Archives de
Étiquette : permis vacances travail

La chance !

La chance !

Après avoir passé en revue les différentes questions à ne pas poser trop souvent aux futurs immigrants, j’en remets une petite couche avec LA phrase qui est sur toutes les lèvres sitôt le mot « Canada » prononcé.

« OH LA CHANCE ! »

Généralement prononcée par un réflexe pavlovien à tout événement heureux sortant de l’ordinaire, cette expression mérite qu’on s’y arrête.

Parce que quand on me dit « vous avez de la chance de partir », j’entends, selon mon humeur « ils n’y sont pour rien », « il n’y en a que pour les mêmes » ou encore « ils ont dû planter des poupées vaudou aux arbustes de leur jardin d’immeuble et sacrifier des bébés chats pour en arriver là ».

Aucun bébé chat n’a été sacrifié à l’autel du dieu Canada, pas plus que nous n’avons fait usage de trèfles à quatre feuilles, de fers à cheval ou de pattes de lapin.

chance nouveau brunswick canada candidats des provinces initiative stratégique résidence permanente déménagement2Source

Notre processus d’immigration ne doit rien non plus au hasard.

Si vraiment, vous êtes bornés et tenez à impliquer la chance, je peux remonter au mois de février 2013, quand alors que nous venions à peine de décider d’immigrer : c’est peut-être la chance qui nous mis le nez sur un encart dans le 20 minutes faisant la promotion d’une réunion d’information sur le Nouveau-Brunswick. Réunion qui scella notre destin, comme chacun le sait.

On peut considérer qu’il s’agit de la chance d’être tombé au bon moment sur le bon 20 minutes.

On pourrait remonter encore plus loin et dire que la chance, c’est d’avoir fait des études qui nous ont mené à un métier qui aujourd’hui nous permet de partir, autant du point de vue de la formation que des finances.

Que la chance, c’est d’avoir eu une famille qui nous a payé ces études. Et donc, d’être nés dans la bonne famille. S’il doit VRAIMENT y avoir un critère de chance dans notre immigration, c’est à ce niveau qu’il se situe.

Et c’est tout.

Car sinon, rien, absolument rien n’a été laissé à la chance, ni au hasard, pas même au destin : nous ne sommes pas mutés, nous n’avons pas gagné de Green Card à la loterie, pas plus que nous n’avons remporté de « meilleur job du monde » version canadienne. Rien ne nous est tombé tout cru dans le bec [et c’est du reste bien malheureux, si vous voulez notre avis]

Notre chance, c’est d’être curieux, audacieux et têtus comme des mules acharnés, d’avoir eu l’envie de concrétiser nos projets, la patience d’attendre que nos efforts paient, la force d’atteindre nos objectifs.

Ce n’est pas grâce à la chance que nous avons participé à des réunions d’information, contacté des agents d’immigration, envoyé des courriers à tour de bras, fait deux semaines de repérages in situ, rencontré des associations d’aide à l’installation, participé à des forums pour ne pas nous planter, fait pipi dans un gobelet, rempli des formulaires, recontacté les agents d’immigration, repris notre téléphone, re-rempli et re-renvoyé des formulaires…

Ce n’est pas non plus la chance qui est intervenue à notre place quand nous avons démarché des déménageurs, repris notre téléphone ou notre plume pour résilier tous nos contrats, mis en ligne plus de petites annonces que nécessaire, cherché un logement, cherché des informations, cherché une voiture, été voir des administrations en personne et même créé une lettre d’informations pour vous narrer nos aventures !

Bref, nous l’avons VOULU, ce déménagement, et si vous voyez encore de la chance là-dedans, ce n’est pas mon cas !
[mais si Dame Chance voulait bien nous faire gagner au loto un de ces jours, on serait contents aussi, hein !] [Et alors l’expression conspuée serait tout à fait appropriée, on serait tous gagnants]

canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants bruneEn vrai, même si Martine râle, on vous aime bien ! Restez avec nous encore un peu !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Service après-vente bonjour

Service après-vente bonjour

« Allô bonjour, ce serait pour votre perceuse… »

« Bonjour, intéressé par votre canapé et votre plancha. Rappelez-moi, cdt ».

« HIIIIII tu vends ta sorbetière ! Je la VEUX ! »

« Ding dong, bonjour, nous sommes vos voisins du 3e, nous sommes intéressés par votre machine à glaçons et votre grille-pain. »

« Tu me mets de côté ton épilateur et ta machine à coudre, steup ? »

« On peut passer voir votre frigo  ? »

« Tu n’oublies pas le numéro de suivi pour ton mixeur, hein ? »

« Bonjour, votre perceuse a été vendue ? »

« Tes mangas, ils parlent de quoi ? »

« Vos roller st tjs dispo? Sa pourré mintéresser. Raplez-moi au 06 XX INCULTE » [haha toi tu rêves !]

« Hmmm je prendrais bien tes chaussures de ski… »

« On n’a pas de voiture, tu voudrais bien nous déposer ton micro-ondes ? »

« Bonjour, au sujet de votre perceuse… » [rappel à moi-même : supprimer les annonces une fois l’objet vendu]

« Alors, pas trop stressés ? »

A vendre nouveau brunswick petites annonces moncton s'installer au Canada initiative stratégique résidence permanente

 

En ce moment, le quotidien de Martine ressemble à un centre d’appel doublé d’un service après-vente auquel on aurait greffé une centrale d’achats.

La nuit, je rêve de secrétaires qui prendraient les appels à ma place et se coltineraient les relous acheteurs du Bon Coin, qui comptent décidément parmi les choses les moins fiables de notre société, aux côtés des prévisions météo et des paris hippiques. Je remercie d’ailleurs doublement nos amis, car non contents de contribuer à relancer notre économie (personnelle), ils m’évitent également bien du temps perdu et des maux de tête.

La mort dans l’âme, nous avons décidé de confier notre appareil à raclette et notre machine à croques contre bon soin (et finances) à des utilisateurs qui sauront leur faire honneur. Tout comme nos brosses à dents électriques, nos rollers, mon imprimante et tellement d’autres appareils électroménager et objets aussi incongrus qu’hétéroclites qui ne nous serviront plus une fois de l’autre côté de l’océan.

Et en attendant, notre fidèle Citroën C3 cherche encore son nouveau propriétaire…

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pense-bête à l’usage de l’immigrant

Pense-bête à l’usage de l’immigrant

Martine adoooooooore faire des listes. Un peu trop, dirait Martin et toute personne qui a participé de près à leur mariage.

Si cette bisbille de couple ne concerne que nous, nous allons quand même partager avec vous le rétroplanning du futur immigrant. J’ai volontairement étalé les tâches à faire dans le temps, mais si vous êtes des guerriers, en un mois, c’est faisable. Sportif, mais faisable.

Oh, et si d’aventure vous avez fait un déménagement intercontinental et souhaitez apporter votre pierre à l’édifice, les commentaires vous tendent les bras. EDIT : je complète l’article au fur et à mesure de vos contributions.

Dès que possible :

  • réserver son billet d’avion et celui de ses animaux domestiques pour avoir le choix du prix et des dates
  • prendre rendez-vous dans des agences de gestion locative si on met son logement en location
  • mettre son logement en vente si on préfère s’en défaire
  • solliciter des transporteurs pour avoir des devis pour un conteneur

Trois mois avant :

  • envoyer sa lettre de démission
  • envoyer sa dédite à son propriétaire si on est locataire
  • contacter ses médecins spécialistes pour avoir un rendez-vous à temps et la joie de creuser une dernière fois le trou de la Sécu
  • choisir le déménageur et fixer une date pour le déménagement
  • voir si on peut utiliser une dernière fois ses points de téléphonie pour obtenir un nouveau téléphone sans engagement (à désimlocker avant le départ)
  • d’ailleurs, commencer à vider ses cartes de fidélité et en profiter pour se payer des restaus, des nouveaux produits de beauté ou tout simplement des courses chez Super U (faire un stock de mouchoirs* !)

Deux mois avant

  • demander des copies d’extraits de naissance à la mairie de naissance*
  • demander des extraits de casier judiciaire*

Le mois d’avant :

  • mettre sa voiture en vente (d’ailleurs, à ce propos, si vous cherchez une nouvelle voiture du côté de Lyon dispo mi-octobre, allez voir par ), demander un permis international et solliciter la préfecture pour obtenir son relevé intégral de points*
  • se rendre en personne au service des impôts pour solder tout ce qu’on doit à l’État (impôt sur le revenu, taxe d’habitation, taxe foncière…)
  • se rendre en mairie pour obtenir une attestation de changement de résidence
  • résilier ses différents contrats de téléphonie, Internet, assurance, eau, électricité, box de fromages… et en profiter pour obtenir des attestations sinistre (auto et habitation)*
  • commencer à scanner les papiers importants (état-civil, identité, assurance, banque, permis de conduire…)
  • rencontrer son banquier pour décider de l’avenir de ses économies et comptes, obtenir une attestation de bon payeur*
  • commencer la migration de ses prélèvements automatiques sur un seul compte
  • donner procuration à un proche si vous décidez de garder un compte en France
  • mettre en ligne des petites annonces ou faire un vide-grenier pour les choses qui ne partent pas
  • trouver des proches qui vous hébergeront une fois votre logement vendu, le cas échéant
  • organiser la redirection de votre courrier
  • fournir au déménageur les documents demandés pour les formalités
  • former vos proches à Skype
  • lancer une fête de départ si c’est votre truc

nouveau-Brunswick canada s'installer déménager conteneur candidats des provinces initiative stratégique blog

Quinze jours avant :

  • relancer ses contacts sur place (CAFI, MAGMA, employeur potentiel, établissements scolaires, crèches…)
  • réserver un véhicule pour l’arrivée à l’aéroport
  • réserver quelques nuits à l’hôtel ou une location en attendant de trouver un logement si les agences d’aide à l’installation ne vous y aident pas
  • finaliser la vente de son logement
  • relancer les entités destinataires de prélèvements automatiques pour s’assurer qu’ils ont bien reçu vos avis de changement de domiciliation bancaire, le cas échéant
  • prévoir de quoi camper (matelas gonflables, meubles en plastique) une fois que le conteneur sera parti si vous gardez votre logement jusqu’au bout
  • trouver un nouveau propriétaire pour ses plantes vertes ou les relâcher en liberté
  • refaire des photos d’identité, parce qu’au cas où

La semaine d’avant :

  • vérifier qu’on a réglé toutes ses factures
  • vérifier qu’on a bien tous les papiers pour le départ et le passage à la douane*
  • faire des pots de départ pour finir les bouteilles d’alcool qui ne partiront pas avec soi
  • isoler ce qui reste avec soi et ce qui part par conteneur (cela fera l’objet d’une autre chronique)
  • dire au revoir à ses meubles et aller pleurer sur son matelas gonflable dans son logement tout vide qui résonne
  • arranger la remise de vos clés avec votre agence de gestion locative
  • commencer à sérieusement finir les provisions
  • dire au revoir aux plus proches

Trois jours avant :

  • aller chez le vétérinaire pour obtenir un certificat de bonne santé et des calmants (pour le chat, pas pour nous)
  • réserver un minivan taxi pour aller à l’aéroport avec toutes les valises et la cage à hippopotame
  • faire une provision de fromages sous vide

La veille :

  • mettre un carton avec les denrées qu’on n’a pas pu finir (huile, sel, croquettes, alcool…) à disposition pour les voisins
  • s’acheter une pizza parce qu’on n’a plus rien au frigo. Ou plus de frigo.
  • faire le relevé des compteurs avec EDF/Véolia
  • faire un tour chez Emmaüs ou faire venir des proches pour donner tout ce qui reste
  • mal dormir car on n’a plus de matelas, on est stressés, excités, impatients…

Le jour J :

  • ne pas trop pleurer (de joie) en fermant pour la dernière fois la porte de ce qui était chez soi
  • ne pas trop pleurer (de stress) en enregistrant le chat à l’aéroport
  • sautiller partout dans la salle d’embarquement
  • GNIIIIIIIIIII !

*merci Squaloe pour les ajouts !

Clique ici pour t’abonner

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Choisir un déménageur : épisode II

Choisir un déménageur : épisode II

La dernière chronique s’était terminée sur un cliffhanger tout pourri, un suspense de bas étage sur le choix de notre déménageur : « Mais quelle entreprise nos gais lurons vont-ils bien pouvoir choisir ? La suite au prochain épisode, après une page de réclame ! ».

Mais sachez bien que ce n’était pas volontaire : le 14 août, à moins de trois mois du départ, nous ne savions toujours pas qui allait avoir l’honneur de déménager notre canapé géant, notre désormais mythique machine à croques et notre tableau de Dark Vador à la Warhol (je vous le montrerai un jour, si vous êtes sages).

Intermède : un petit rappel salutaire

On nous demande souvent pourquoi on s’embête à prendre un conteneur au lieu de tout revendre. Je vous renvoie tout d’abord à cet article très bien fait sur la question. Ensuite, laissez-moi vous donner une petite formule mathématique assez simple :

prix des meubles revendus à Lyon – prix des meubles achetés à Moncton x coefficient d’emmerdement ² = conteneur

Si vous avez fait un bac littéraire et êtes des grosses quiches en maths, voici ce que ça donne en français :

  • d’une part, le prix de vente des meubles revendus sur le bon coin sera dérisoire et en plus, ça embête vraiment Martine de gérer des dizaines d’annonces en ligne
  • d’autre part, le prix d’achat de nouveaux meubles sera faramineux et en plus, ça embête vraiment Martin de racheter des meubles au compte-gouttes
  • enfin, le conteneur est certes ruineux cher mais nous garantit une paix d’esprit royale : on met les meubles dedans et on les retrouve un mois et demi après. Bim. Facile.

Reprenons le match

Ce que nous savions au vu des prestations et tarifs des différents concurrents, c’est entre qui le match allait se disputer.

DANS LE COIN BLEU : WMS MOVING !

DANS LE COIN ROUGE : PÉLICHET !

UN SEUL EN SORTIRA VIVANT ! DU SANG ! DU SANG !

WMS Moving commence par un bel enchaînement de trois devis tous plus imbattables les unes que l’autre, qui font vaciller l’adversaire sans le faire tomber : ses deux devis restent crédibles et résistent à la force de ce combo féroce.

Quand on attaque Pélichet, Pélichet contre-attaque. Certifications et affiliations fusent dans les dents : ISO 9001:2008, FAIM et Cercle Magellan, c’est du lourd. Les deux accréditations de WMS Moving, IAM et IMC, font à peine le poids. Sa petite botte secrète dévoilée sur le tard, la certification « Pépite du Grand Lyon« , lui permet de retrouver l’équilibre et évite le down.

Pélichet semble prendre l’avantage sur le terrain du capital confiance : sa présence en ligne et le fait que cette entreprise nous ait été conseillée par une connaissance diplomate manque d’envoyer WMS Moving au tapis, qui ne peut répliquer à cause de son absence presque totale de visibilité en ligne.

WMS Moving se ressaisit et reprend l’avantage avec son assurance : avec 2,5 % de la valeur déclarée et pas de surplus pour les moisissures, c’est de loin le moins cher. Avec ses 3,3 %, Pélichet est mal en point, d’autant plus que nous avons deux sons de cloche entre le devis et la visite à notre domicile sur les prestations comprises.

Un petit coup bien placé du facteur de la proximité lyonnaise de WMS Moving ne met pas Pélichet KO, mais lui fait un petit peu mal quand même.

ippo nouveau brunswick candidats des provinces initiative stratégique résidence permanente moncton lyon pélichet wms movingSource

Pélichet ne se laisse pas faire et retourne à nouveau le match avec son devis « objets fragiles uniquement », qui comprend l’emballage des meubles. Dans ses devis avec emballage du fragile, WMS Moving est certes bon marché mais nous laisse emballer nos propres meubles et acheter nos cartons et matériaux d’emballage. Ce coefficient d’emmerdement est sur le point de le faire perdre aux points.

Heureusement, sa prestation « doigts de pieds en éventail » est la moins chère de toutes. Grâce à ce coup imparable, WMS Moving met KO son adversaire pourtant coriace.

Vainqueur de ce combat acharné : WMS MOVING ! On l’applaudit !

Le choix du déménageur, c’est fait. Mais croyez-vous qu’on voie le bout du tunnel pour autant ? Laissez-moi rire, ça ne fait que commencer !

Clique ici pour t’abonner

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Joyeuse fête du Canada

Joyeuse fête du Canada

Aujourd’hui, le Canada célèbre sa fête nationale ! Dommage pour nous cette année, nous manquons les festivités de peu, mais nous souhaitons quand même une excellente journée aux Canadiens et aux nouveaux arrivants (maudits chanceux !) de l’autre côté de l’océan.

Cette journée commémore la naissance du pays, le 1er juillet 1867. Joyeux anniversaire, cher Canada ! 147 ans, c’est encore très jeune pour un pays.

En attendant d’y être, voici l’idée qu’on se fait de cette fête : tous habillés de rouge et blancs, les Canadiens envahissent les rues pour célébrer dans la joie leur pays et leur identité, à grands renforts de drapeaux et de barbecue d’orignaux arrosés de sirop d’érable, en écoutant avec la larme à l’œil les plus grands tubes de Céline Dion ou Roch Voisine.

Nous vérifierions si cet anniversaire correspond à l’image qu’on s’en fait dès l’an prochain !

Canada Day immigration nouveau brunswick blog candidats des provinces moncton

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !