements et notre batterie de cuisine (pas facile de se rouler dans une batterie de cuisine, d’ailleurs), incapables d’en parler sans glisser des cris de joie tous les deux mots. Pour fêter cette arrivée quand nous aurons retrouvé nos esprits, nous vous proposons une semaine spéciale emménagement dès lundi !

Oh. On allait oublier. Une bonne nouvelle n’arrive jamais seule : à la faveur du Vendredi Fou, nous sommes désormais les heureux propriétaires d’une presse à panini, machine encore plus dingue que l’appareil à croques. Une petite presse à panini pour l’Humanité, un bond de géant pour nos estomacs.

croque monsieur canada nouveau new brunswick déménagement conteneur wms moving brune résidence permanente candidats des provinces inittative stratégique moncton

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Le dédouanement du conteneur à Halifax

Le dédouanement du conteneur à Halifax

Jeudi, c’est avec une joie sans pareille que nous avons :

  • constaté sur TrackTrace que notre conteneur était arrivé à Halifax, en Nouvelle-Écosse
  • reçu dans la foulée un appel d’Euro Transport Intl, correspondant de WMS Moving au Canada, pour nous suggérer très fortement d’aller dédouaner au plus vite (nous avons trois jours pour le faire après l’arrivée du conteneur).

_1060407Car voilà ce qui arrive aux conteneurs non dédouanés : ils deviennent des œuvres d’art sur le front de mer !

*musique de Mission Impossible*

Nous avons pris la route pour Halifax dès le lendemain, sous un beau soleil d’automne et sur une petite couche de neige fraîche. Halifax est à trois heures (trente si on oublie de prévoir une carte routière, j’dis ça j’dis rien…) de Moncton : ce détail est important si votre déménageur vous donne le choix entre Halifax et St-Jean, cette dernière étant bien plus proche. Il y a trois ans, il était possible de dédouaner son conteneur à Moncton comme l’a fait la famille Valton, mais aucun transporteur ne nous l’a proposé : un point à éclaircir au moment des devis (franchement si on avait su, on aurait carrément fait les flemmes opté pour la douane à Moncton).

La douane est très facile d’accès (même sans carte routière), en plein centre-ville, à deux pas du musée du Titanic. Après s’être acquittés d’environ 12 000 euros pour deux heures de stationnement [pour la voiture, pas pour le conteneur ! Et pas vraiment 12 000 euros non plus, d’ailleurs, mais c’est l’impression que ça nous a donné en voyant les tarifs du parking], nous nous sommes rendus au bureau des douanes, où l’agente nous a reçus en français.

Et cinq minutes plus tard, nous étions dehors, en train de nous dire que le rapport temps de trajet/temps de procédure n’était décidément pas optimal. Sept heures de voiture dans la journée pour cinq minutes de formalités ? Qui dit mieux ? [vous comprenez mieux pourquoi on vous suggère de voir s’il n’y a pas moyen de rester à Moncton, là ?]

Concrètement, on nous a demandé de fournir :

  • le passeport
  • le formulaire d’arrivée du conteneur fourni par le transporteur (important, puisqu’une fois visé par les douanes, il servira à déclencher la livraison)
  • le formulaire B4 complété par les douanes lors de la validation de la RP.

Nous n’avons nul eu besoin de la liste de colisage dûment complétée, encore moins de nos justificatifs de domicile ou de l’attestation de changement de résidence que Martine avait mis deux heures à imprimer la veille. Mais dans le doute, prenez-les quand même, je ne veux pas de procès.

Et c’est tout. Facile et rapide, non ? Après, si on transporte nourriture, alcool, plantes et autres armes à feu, on peut parier sur une procédure un chouïa plus fouillée.

Pour ce qui est du matelas, on avait entendu différents sons de cloche lors des devis, certains transporteurs le déconseillent, d’autres s’en moquent… On lit souvent qu’il est interdit d’importer un matelas d’occasion, mais s’il fait partie des « effets d’immigrants », pas de souci comme l’explique le Mémorandum D9-11-7 du 15 juin 2012. En tout cas, l’agente des douanes n’a pas tiqué à la lecture de notre formulaire B4 qui mentionnait le matelas.

En résumé, une procédure simple, rapide et efficace, et l’occasion de découvrir très brièvement Halifax, comme un avant-goût d’une prochaine escapade. Nous ne sommes restés que quelques heures et n’avons vu qu’une fraction de la ville, mais nous avons été séduits par ses briques rouges, ses rues animées et son front de mer. Avec son profil de grande ville en bord de mer , c’est une destination idéale et Martine est déjà en train d’échafauder pléthore de plans pour revenir au plus vite. Allez, on est sympas, on partage :

_1060377 _1060378 _1060383 _1060384Probablement la seule maison à colombages d’Amérique du Nord.

_1060388 _1060393 _1060396 _1060405

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tranches de vie sous le signe des premières neiges / N°2

Tranches de vie sous le signe des premières neiges / N°2

Ces derniers jours, soleil et froid ont fait leur apparition à intervalles réguliers. Dès que le soleil pointe son nez, nous vrombissons à l’extérieur pour profiter d’un peu de vitamine D et de bonne humeur pour la journée. La nuit commence à tomber vers 16 h 30 et il fait noir à 17 h, ce qui limite les possibilités de balade post-journée professionnelle : nous sommes désormais adeptes des petites balades matinales ou à l’heure du déjeuner.

C’est ainsi que nous avons été nous promener le long de la rivière Chocolat (qui est en fait le fleuve Petitcodiac, mais ici on ne distingue pas « rivière » et « fleuve », et la couleur du cours d’eau est trop évocatrice pour ne pas rappeler la friandise en question).

À Riverview d’abord, de l’autre côté de la ville, peu après le mascaret :

_1060227_1060226

Puis à Dieppe, où nous avons découvert à quelques centaines de mètres de chez nous un sentier qui  court le long de la rivière-fleuve sur des kilomètres, à côté de roseaux, de chouettes maisons et peut-être de castors ? On espère toujours en voir… Plein de balades en perspective !

_1060238

Grande frileuse devant l’éternel, Martine s’est équipée pour les frimas, avec une doudoune en duvet véritable et capuche à la Kenny et des bottes de combat pour botter les pénibles gambader dans la neige tel un Bisounours sans craindre de perdre des orteils. Martin, lui, attend le Black Friday (le 28 novembre) pour faire chauffer la carte bleue et s’équiper sérieusement.

_1060142-bis_1060244

Elle a également fait l’acquisition d’un nouveau destrier qui ne demande qu’à être équipé en pneus neige pour être parfaitement opérationnel. Oui madame, les pneus neige pour vélo existent. Et je le prouve ici.

_1060306

Oh, et si vous êtes observateurs, vous aurez peut-être remarqué un détail : il a neigé. Le 14 novembre. Ça fait bizarre, on ne vous le cache pas.

_1060273_1060283_1060304

Pour l’instant, on est ravis de la neige. Les oiseaux de mauvais augure nous prédisent qu’en avril, on n’en pourra plus, de cette maudite neige. Mais pour l’instant, on apprécie ce manteau, annonciateur des fêtes de fin d’année, qui s’invite déjà dans les magasins et sur les pelouses de nombreuses maisons.

Scoop : on nous annonce que le conteneur est arrivé à bon port [huhu] mercredi. Bientôt la fin du camping ?

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Internet au Canada : la guerre des prix

Internet au Canada : la guerre des prix

Ici, Internet, c’est la guerre. La guerre des prix, une guerre féroce et sale. Une guerre dont les victimes ne sont autres que nous-mêmes.

Si toi aussi tu es fraîchement débarqué.e de France, la truffe humide et l’œil naïf, tu penseras peut-être que les tarifs dont tu avais l’habitude (une trentaine d’euros pour le triple play de base, une cinquantaine pour une offre quadruple play fibre) étaient une constante dans les pays occidentaux.

Il existe pourtant des lieux barbares qui te renverront en deux temps trois mouvements au Moyen-Âge des télécommunications : j’ai nommé, l’Amérique du Nord. Les plus avertis d’entre vous savaient sans doute déjà qu’aux États-Unis, un forfait Internet dépasse la centaine de dollars. Ici, c’est un peu la même chose.

On a pour politique d’éviter les articles en mode « ouin, la France c’était trop bien, ici c’est tout pourri » (sauf si on peut en faire un article rigolo ET trouver un sujet qui rétablit l’égalité aux points) mais vous nous passerez cet écart car avec Internet, ici, on se sent un peu déconnectés de la réalité [huhu].

Les offres mixtes « Internet/téléphone fixe/télé par câble » sont aussi légion qu’effarantes : 150 dollars au bas mot. Et les forfaits Internet illimités, on oublie vite fait.

Nous consentons volontiers à nous faire plumer pour Internet, sans qui notre vie de cyberdépendants n’aurait plus aucun sens, mais hors de question de perdre trop de plumes pour le reste :

  • pourquoi payer un téléphone fixe quand Skype permet d’appeler en illimité dans le monde entier pour 15 euros ?
  • pourquoi payer pour avoir les 800 chaînes du câble à l’ère Netflix ?

télévision Internet téléphonie rogers bellaliant nouveau brunswick canada résidence permanente candidats des provinces initiative stratégique monctonEt puis payer pour avoir Fléchettes TV, merci bien !

(Attention, les affirmations ci-dessus ne sont assénées qu’à la faveur de notre radinerie : si les 800 chaînes et le téléphone fixe avaient été compris dans les charges de notre appartement, on les aurait acceptés avec plaisir !)

Deux FAI se taillent la part du lion au Nouveau-Brunswick : Rogers et BellAliant. D’autres fournisseurs bien meilleur marché existent, comme Teksavvy par exemple, mais ils sont présents uniquement en ligne et ne desservent pas forcément toutes les adresses : renseignez-vous !

Nous voulions signer chez Teksavvy pour environ 60 dollars par mois pour Internet uniquement (je te vois déjà souffrir derrière ton écran à l’évocation de ce prix : tu peux t’accrocher à ton slip), mais impossible de savoir si notre immeuble était raccordé, il fallait attendre qu’on nous rappelle, et attendre, c’était justement la dernière chose qu’on avait envie de faire.

Martine devant faire bouillir la marmite et Martin claquant une durite pour cause de sevrage prolongé d’Internet, nous avons décidé d’aller chez Rogers, qui a pignon sur rue, pour obtenir Internet dans les plus brefs délais. Nous nous vîmes en train de signer le contrat un vendredi, et le lundi suivant, le technicien était passé. Un problème de routeur et une descente (cordiale, la descente) chez Rogers plus tard, nous avions une connexion Internet qui fonctionne.

Exit câble et téléphonie résidentielle : nous avons opté pour un forfait Internet fibre pour la modique somme de 82 dollars TTC. Ici, c’est hyper compétitif ! Pour nous, être connectés au monde était indispensable. VITAL, même. Avec notre forfait fibre 80 et sa limite de téléchargement à 500 GB, nous pouvons regarder des films et des épisodes de Big Bang Theory, Martin peut jouer à LOL et Martine peut passer ses journées sur Facebook à travailler. Sauvés !

En conclusion : chers Français qui comptez le rester, savourez votre offre Free ou Orange à 30 € mensuels, et chers futurs immigrants, dans votre budget prévisionnel, prévoyez qu’Internet peut représenter une sacrée dépense mensuelle en fonction de vos besoins, qui sera toutefois compensée par votre loyer absolument ridicule pour la surface habitée… Voyons le bon côté des choses !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Petits riens pourtant indispensables

Petits riens pourtant indispensables

Côté français

Avec seulement une poêle, comment réchauffer de la soupe ? (…avec la poêle, mais gaffe au moment de verser dans la tasse !)

Sans ceinture, comment ne pas avoir l’air d’un sac dans une chemise trop grande ? (en gardant la tête haute et l’air digne)

Sans cutter, comment couper du parquet vinyle ? (avec un couteau à beurre, mais c’est plus fastidieux)

Sans balai ni serpillère, comment nettoyer une dernière fois son appartement ? (en sollicitant les voisins ou le gardien)

Sans papier alu pour faire des boulettes, comment jouer avec son chat ? (elle est terrorisée de toute façon)

Sans tournevis, comment remplacer le dévidoir de papier toilette qu’on a pété à la dernière minute ? (on ne le remplace pas)

Sans carafe, comment se servir de l’eau sans se lever toutes les deux secondes ?

conteneur déménager partir tout quitter canada nouveau brunswick résidence permanente initiative stratégique 2

Côté canadien

Sans boîtes idoines, comment congeler des petits plats ? (en réutilisant le sac de congélation qui avait servi à transporter les liquides dans l’avion ou des sachets de pain de mie)

Avec un couteau en plastique, comment émincer des légumes ? (en retrouvant le couteau à beurre qui avait servi à découper le parquet vinyle)

Sans oreiller, comment bien dormir ? (en mettant des pulls en tas, mais les cervicales protestent !)

Sans canapé, comment s’installer confortablement ? (en bricolant un sofa de matelas gonflables)

Sans table, comment travailler ? (sur le matelas gonflable, ça marche aussi…)

Sans tapis de bain, comment ne pas mettre de l’eau partout en sortant de la douche ? (en utilisant un chiffon de cuisine juste à la bonne taille pour les pieds !)

Sans moule rond, comment faire une quiche ? (on fait une quiche carrée)

Sans manique, comment sortir un plat du four ?

 WP_002685-bis

…tous ces petits riens de l’existence qui mettent notre créativité à l’épreuve en attendant notre cher conteneur !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Comment louer un logement au Canada

Comment louer un logement au Canada

 Accrochez-vous, c’est ardu :

  • on entre en contact avec un agent immobilier ou une agence
  • on visite
  • on choisit
  • on se présente avec le dépôt de garantie, identique au montant du loyer et on remplit un dossier d’une page A4
  • on revient signer le bail deux jours plus tard et éventuellement régler le premier mois de loyer
  • on procède à un état des lieux très mignon (« il n’y a pas de trous, quelques taches dans cette chambre, c’est bon, signez ici »)
  • on emménage

Pas besoin que tes arrière-grands-parents paient l’ISF ni que tes parents signent un engagement solidaire sur 18 pages à recopier à la main et ce même si tu as la trentaine (toute fraîche certes, mais la trentaine). Pas besoin de te mettre sur liste d’attente ni d’être en concurrence avec 50 autres locataires potentiels qui gagnent tous trois fois ton salaire.

Ici, tout le monde il est gentil, tout le monde il est SIMPLE. Et louer un appart n’est pas le parcours du combattant qu’on connaît en France. On se demandait presque si on avait tout compris, tout fait, tellement les formalités ont été rapides.

La recherche pure et dure a été un peu plus compliquée que cela en raison de malentendus entre les différentes parties : nous avons mis environ dix jours entre la première visite et la signature du bail, mais pour le côté administratif, c’est exactement ça : on arrive, on remplit un dossier d’une page et on paie. C’est tout. Nous avons traité avec J’Édulogement et GroundFloor Property Management (en français).

On vous inventerait bien des péripéties pour écrire un article succulent de mésaventures, mais on s’en tiendra à quelques conseils aux futurs immigrants qui nous lisent.

_1050898

Les conseils de vieux schnocks de Martine et Martine

Si vous n’avez pas réservé de logement avant de partir, prévoyez au moins dix jours avant d’emménager. Il n’est pas impossible que vous trouviez un logement déjà vacant et dans ce cas, la remise des clés sera presque instantanée. Mais si le logement est occupé, il n’est pas impossible non plus que des travaux de rafraîchissement soient de mise après le départ du locataire actuel, ce qui peut prendre un temps inconnu. Nous avons renoncé à un appartement en étage avec balcon dans notre immeuble actuel faute de savoir quels rafraîchissements, et donc quel délai, étaient nécessaires avant de pouvoir emménager.

Si tu arrives en juin, c’est encore mieux car tu pourras profiter du jour du déménagement, le 1er juillet, où environ la moitié du pays déménage en même temps. Corolaire de cette situation : la moitié du pays emménage en même temps. Mais le 1er juillet, tu trouveras aussi plein de meubles gratos sur le bord de la route, et ça, c’est plutôt chouette.

Comme bien des locataires ici, nous avons signé un bail d’un an. Que cela ne vous effraie pas, il peut être cassé sous certaines conditions :

  • En trouvant soi-même un autre locataire pour reprendre le bail (pas de sous-location dans notre cas)
  • En payant une pénalité
  • Si le propriétaire augmente le loyer, nous sommes libres de refuser et plier bagage. Nous souhaitons presque que cela nous arrive ce printemps pour pouvoir changer de logement aux beaux jours !

Pour les amis des bêtes : notre appartement se situe dans un immeuble qui affichait une politique « pas d’animaux de compagnie » on ne peut plus explicite. Pourtant, nous ne sommes pas hors-la-loi avec Dora puisqu’elle a été mentionnée sur le bail. Il semble que seuls les chiens soient indésirables en appartement, et que les chats soient sinon les bienvenus, du moins tolérés. Chers félinophiles, si un appartement vous plaît, ne vous arrêtez pas à la mention « pas d’animaux » et demandez toujours, vous n’avez rien à perdre !

_1060073

Anecdote canadienne : selon le bail, nous n’avons pas le droit

  • de posséder un lave-linge et un sèche-linge (buanderie disponible à notre étage)
  • d’accrocher des drapeaux
  • de laisser l’appartement sans chauffage pendant les mois d’hiver

Comptez sur nous pour respecter ces directives à la lettre.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Bienvenue dans le Terrier

Bienvenue dans le Terrier

Nous avons emménagé le week-end dernier à Dieppe, charmante petite ville de Haute-Normandie, non loin de la mer et de toutes les commodités.

Oups, je reprends : nous avons emménagé le week-end dernier à Dieppe, charmante petite ville du Grand Moncton, non loin de la mer et de toutes les commodités et dont le climat n’est pas sans rappeler une Haute-Normandie sous stéroïdes (entendre par là : il fait humide ET froid !).

Et mieux encore, nous sommes désormais raccordés à Internet ! Ô, joie. Martin a d’ailleurs commandé son nouvel ordinateur dans les 4 minutes qui ont suivi le départ du technicien, puisque nous nous battons partageons le pc de Martine depuis vraiment trop longtemps pour notre santé mentale à tous les deux déjà près de trois semaines.

_1060017-bis

Cet appartement a été source de nombreux atermoiements de la part de Martine, réticente à l’idée de vivre sous terre. Déjà prête à rebaptiser ce logement douillet « Le Terrier » [60 geek points à qui trouve la référence !], elle a finalement accepté l’expérience en se rendant compte qu’il ne s’agit pas d’un vrai demi sous-sol. Sa situation n’est pas claire pour autant : quart de sous-sol ou demi rez-de-chaussée ? Nous avons la pelouse au ras des fenêtres mais celle-ci étant surélevée par rapport à la chaussée, où nous situons-nous ?

Maintenant que nous avons emménagé, cette situation ne nous empêche plus vraiment de dormir : nous avons toute la luminosité dont un appartement canadien peut rêver, et la promesse d’une meilleure isolation du fait des murs à moitié enterrés. Sans oublier la perspective de se croire dans un igloo dès les premières tempêtes de neige venues !

_10600426BIS

Cet appartement répond à plusieurs critères :

  • De taille d’abord, car on ne s’est pas délestés de 8 000 euros pour faire venir nos meubles si c’est pour les mettre en garde-meubles à l’arrivée, avouez que ce serait ballot
  • De situation ensuite : à deux pas du petit centre-ville de Dieppe qui comporte la bibliothèques, quelques cafés et boutiques, sans oublier le fameux marché de Dieppe, célèbre dans tout le comté pour ses produits frais et ses FROMAGES ! Nous revivons. Nous sommes également à 10 minutes du centre Champlain, pratique pour aller faire des achats à pied pendant les beaux jours (c’est-à-dire, pas maintenant)
  • Le critère félin : il fallait que le chat soit accepté, évidemment (même constat que pour les meubles : c’est bête de s’embêter à importer le chat si c’est pour le mettre en garde-meubles… euh, on s’égare)
  • Et le prix, évidemment. Nous avions repéré un appartement plus dans nos goûts mais dont le prix s’est avéré prohibitif. Celui-ci nous revient 675 $ mensuels hors charges (dont nous ne pouvons encore rien dire… suspense quant à la note de chauffage !), soit environ 450 euros pour environ 85 m², moi je dis BANCO.

Comme tous les appartements visités, il est équipé (four, lave-vaisselle, frigo et congélateur), a une baignoire, deux chambres et un grand salon qui ne demandent qu’à être meublés et à gagner un peu en chaleur et confort. Voici une petite visite guidée qui montre beaucoup le chat et pas forcément beaucoup l’appartement, car contrairement à l’appartement, le chat est facile à photographier :

_1060009-bis_1060001-bis _1060003-bis  _1060011-BIS _1060019

Vous remarquerez que

  • Dora se cache dans les endroits les plus improbables et apprécie mon sac de couchage
  • le confort est encore relativement spartiate, en l’attente du conteneur qui baguenaude en ce moment même dans l’Atlantique.

La prochaine fois, on vous expliquera le processus de location d’un appartement, vous allez rire (ou pleurer, si vous êtes Parisien).

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Halloween en vrai

Halloween en vrai

Halloween est depuis longtemps l’une des fêtes de prédilection de Martine, qui regrettait amèrement que cette fête des plus anglo-saxonnes n’ait jamais véritablement été adoptée en France. Des chats noirs, des citrouilles, de l’automne et des sorcières… Comment ne pas aimer ?

Cette année, elle a donc pu réaliser l’un de ses projets de vie : vivre Halloween EN VRAI ! Avec l’enthousiasme émerveillé de l’enfant de 7 ans qu’elle est toujours un peu, voici ce que Martine a donc vu et vécu cette année.

_1050742_1050896 _1050758Une citrouille et un chat : quoi de plus Halloween ?

_1050761_1050964_1050963

_1050843 _1050845 _1050767 _1050771 _1050958_1050956

Le jour J :

_1050986

_1050992_1050991_1050984

Martin dans son costume de geek :

_1050974

Martine dans son costume de sorcière arc-en-ciel, avec son fidèle chat noir :

WP_002653

_1050969-bis

Notre hôte AirBnB Gerry, qui a eu la gentillesse de nous inviter à sa fête d’Halloween, dans son costume de poulet infernal :

_1050996

La récolte de sucreries (en vrai, on n’a pas vraiment osé aller frapper chez beaucoup de gens, n’ayant pas d’enfant-alibi avec nous. Note pour l’an prochain : trouver un enfant à emprunter le soir d’Halloween) :

_1050993

Cette année, on a improvisé faute de moyens et de temps, mais l’an prochain, vous pouvez déjà compter sur du sérieux. Gerry nous a mis la pression avec son costume et on est remontés pour trouver des costumes dignes de ce nom.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tranches de vie de la première semaine / N°1

Tranches de vie de la première semaine / N°1

Notre première semaine à Moncton a été rythmée par les formalités administratives, le temps de chien très automnal ne laissant que peu de place aux promenades dans les feuilles mortes. Nous en avons profité pour approfondir notre connaissance de la topographie locale et maîtrisons désormais sur le bout des doigts l’espace Champlain, le plus grand centre commercial à des (centaines de) kilomètres à la ronde.

Nous avons visité six ou sept appartements : des mignons, des horribles, des biens isolés, des moins bien… La constante étant souvent :

  • ancien = maison, extérieur über mignon, intérieur très daté
  • récent = appartement, extérieur quelconque, intérieur correct à très bien
  • la grosse inconnue étant souvent l’isolation thermique. Si certains logements se révèlent ostensiblement être des passoires thermiques, d’autres nous semblent plus fiables… ou fourbes !

Nous avons d’ailleurs signé un bail lundi et attendons la remise des clés et l’emménagement pour vous montrer notre nouveau nid (ou plutôt terrier, diraient les mauvaises langues…). Les paris sont ouverts pour la localisation : Moncton, Dieppe, Riverview, Shediac… ?

Nous avons quitté notre petite maison douillette, faute de disponibilité des propriétaires, non sans prendre le temps de mettre une dernière fois à profit les équipements à disposition.

_1050872_1050860-bis

Si, si, Martin s’amuse, promis !

Nous avons pris nos nouveaux quartiers dans un logement très local : le demi sous-sol. Ou plutôt le trois-quarts de sous-sol, à en juger par notre soupirail… Notre nouveau hôte est néanmoins d’une gentillesse à toute épreuve et nous avait même préparé une tourte aux pommes pour notre arrivée !

Cherchez le chat, le retour…

_1050890-bis

Nous avons profité d’une éclaircie toute relative samedi dernier pour aller visiter le petit village très mignon de Bouctouche, mais devant le crachin plus qu’insidieux qui sévissait, nous avons fait demi-tour sans visiter sa célèbre dune… Nous reviendrons.

_1050783

_1050789_1050825_bis

Et enfin, une petite virée oxygénante au parc de Mapleton, à Moncton, nous a montré que l’un des clichés sur l’Amérique du Nord est vrai : les écureuils à foison, ce n’est pas du flan puisque nous en avons croisé environ 3 000 pendant l’heure qu’a duré notre balade. Nous avons guetté les ratons-laveurs et les castors, mais ils n’étaient pas de la partie aujourd’hui…

_1050925_1050914

On espère vous montrer des photos de notre nouveau chez-nous officiel dès la semaine prochaine !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
On a testé pour vous : acheter sa voiture à distance

On a testé pour vous : acheter sa voiture à distance

Autant la vente de la voiture côté français fut un fiasco presque intégral, autant l’achat côté canadien s’est déroulé sans anicroche, et ce malgré la présence d’un océan entre les différents interlocuteurs.

Pour une fois, mon côté prévoyant [qui a toussé très fort ?!!] était de bon aloi : un mois avant la date fatidique, je regarde les tarifs des voitures de location en aller simple entre Montréal et Moncton. Et là, c’est le drame intersidéral : la majoration pour la location en aller simple coûte plus cher que la location en elle-même ! 1500 $ pour le tout ? Faudrait pas nous prendre pour des vaches à traire, non ?

Je me mets alors en quête d’un char apte à nous transporter, nous, nos 33 kg de bagages et nos 33 9 kilos de chat. Sur les bons conseils d’un sympathique co-immigrant, nous contactons des concessionnaires à Montréal pour réserver une voiture à distance, moyennant versement d’un acompte remboursable en cas d’échec de la transaction.

S’ensuit l’habituel balai de courriels de demandes de renseignements, de refus polis, de non-réponses fourbes, et parmi la masse de concessionnaires contactés, quelques-uns enclins à faire affaire avec nous.

Après des contacts efficaces avec Ville-Marie Kia et Honda Spinelli Lachine, nous avons finalement opté pour une Kia Rio, pour la modique somme de 10 000 $ environ (environ 6 500 €), 2011, automatique, 42 000 km, bleu Klein très à la mode… Voiture réservée sur un acompte de 300$ et confirmée en réglant le solde la semaine précédant notre arrivée (transaction qui nous permettra d’ailleurs de constater que 1/on ne peut pas faire de virement hors Europe depuis nos banques en ligne et 2/les frais de virement hors Europe sont proprement méchants).

Kia-Rio-EX-Commodite-2011 acheter voiture à distance nouveau brunswick canada résidents permanents candidats des provinces

Le jour J, notre interlocuteur pousse la gentillesse jusqu’à venir nous chercher à l’aéroport, à poireauter deux heures suite au retard de notre vol et de nos formalités, et à nous ajouter un jeu de pneus d’été qui n’étaient pas prévus. Tout ça, avec le sourire !

Le 18 octobre, nous sommes donc repartis fatigués mais chargés comme des bœufs heureux de la concession Ville-Marie à bord de notre nouvelle titine, non immatriculée mais arborant fièrement un bordereau sur la plage arrière : celui-ci est notre sésame sur les routes canadiennes en l’attente de notre immatriculation. Les provinces du Canada appliquant différentes taxes à leurs résidents, nous avons dix jours pour nous acquitter des taxes au bureau Service Nouveau-Brunswick de Moncton (et encore 900 $ de plus ! Quand est-ce qu’on arrête de mettre la main au porte-monnaie ?).

À noter, la mignonne « taxe pneus » (4 $ par pneu) pour toute importation de pneus dans la province, et cette phrase d’anthologie à Service NB : « Vous êtes venus avec des pneus ? »… Euh, non, on a fait 1000 km sur les jantes, pourquoi cette question ?

Conclusion de cette transaction : nous avons choisi notre véhicule sur des critères plus ou moins fiables (recommandation, présence d’une garantie nationale, kilométrage modéré, année récente…) et compte tenu des circonstances, on s’estime très contents ! Elle nous a sûrement coûté bien plus cher que si on avait pris le temps de magasiner ici et là et de comparer les prix, c’est une évidence. Mais nous tenons pour acquis qu’au départ, faute de points de comparaison, nous allons dépenser plus que nécessaire, le temps de se faire aux prix du pays. C’est le jeu, ma pauvre Lucette.

Anecdote croustillante : on nous a dit que c’était une « petite voiture » ! Face à la C3, c’est une géante, mais ici… Vous en pensez quoi ?

voiture kia rio déménagement acheter une voiture à distancenouveau-brunswick canada initiative stratégique candidats des provinces résidence permanente

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !