Archives de
Étiquette : pense-bête

Pense-bête à l’usage de l’expatrié : côté canadien

Pense-bête à l’usage de l’expatrié : côté canadien

Après le pense-bête côté départ, on a pensé qu’un pense-bête côté arrivée serait utile. Comme nous sommes locataires, je n’ai pas mentionné les formalités d’achat d’un logement.

Reprenons : on vous avait quittés à l’aéroport, aussi frétillants qu’angoissés…

Dans l’avion

  • ne pas paniquer
  • ne pas sauter de joie partout dans les allées
  • essayer de dormir

Le jour de l’arrivée

La première semaine

  • obtenir le Numéro d’Assurance Sociale, le NAS, sans lui, point de salut, ni de travail, de sécu ou de permis de conduire
  • acheter une voiture si ce n’est déjà fait
  • souscrire une assurance auto
  • immatriculer la voiture auprès de Service NB sous dix jours pour régler les différentes taxes
  • fixer les plaques d’immatriculation sur le char (les serre-câbles, ça marche bien)
  • prendre une carte prépayée mobile en attendant d’avoir un compte bancaire pour prendre un abonnement
  • acheter du crédit sur Skype, littéralement imbattable pour les appels internationaux
  • appeler la famille pour les narguer rassurer

Les deux premières semaines, à faire dans l’ordre

  • ouvrir un compte en banque
  • trouver un logement
  • demander l’affiliation à Medicare (la sécu)*
  • échanger son permis de conduire français contre un permis du NB *

*sans justificatifs de domicile (bail, RIB), impossible d’obtenir Medicare ou le permis de conduire : fais dans l’ordre, on te dit !

  • souscrire un contrat chez Énergie NB (eau chaude, électricité)
  • souscrire un abonnement Internet
  • éventuellement souscrire un abonnement câble et téléphonie résidentielle
  • souscrire un vrai forfait téléphonique mobile
  • se signaler aux associations d’aide à l’installation
  • mettre son blog à jour pour les hordes de fans en délire qui attendent des nouvelles

Le premier mois

  • aller dédouaner son conteneur
  • récupérer ton conteneur
  • déballer les cartons comme si c’était Noël
  • se signaler au Consulat
  • éventuellement souscrire une assurance habitation (facultative pour les locataires)
  • éventuellement souscrire une assurance médicale privée (qui sera bientôt obligatoire de toute façon)
  • s’immatriculer auprès de Revenu Canada si on monte une entreprise, fût-elle autonome (AHEM Martine, qu’attends-tu ?)
  • commencer les recherches d’emploi ou reprendre son activité autonome
  • réactiver les contacts du voyage exploratoire
  • débuter le réseautage
  • débuter les cours d’anglais si besoin

Les mois suivants

  • s’inscrire à une association pour sociabiliser (attention : on attend Medicare avant de reprendre la boxe thaï ou le vélo sur verglas)
  • voir les possibilités de bénévolat si c’est ton truc
  • adopter les traditions locales
  • rencontrer d’autres immigrants, essayer d’élargir son cercle
  • compléter ses placards avec des articles canado-compatibles : bottes de pluie, manteau résistant à -50°C, sirop d’érable

WP_002749

Les bottes de pluie, c’est en plastique, c’est moche, ça va avec rien mais ça peut te sauver la vie. Surtout en cas de tempête de pluie.

Au bout de trois à six mois

  • recevoir sa carte Medicare : à toi le sport !
  • recevoir sa carte de résident permanent : à toi le champagne !
  • demander une carte de crédit : en tant que poussins fraîchement débarqués d’Europe, nous n’avons pas d’historique de crédit à mettre sous la dent de notre conseiller bancaire en arrivant. Mets ton orgueil de trentenaire au placard et accepte de revenir à la carte Mozaic de tes 16 ans l’espace de quelques mois. De toute façon, 1/tu n’as pas le choix et 2/ tu as toujours une carte Visa/Mastercard française, non ? Bon.
  • prendre l’accent acadien en titi, icitte on parle comme ça de même, là.

On a oublié des choses ? Viens nous dire ça en commentaire !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pense-bête à l’usage de l’immigrant

Pense-bête à l’usage de l’immigrant

Martine adoooooooore faire des listes. Un peu trop, dirait Martin et toute personne qui a participé de près à leur mariage.

Si cette bisbille de couple ne concerne que nous, nous allons quand même partager avec vous le rétroplanning du futur immigrant. J’ai volontairement étalé les tâches à faire dans le temps, mais si vous êtes des guerriers, en un mois, c’est faisable. Sportif, mais faisable.

Oh, et si d’aventure vous avez fait un déménagement intercontinental et souhaitez apporter votre pierre à l’édifice, les commentaires vous tendent les bras. EDIT : je complète l’article au fur et à mesure de vos contributions.

Dès que possible :

  • réserver son billet d’avion et celui de ses animaux domestiques pour avoir le choix du prix et des dates
  • prendre rendez-vous dans des agences de gestion locative si on met son logement en location
  • mettre son logement en vente si on préfère s’en défaire
  • solliciter des transporteurs pour avoir des devis pour un conteneur

Trois mois avant :

  • envoyer sa lettre de démission
  • envoyer sa dédite à son propriétaire si on est locataire
  • contacter ses médecins spécialistes pour avoir un rendez-vous à temps et la joie de creuser une dernière fois le trou de la Sécu
  • choisir le déménageur et fixer une date pour le déménagement
  • voir si on peut utiliser une dernière fois ses points de téléphonie pour obtenir un nouveau téléphone sans engagement (à désimlocker avant le départ)
  • d’ailleurs, commencer à vider ses cartes de fidélité et en profiter pour se payer des restaus, des nouveaux produits de beauté ou tout simplement des courses chez Super U (faire un stock de mouchoirs* !)

Deux mois avant

  • demander des copies d’extraits de naissance à la mairie de naissance*
  • demander des extraits de casier judiciaire*

Le mois d’avant :

  • mettre sa voiture en vente (d’ailleurs, à ce propos, si vous cherchez une nouvelle voiture du côté de Lyon dispo mi-octobre, allez voir par ), demander un permis international et solliciter la préfecture pour obtenir son relevé intégral de points*
  • se rendre en personne au service des impôts pour solder tout ce qu’on doit à l’État (impôt sur le revenu, taxe d’habitation, taxe foncière…)
  • se rendre en mairie pour obtenir une attestation de changement de résidence
  • résilier ses différents contrats de téléphonie, Internet, assurance, eau, électricité, box de fromages… et en profiter pour obtenir des attestations sinistre (auto et habitation)*
  • commencer à scanner les papiers importants (état-civil, identité, assurance, banque, permis de conduire…)
  • rencontrer son banquier pour décider de l’avenir de ses économies et comptes, obtenir une attestation de bon payeur*
  • commencer la migration de ses prélèvements automatiques sur un seul compte
  • donner procuration à un proche si vous décidez de garder un compte en France
  • mettre en ligne des petites annonces ou faire un vide-grenier pour les choses qui ne partent pas
  • trouver des proches qui vous hébergeront une fois votre logement vendu, le cas échéant
  • organiser la redirection de votre courrier
  • fournir au déménageur les documents demandés pour les formalités
  • former vos proches à Skype
  • lancer une fête de départ si c’est votre truc

nouveau-Brunswick canada s'installer déménager conteneur candidats des provinces initiative stratégique blog

Quinze jours avant :

  • relancer ses contacts sur place (CAFI, MAGMA, employeur potentiel, établissements scolaires, crèches…)
  • réserver un véhicule pour l’arrivée à l’aéroport
  • réserver quelques nuits à l’hôtel ou une location en attendant de trouver un logement si les agences d’aide à l’installation ne vous y aident pas
  • finaliser la vente de son logement
  • relancer les entités destinataires de prélèvements automatiques pour s’assurer qu’ils ont bien reçu vos avis de changement de domiciliation bancaire, le cas échéant
  • prévoir de quoi camper (matelas gonflables, meubles en plastique) une fois que le conteneur sera parti si vous gardez votre logement jusqu’au bout
  • trouver un nouveau propriétaire pour ses plantes vertes ou les relâcher en liberté
  • refaire des photos d’identité, parce qu’au cas où

La semaine d’avant :

  • vérifier qu’on a réglé toutes ses factures
  • vérifier qu’on a bien tous les papiers pour le départ et le passage à la douane*
  • faire des pots de départ pour finir les bouteilles d’alcool qui ne partiront pas avec soi
  • isoler ce qui reste avec soi et ce qui part par conteneur (cela fera l’objet d’une autre chronique)
  • dire au revoir à ses meubles et aller pleurer sur son matelas gonflable dans son logement tout vide qui résonne
  • arranger la remise de vos clés avec votre agence de gestion locative
  • commencer à sérieusement finir les provisions
  • dire au revoir aux plus proches

Trois jours avant :

  • aller chez le vétérinaire pour obtenir un certificat de bonne santé et des calmants (pour le chat, pas pour nous)
  • réserver un minivan taxi pour aller à l’aéroport avec toutes les valises et la cage à hippopotame
  • faire une provision de fromages sous vide

La veille :

  • mettre un carton avec les denrées qu’on n’a pas pu finir (huile, sel, croquettes, alcool…) à disposition pour les voisins
  • s’acheter une pizza parce qu’on n’a plus rien au frigo. Ou plus de frigo.
  • faire le relevé des compteurs avec EDF/Véolia
  • faire un tour chez Emmaüs ou faire venir des proches pour donner tout ce qui reste
  • mal dormir car on n’a plus de matelas, on est stressés, excités, impatients…

Le jour J :

  • ne pas trop pleurer (de joie) en fermant pour la dernière fois la porte de ce qui était chez soi
  • ne pas trop pleurer (de stress) en enregistrant le chat à l’aéroport
  • sautiller partout dans la salle d’embarquement
  • GNIIIIIIIIIII !

*merci Squaloe pour les ajouts !

Clique ici pour t’abonner

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !