Archives de
Étiquette : pélichet

Cinq questions à poser à un futur immigrant… ou pas.

Cinq questions à poser à un futur immigrant… ou pas.

Voici les cinq questions à poser à un futur immigrant… Une fois. Mais pas plus.

Pourquoi ? Parce que tout le monde les pose. Tout le temps. À chaque fois qu’on se voit. Dans tous les contextes. Et même que c’est exactement pour ça que j’avais mis en ligne ce blog, pour ne pas me métamorphoser en perroquet savant.

Loin de moi l’idée de paraître mesquine : je suis touchée de l’intérêt pour nos démarches et j’adore tellement qu’on prenne des nouvelles de notre processus d’immigration que j’ai l’impression d’être une licorne sur un arc-en-ciel quand ça arrive. Et même que c’est la deuxième raison qui m’a poussée à mettre en ligne ce blog, pour pouvoir déblatérer m’exprimer de tout mon soûl sans contraintes ni limites, comme vous l’aurez constaté.

Mais là, j’en appelle à votre pitié : cessons le massacre ! On en est à un point où on redoute l’arrivée du sujet du Canada dans la conversation.

Head in Hands

Vous avez trouvé un appart ?

Absolument, d’ailleurs cela fait six mois qu’on loue un appart dans le vide de l’autre côté de l’Atlantique, sans l’avoir visité, parce que la prévoyance, c’est tout à fait nous.

Nous préférons passer quelques jours dans un hôtel ou une location temporaire à notre arrivée, et visiter les appartements nous-mêmes pour nous rendre compte du quartier, des distances, des petits détails pénibles comme les moisissures et l’isolation.

Vous avez trouvé un emploi ?

1/ Cette question me porte à penser que tu ne sais toujours pas ce que je fais dans la vie 2/Trouver un emploi est déjà de la tarte quand on est sur la place, alors je te laisse imaginer à distance.

La plupart des offres d’emploi sont souterraines et n’atteignent pas les sites de petites annonces. Les Canadiens semblent privilégier le réseau et les contacts personnels, chose difficile à mettre en œuvre à distance. Martin cherchera un emploi une fois sur place. Martine fera bouillir la marmite en conservant son activité libérale – mais en étant immatriculée au Canada, évidemment.

Vous avez déjà commencé les démarches ?

Non, on s’est dit qu’on était jeunes et funs et que les démarches c’est pour les faibles, je vais montrer mes seins au douanier en descendant de l’avion, c’est encore ce qu’on a trouvé de mieux pour obtenir un permis de séjour.

Nous avons entamé les démarches voilà deux ans, en demandant un PVT en novembre 2012, à l’occasion de quoi nous nous sommes ramassés comme des grosses crêpes. Loin de rester sur cet échec, nous avons appris l’existence pris connaissance du Nouveau-Brunswick en février 2013 et entamé les démarches officielles en avril 2013. Actuellement, nous sommes sur le point de faire valider notre résidence permanente, la Green Card canadienne. Il ne nous reste qu’un formulaire à faire tamponner : nous pouvons dire que nous sommes à la fin des démarches.

Vous allez rester combien de temps ?

 Il faudrait déjà qu’on parte avant de pouvoir rester.

Vu le temps qu’ont pris les démarches, rester deux ou trois ans semble un minimum. Faute de posséder les pouvoirs extralucides d’une Mme Soleil, nous ne savons vraiment pas du tout combien de temps durera notre aventure canadienne : deux ans, dix ou une vie ?

Alors, pas trop stressés ?

La prochaine fois qu’on me pose cette question, je me change en dragon et je mets le feu à la ville. Voilà.

Non, ça roule. Et vous ?

Et la question complémentaire : On peut venir passer nos vacances chez vous ? Vous envoyer notre fils de 11 ans pour séjour linguistique ? Vous nous conseillez quoi comme visites ?

On se disait justement qu’on allait se reconvertir en agence de voyage et acheter un minibus. Quant à ton fils, tant qu’il n’a pas le permis, je ne peux rien pour lui !

Avec grand plaisir (je suis d’ailleurs la première à harceler nos amis qui s’expatrient… mea culpa), mais déménager est un processus prenant. En ce moment, toute notre attention est focalisée sur la préparation de notre départ ; une fois de l’autre côté de l’Atlantique, toute notre attention sera focalisée sur notre arrivée. Nous vous accueillerons tous avec joie une fois que nous serons installés pour de bon… en 2015 !

Si tu veux nous faire plaisir la prochaine fois qu’on parle immigration, demande-nous si on compte se mettre au hockey, quelle est la situation de la filière fromagère franco-canadienne et simplement, si tout se passe bien avec notre déménagement. Et ne t’acharne pas si tu vois qu’on devient gris et qu’on commence à donner des signes ostentatoires de changement de sujet (« Fait beau, hein ? ») : viens plutôt relire ce blog !

canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants brune(Ou tout l’article, d’ailleurs 🙂 (Source : Lyon CityCrunch)

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Liban

Liban

C’est un peu Beyrouth là non ?

_1050080

_1050092

_1050405

_1050414

Chez nos hôtes à Hemlaya

_1050261

_1050399

Grottes de la Jeita

WP_002218_1050131

Byblos

_1050146

_1050152

_1050183

_1050184_1050202

_1050221

Dégustation de vin à Zahlé, dans la vallée de la Beqaa. De l’autre côté de la vallée, la Syrie.

_1050282

_1050265_1050295Un checkpoint

_1050296

 

Réception de mariage à Faraya _1050325 _1050335 _1050373 _1050379 _1050322 _1050401

Nos hôtes 🙂

_1050418

Rendez-vous sur Hellocoton !
Notre première bougie

Notre première bougie

Le blog souffle sa première bougie !

Un an d’articles, d’anecdotes, d’expériences et aussi d’échanges avec nos chers lecteurs, puisque vous êtes de plus en plus nombreux à nous contacter en privé pour nous demander des infos sur l’initiative stratégique au Nouveau-Brunswick (au lieu de poser vos questions dans les commentaires pour que tout le monde puisse profiter des réponses, bande de petits filous).

Et ça, ça nous fait immensément plaisir puisqu’au delà des nouvelles à la famille (coucou les mamans !), ce blog avait aussi l’ambition d’être utile et instructif pour des futurs candidats à l’immigration parce que, disons-le tout net, quand on se lance là-dedans, on fait plus que pédaler dans la semoule : on s’y noie proprement.

Donc MERCI à vous tous de nous suivre ! Cette année, nous avons reçu plus de 5 600 visites et plus de 14 200 pages ont été lues, ce qui nous gonfle d’orgueil et de fierté !

Nous entrons dans la dernière ligne droite du départ, avec toujours plus de rebondissements administratifs, de surprises logistiques et de montagnes russes émotionnelles. Restez avec nous encore un peu !

 déménager blog nouveau-brunswick canada immigration candidats des provinces résidence permanente expatriation pvt initiative stratégique conteneur

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pense-bête à l’usage de l’immigrant

Pense-bête à l’usage de l’immigrant

Martine adoooooooore faire des listes. Un peu trop, dirait Martin et toute personne qui a participé de près à leur mariage.

Si cette bisbille de couple ne concerne que nous, nous allons quand même partager avec vous le rétroplanning du futur immigrant. J’ai volontairement étalé les tâches à faire dans le temps, mais si vous êtes des guerriers, en un mois, c’est faisable. Sportif, mais faisable.

Oh, et si d’aventure vous avez fait un déménagement intercontinental et souhaitez apporter votre pierre à l’édifice, les commentaires vous tendent les bras. EDIT : je complète l’article au fur et à mesure de vos contributions.

Dès que possible :

  • réserver son billet d’avion et celui de ses animaux domestiques pour avoir le choix du prix et des dates
  • prendre rendez-vous dans des agences de gestion locative si on met son logement en location
  • mettre son logement en vente si on préfère s’en défaire
  • solliciter des transporteurs pour avoir des devis pour un conteneur

Trois mois avant :

  • envoyer sa lettre de démission
  • envoyer sa dédite à son propriétaire si on est locataire
  • contacter ses médecins spécialistes pour avoir un rendez-vous à temps et la joie de creuser une dernière fois le trou de la Sécu
  • choisir le déménageur et fixer une date pour le déménagement
  • voir si on peut utiliser une dernière fois ses points de téléphonie pour obtenir un nouveau téléphone sans engagement (à désimlocker avant le départ)
  • d’ailleurs, commencer à vider ses cartes de fidélité et en profiter pour se payer des restaus, des nouveaux produits de beauté ou tout simplement des courses chez Super U (faire un stock de mouchoirs* !)

Deux mois avant

  • demander des copies d’extraits de naissance à la mairie de naissance*
  • demander des extraits de casier judiciaire*

Le mois d’avant :

  • mettre sa voiture en vente (d’ailleurs, à ce propos, si vous cherchez une nouvelle voiture du côté de Lyon dispo mi-octobre, allez voir par ), demander un permis international et solliciter la préfecture pour obtenir son relevé intégral de points*
  • se rendre en personne au service des impôts pour solder tout ce qu’on doit à l’État (impôt sur le revenu, taxe d’habitation, taxe foncière…)
  • se rendre en mairie pour obtenir une attestation de changement de résidence
  • résilier ses différents contrats de téléphonie, Internet, assurance, eau, électricité, box de fromages… et en profiter pour obtenir des attestations sinistre (auto et habitation)*
  • commencer à scanner les papiers importants (état-civil, identité, assurance, banque, permis de conduire…)
  • rencontrer son banquier pour décider de l’avenir de ses économies et comptes, obtenir une attestation de bon payeur*
  • commencer la migration de ses prélèvements automatiques sur un seul compte
  • donner procuration à un proche si vous décidez de garder un compte en France
  • mettre en ligne des petites annonces ou faire un vide-grenier pour les choses qui ne partent pas
  • trouver des proches qui vous hébergeront une fois votre logement vendu, le cas échéant
  • organiser la redirection de votre courrier
  • fournir au déménageur les documents demandés pour les formalités
  • former vos proches à Skype
  • lancer une fête de départ si c’est votre truc

nouveau-Brunswick canada s'installer déménager conteneur candidats des provinces initiative stratégique blog

Quinze jours avant :

  • relancer ses contacts sur place (CAFI, MAGMA, employeur potentiel, établissements scolaires, crèches…)
  • réserver un véhicule pour l’arrivée à l’aéroport
  • réserver quelques nuits à l’hôtel ou une location en attendant de trouver un logement si les agences d’aide à l’installation ne vous y aident pas
  • finaliser la vente de son logement
  • relancer les entités destinataires de prélèvements automatiques pour s’assurer qu’ils ont bien reçu vos avis de changement de domiciliation bancaire, le cas échéant
  • prévoir de quoi camper (matelas gonflables, meubles en plastique) une fois que le conteneur sera parti si vous gardez votre logement jusqu’au bout
  • trouver un nouveau propriétaire pour ses plantes vertes ou les relâcher en liberté
  • refaire des photos d’identité, parce qu’au cas où

La semaine d’avant :

  • vérifier qu’on a réglé toutes ses factures
  • vérifier qu’on a bien tous les papiers pour le départ et le passage à la douane*
  • faire des pots de départ pour finir les bouteilles d’alcool qui ne partiront pas avec soi
  • isoler ce qui reste avec soi et ce qui part par conteneur (cela fera l’objet d’une autre chronique)
  • dire au revoir à ses meubles et aller pleurer sur son matelas gonflable dans son logement tout vide qui résonne
  • arranger la remise de vos clés avec votre agence de gestion locative
  • commencer à sérieusement finir les provisions
  • dire au revoir aux plus proches

Trois jours avant :

  • aller chez le vétérinaire pour obtenir un certificat de bonne santé et des calmants (pour le chat, pas pour nous)
  • réserver un minivan taxi pour aller à l’aéroport avec toutes les valises et la cage à hippopotame
  • faire une provision de fromages sous vide

La veille :

  • mettre un carton avec les denrées qu’on n’a pas pu finir (huile, sel, croquettes, alcool…) à disposition pour les voisins
  • s’acheter une pizza parce qu’on n’a plus rien au frigo. Ou plus de frigo.
  • faire le relevé des compteurs avec EDF/Véolia
  • faire un tour chez Emmaüs ou faire venir des proches pour donner tout ce qui reste
  • mal dormir car on n’a plus de matelas, on est stressés, excités, impatients…

Le jour J :

  • ne pas trop pleurer (de joie) en fermant pour la dernière fois la porte de ce qui était chez soi
  • ne pas trop pleurer (de stress) en enregistrant le chat à l’aéroport
  • sautiller partout dans la salle d’embarquement
  • GNIIIIIIIIIII !

*merci Squaloe pour les ajouts !

Clique ici pour t’abonner

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Choisir un déménageur : épisode II

Choisir un déménageur : épisode II

La dernière chronique s’était terminée sur un cliffhanger tout pourri, un suspense de bas étage sur le choix de notre déménageur : « Mais quelle entreprise nos gais lurons vont-ils bien pouvoir choisir ? La suite au prochain épisode, après une page de réclame ! ».

Mais sachez bien que ce n’était pas volontaire : le 14 août, à moins de trois mois du départ, nous ne savions toujours pas qui allait avoir l’honneur de déménager notre canapé géant, notre désormais mythique machine à croques et notre tableau de Dark Vador à la Warhol (je vous le montrerai un jour, si vous êtes sages).

Intermède : un petit rappel salutaire

On nous demande souvent pourquoi on s’embête à prendre un conteneur au lieu de tout revendre. Je vous renvoie tout d’abord à cet article très bien fait sur la question. Ensuite, laissez-moi vous donner une petite formule mathématique assez simple :

prix des meubles revendus à Lyon – prix des meubles achetés à Moncton x coefficient d’emmerdement ² = conteneur

Si vous avez fait un bac littéraire et êtes des grosses quiches en maths, voici ce que ça donne en français :

  • d’une part, le prix de vente des meubles revendus sur le bon coin sera dérisoire et en plus, ça embête vraiment Martine de gérer des dizaines d’annonces en ligne
  • d’autre part, le prix d’achat de nouveaux meubles sera faramineux et en plus, ça embête vraiment Martin de racheter des meubles au compte-gouttes
  • enfin, le conteneur est certes ruineux cher mais nous garantit une paix d’esprit royale : on met les meubles dedans et on les retrouve un mois et demi après. Bim. Facile.

Reprenons le match

Ce que nous savions au vu des prestations et tarifs des différents concurrents, c’est entre qui le match allait se disputer.

DANS LE COIN BLEU : WMS MOVING !

DANS LE COIN ROUGE : PÉLICHET !

UN SEUL EN SORTIRA VIVANT ! DU SANG ! DU SANG !

WMS Moving commence par un bel enchaînement de trois devis tous plus imbattables les unes que l’autre, qui font vaciller l’adversaire sans le faire tomber : ses deux devis restent crédibles et résistent à la force de ce combo féroce.

Quand on attaque Pélichet, Pélichet contre-attaque. Certifications et affiliations fusent dans les dents : ISO 9001:2008, FAIM et Cercle Magellan, c’est du lourd. Les deux accréditations de WMS Moving, IAM et IMC, font à peine le poids. Sa petite botte secrète dévoilée sur le tard, la certification « Pépite du Grand Lyon« , lui permet de retrouver l’équilibre et évite le down.

Pélichet semble prendre l’avantage sur le terrain du capital confiance : sa présence en ligne et le fait que cette entreprise nous ait été conseillée par une connaissance diplomate manque d’envoyer WMS Moving au tapis, qui ne peut répliquer à cause de son absence presque totale de visibilité en ligne.

WMS Moving se ressaisit et reprend l’avantage avec son assurance : avec 2,5 % de la valeur déclarée et pas de surplus pour les moisissures, c’est de loin le moins cher. Avec ses 3,3 %, Pélichet est mal en point, d’autant plus que nous avons deux sons de cloche entre le devis et la visite à notre domicile sur les prestations comprises.

Un petit coup bien placé du facteur de la proximité lyonnaise de WMS Moving ne met pas Pélichet KO, mais lui fait un petit peu mal quand même.

ippo nouveau brunswick candidats des provinces initiative stratégique résidence permanente moncton lyon pélichet wms movingSource

Pélichet ne se laisse pas faire et retourne à nouveau le match avec son devis « objets fragiles uniquement », qui comprend l’emballage des meubles. Dans ses devis avec emballage du fragile, WMS Moving est certes bon marché mais nous laisse emballer nos propres meubles et acheter nos cartons et matériaux d’emballage. Ce coefficient d’emmerdement est sur le point de le faire perdre aux points.

Heureusement, sa prestation « doigts de pieds en éventail » est la moins chère de toutes. Grâce à ce coup imparable, WMS Moving met KO son adversaire pourtant coriace.

Vainqueur de ce combat acharné : WMS MOVING ! On l’applaudit !

Le choix du déménageur, c’est fait. Mais croyez-vous qu’on voie le bout du tunnel pour autant ? Laissez-moi rire, ça ne fait que commencer !

Clique ici pour t’abonner

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Nouveau ! Inscrivez-vous à notre lettre d’information

Nouveau ! Inscrivez-vous à notre lettre d’information

Suite à la demande INSISTANTE d’une horde de fans en délire, nous avons la joie et la fierté de vous présenter notre lettre d’information ! Toujours plus d’actualités, de nouveaux articles et de poutines !

En fait non, ce sera exactement la même chose qu’avant, mais ça arrivera direct dans votre messagerie (si Martine arrive à maîtriser le bidule qui sert à envoyer les machins d’ici le prochain article… Suspense). Elle est pas belle la vie ?

Inscrivez-vous ICI les amis !

kaa initiative stratégique lettre d'information newsletter blog nouveau brunswick acadie résidence permanente immigrants moncton 2Oui bon si vous venez là, c’est aussi que vous aimez mon humour douteux, et je vous en remercie !

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Choisir un déménageur : épisode I

Choisir un déménageur : épisode I

En ce moment, nous sommes en plein dans les devis pour notre déménagement. En plein JUSQU’AU COU.

Nous avons contacté pas moins de dix entreprises de déménagement* pour savoir qui aurait l’honneur de déménager la vaisselle de la grand-mère de Faverges, notre millier de mangas et la tente Quechua. Importante, la tente Quechua.

Sur ces dix transporteurs, six ont daigné nous répondre. Vous vous demandez comment on fait un devis pour un déménagement ? Voici la marche à suivre :

  • saisissez les mots clés adaptés à votre situation dans votre moteur de recherche favori : « déménagement canada », « choisir déménageur canada », « conteneur québec » ou « déménagement lyon moncton ». Sachez que cette dernière requête ne donnera pas grand chose.
  • une fois que vous avez trouvé quelques références d’entreprises apparemment compétentes, cliquez sur l’option « Demander un devis gratuit » que le site ne manquera pas de proposer
  • passez environ 18 heures à remplir les formulaires détaillés de vos possessions, vos coordonnées, vos dates de départ
  • attendez qu’on vous recontacte
  • attendez encore
  • faites quelques relances
  • quand par hasard une entreprise vous recontacte, rendez-vous compte qu’elle n’a pas du tout lu le contenu du formulaire récapitulant vos possessions
  • renvoyez-lui un fichier récapitulant vos possessions
  • attendez qu’un commercial vous rappelle pour venir sur place estimer le volume  de vos possessions
  • obtenez entretemps un devis préliminaire par mail, qui sera de toute façon revu à la hausse une fois le commercial passé
  • prenez six demi-journées de congés pour faire visiter votre logement au commercial venu, au choix, estimer le volume de vos possessions ou dire du mal de ses concurrents
  • attendez qu’il revoit le devis à la hausse
  • recevez enfin votre devis final, qui pourra être revu à la hausse selon le cours du carburant quelques jours avant le départ.

En résumé, demander un devis pour un déménagement international, c’est beaucoup d’attente entrecoupée d’estimations du volume de vos possessions et de révisions à la hausse.

déménagement nouveau-brunswick canada immigration candidats des provinces résidence permanente expatriation pvt initiative stratégique conteneurSource

Après près d’un mois et demi passé à courir après les déménageurs, nous avons désormais six devis fiables, que je vous dévoile sans plus tarder.

Ces devis portent tous sur les conditions suivantes :

  • 25 à 30 m3, soit un conteneur de 20 pieds personnel
  • de porte à porte entre Lyon et Moncton, sans accès difficile
  • emballage de la vaisselle / emballage de tous les objets fragiles / emballage complet par le déménageur
  • démontage et remontage des meubles si besoin
  • frais portuaires THC
  • formalités d’importation
  • assurance tous risques
  • options d’assurance : couverture des séries, dérangement électrique, moisissures et mildiou

 

Déménageur Tarif Assurance Franchise
Galliéni – / 8 950 € / – 2 % 500 €
WMS Moving 5 950 € / 6 450 / 7 120 € 2,5 % 190 €
AGS – / 7 879 € / – 3,75 % 100 €
Direct Déménagement – / 7 797 € / – 1,8 %
Pélichet – / 6 970 € / 7490 € 3,3 %
Crown relocations – / 7 425 € / 7825 € 3,15 % 100 USD

 

Comme vous pouvez le constater, on a de gros écarts non seulement au niveau du tarif, mais aussi de l’assurance, de la franchise… Et je ne parle même pas des critères subjectifs comme le contact global avec l’entreprise, le ressenti avec le commercial et l’âge de la capitaine.

Sans oublier que je suis la seule à m’occuper de ce fouillis cette formalité, Martin étant très pris par son travail le petit lâcheur. En bref, c’est à moi qu’incombe le choix du transporteur. Grosse grosse responsabilité sur mes frêles épaules.

Et au final, qui est l’heureux élu ? Réponse la prochaine fois !

*Pour vous mâcher le travail, Tata Martine va même vous donner ces entreprises : Galliéni, Demarine, WMS Moving, Direct Déménagement, Biard, Pélichet, AGS, Grospiron, Crown Relocation et Atitramar.

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !