Archives de
Étiquette : kouchibouguac

Tranches de vie : août 2016

Tranches de vie : août 2016

titre août 2016

Le mois d’août a rimé avec… kayak ! Une rime bien pauvre mais une vraie découverte pour cette activité nautique relativement simple, pas si chère que ça et surtout ultra dépaysante. Kayak par ci, kayak par là, Martine n’avait que le kayak à la bouche.

Nous sommes donc allés pagayer à Kouchibouguac…

WP_007542 (2)WP_007552 (2)

et à Shédiac…WP_007563 (2)WP_007564 (2)WP_007573 (2)WP_007582 (2)

Et c’est tout ? Oui, mais si la saison le permet, ce ne sera probablement pas nos dernières sorties en rafiot !

Nous avons aussi profité de ce que l’été avait à nous offrir :

mûres, framboises et myrtilles à foison…

WP_007597

promenades aux alentours (ici, le Monument Lefebvre à Memramcook)…

WP_007674 (2)WP_007690 (2)

piscine pour tous…
WP_20160816_14_27_50_Pro (2)

Sans oublier le Tintamarre !_1160748 (2)_1160760 (2)_1160769 (2)_1160853 (2)Il semblerait aussi que nous nous soyons échappés de Moncton pour un week-end ailleurs… mais où ? Un indice ci-dessous !

_1170244 (3)On espère que la rentrée se passe bien pour tous ! À très vite !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tranches de vie : février 2016

Tranches de vie : février 2016

Février avait pourtant bien commencé, avec son lot de sorties en raquettes à Kouchibouguac…

_1130782

_1130790

_1130802

de soirées dansantes sous la neige…

_1130760

_1130767

_1130772

de sorties en raquettes au parc centenaire…

_1130821

_1130822

12696977_1201426789886114_1016134977355221655_o

de soirées française (OK juste une)…

_1130810

de sorties en ski de fond pendant la pause déjeuner…

WP_005224

de sorties culturelles pour la Saint Valentin…

_1130942 _1130947 _1130964

Et le 13 février, cette série d’activités fort sympathique a atteint un terme brutal avec l’arrivée chez d’Indiana, joli petit Samoyède de 2 mois et demi qui est devenu l’unique occupation de notre temps libre ces dernières semaines. Nous commençons à peine à sortir la tête de l’eau et à retrouver le temps d’écrire. Pour nous faire pardonner, un florilège de photos de sa bouille de petit chiot :

_1130889-bis _1130984 _1140060-bis WP_005387-bis WP_005504 (2) WP_005537 (2) WP_005604 (2) WP_005624 (2) WP_005683 (2) WP_005733 (2)

 

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
L’automne au Nouveau-Brunswick

L’automne au Nouveau-Brunswick

Comme tout le monde en ce moment, des blogueurs aux personnes normales sur Facebook, au Canada ou en France, on se doit de faire une chronique sur l’automne, c’est de rigueur. Et de saison. Allez voir ici, ou , ou sur n’importe quel réseau social, et vous n’aurez qu’à vous baisser pour trouver des photos de feuilles d’automne à la pelle.

Mais que dire ? L’automne ici, c’est vraiment surfait.

Tous les arbres sont défectueux et prennent des couleurs maladives qui font mal aux yeux. Les températures sont douces jusqu’au 15 octobre, le soleil brille à qui mieux mieux et rend les gens agressifs dans la rue, excédés par tant de luminosité pas du tout de saison.

Tout est exécrable.

_1120513_1120792Épouvantable._1130009_1120435

Cauchemardesque._1120270_1120398

Criard._1120969 _1120970Absurdement coloré._1120950 _1120956

Ridicule._1120534_1120548-bis

Toutes ces couleurs donnent des migraines ophtalmiques à tour de bras.feuilles automne canada moncton nouveau-brunswick

Bref, rendez-nous l’automne tel qu’on le connaît : gris, pluvieux, morne ! Vivement novembre !

captain second degré canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants brune[je mets toujours ce logo par égard pour les nouveaux lecteurs, mais en vrai, vous savez qu’on a un humour bizarre non ?]

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Sortie : le pow-wow de la première nation Elsipogtog

Sortie : le pow-wow de la première nation Elsipogtog

Quand je dis « powwow », vous pensez à…

A. un groupe de chanteurs a capella ayant eu leur heure de gloire dans les années 1990 ?

B. un rassemblement informel de traducteurs (pour de vrai !) ?

C. un rassemblement d’Améridiens ?

D. la réponse D ?

Le week-end de la fête du travail, nous avons pu assister à un événement qui sort de très loin de l’ordinaire pour nous : le pow-wow annuel de la première nation Elsipogtog (Mikmaq) à Rexton, près de Richibucto et Kouchibouguac.

Arrivés pendant la pause déjeuner, nous sommes comme des poules avec un couteau : les sièges sont réservés aux Anciens, pas d’autres Blancs en vue, on se contente de manger nos nachos debout en se faisant le plus petit possible, ultra-conscients de ne pas être tout à fait à notre place.

Les organisateurs ont tout de même fait de la publicité à leur événement sur le site de l’office du tourisme du Nouveau-Brunswick, et ont installé des panneaux d’interprétation sur le terrain pour les petits bleus comme nous. Y sont décrits les danses, les protagonistes et les tenues d’apparat (le terme « costume » étant considéré comme condescendant, et refusé).

L’animateur au micro fait bien les choses et explique bien ce qu’il se passe : qui est le danseur principal, cette chanson est dédiée au vétéran, levez-vous, restez assis, prenez des photos, rangez vos appareils. L’immense majorité de l’assemblée est elle-même amérindienne et connaît les ficelles du pow-wow, mais pour le reste du public, c’est salvateur.

La cérémonie commence par la « danse de l’herbe », réalisée par les hommes pour bénir le terrain. Remarquerez-vous un détail geek dans l’une des tenues d’apparat ci-dessous ? Si j’ai bien compris, les danseurs réalisent eux-mêmes leur tenue, et y incorporent ce qu’ils souhaitent.

première nation nouveau-brunswick

C’est ensuite l’heure de la Grande entrée. Entrent en scène les chefs, les drapeaux, les danseurs, danseuses, tournant autour du terrain de danse dans le sens des aiguilles d’une montre.

chefs danseurs rassemblement big cove richibuctopowwow première nation rexton

Chaque morceau est interprété au tambour et à la voix avec un groupe d’hommes, représentant différentes tribus d’ici et d’ailleurs (Québec, Ontario), pas forcément Mikmaq d’ailleurs. Une idée de la grande entrée ici (vidéo par « Carolji Forgues », c’est-à-dire pas par nous) :

https://www.youtube.com/watch?v=V0GWuzqk_xM

Vous remarquerez sur les photos que tous les participants n’ont pas l’air ostensiblement Amérindiens. Certains ont évidemment des traits conformes à l’image que l’on se fait des autochtones, mais d’autres sont blancs, d’autres encore métis, d’autres noirs. J’imagine qu’en 2015, les Amérindiens « pur sang » sont relativement rares, et que le métissage est inévitable ; l’important étant surtout de se réclamer d’un héritage pour faire vivre la culture. Dans la vidéo, on voit quelques danseurs au physique non autochtone (à 0:04 en brun et bleu, à 0:30 en bleu et rouge).

danseuses natives pow-wow

Vous remarquerez les couleurs éclatantes. Les motifs jaune, rouge, noir et blanc se dégage du lot : ce sont des couleurs traditionnelles pour représenter le cycle de la vie [LE CYYYYYYYYCLE ÉTERNEEEEEL…] [50 geeks points, tout ça].

big cove richibucto

Après la grande entrée, les danses et chants se sont succédé pendant deux heures environ, sous un soleil de plomb. Une pensée compatissante pour les danseurs dans leur tenue d’apparat, souvent couvrantes et probablement pas des plus adéquates par +30°C. Après, qui aurait pu prévoir qu’il ferait 30°C début septembre, hein ?

elsipogtog 2015 powwow elsipogtog   rexton big cove pow-wow

Si vous avez l’occasion d’assister à un pow-wow, dépassez votre timidité et n’hésitez pas à aller voir cette cérémonie de vos propres yeux. Une expérience enrichissante dans une facette culturelle du Canada dont on ne parle pas beaucoup.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Sortie : les phoques de Kouchibouguac

Sortie : les phoques de Kouchibouguac

Sur notre lancée de sorties ce mois d’août, nous sommes allés au parc de Kouchibouguac (qui s’écrit comme il se prononce) (« cou-chi-bou-gwak ») (mot compte triple) pour voir une colonie de phoques.

_1110592

Rendez-vous à 8 heures au Cap Saint Louis pour un petit briefing et récupérer l’équipement. Évidemment, certains éléments du matériel ne se prêtent PAS DU TOUT aux facéties.

WP_004397

Nous étions six dans le canot, ce qui était une bonne taille pour poser des questions au guide accompagnateur fort sympathique.

_1110627

Armés d’avirons, nous avons pagayé pendant une vingtaine de minutes avant de s’arrêter pour écouter une présentation de l’histoire et des coutumes des Mi’kmaq. Le canot est en fait doté d’un petit moteur électrique qui nous permet de continuer à avancer sans pagayer, pour reposer nos bras peu résistants déjà endoloris.

Encore une dizaine de minutes de pagayage, puis c’est une présentation des oiseaux du parc.

Nous accostons enfin à l’île des phoques. Ils sont là, et comment : il y en a 500. Voui Madame, voui Môssieur. 500 phoques.

On comprend enfin pourquoi nous avons été dotés d’une paire de jumelles chacun.

WP_004422-bis

C’est pour mieux voir les phoques mon enfant ! On les voit assez mal sur nos photos : repérez la longue bande noire qui dépasse de la plage en arrière-plan : tout ça, ce sont des phoques.

_1110598

En effet, c’est un peu décevant mais évidemment, on ne peut pas approcher des phoques comme dans un zoo, CQFD. Nous sommes arrivés à environ 300 mètres de la colonie, en nous rapprochant subtilement à pas de loup en se camouflant derrière les touffes d’herbe (en fait non).

Une fois la barre des 200 mètres franchie, un gros quart de la colonie s’est jetée à l’eau d’épouvante en nous voyant/entendant/sentant. Spectacle qui n’en reste pas moins hilarant, d’ailleurs (« TOUS À L’EAU LES HUMAINS ARRIVENT ILS SONT TROP PRÈS ÇA EMPESTE MAYDAY MAYDAY ! » – alors que nous n’étions qu’amour et envie de prendre tous les phoques dans nos bras pour leur faire un gros câlin collectif).

Pour vous consoler, voici ce que nous avons vu dans nos jumelles :

phoque gris kouchibouguaccolonie phoques canot voyageur oh hai seal

En reprenant la mer, le guide nous parle du mode de vie des Acadiens dans le parc au XIXe siècle, et nous pagayons silencieusement avant de revenir au port. Martine adore le calme incroyable quand on est si près de l’eau… En tout, la sortie aura duré trois heures. Nous vous la conseillons pour l’incroyable chance d’approcher une colonie de phoques et d’en savoir plus sur le parc ; par contre, n’ayez pas trop d’illusions sur le fait d’approcher les phoques de vraiment près. Et attention aux courbatures de l’épaule le lendemain !

_1110637

Au retour, n’hésitez pas à vous arrêter au restaurant La Sagouine à Bouctouche pour une bonne râpée, crêpe râpée ou poutine râpée (vous avez le choix de la râpure !) avec de la mélasse, du sucre roux ou du faux sirop d’érable, ce serait dommage de manger léger après une sortie si sportive, hein (ci-dessous, une râpée).

_1110641

Sortie en canot voyageur

Cap Saint Louis, route du Cap Saint Louis, Saint Louis de Kent

  • Réservations au 506 876 2443 ou à l’accueil du parc.
  • Visites en français le mercredi et le samedi, départ à 8 h 30
  • Jusqu’à dix personnes, 35 dollars par adulte

 

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tranches de vie : août 2015

Tranches de vie : août 2015

Quel mois d’août, chers amis ! Nous n’avons pas arrêté. Littéralement.

Autumn is coming. Pas de temps à perdre, il faut se dépêcher de faire toutes les activités possibles et inimaginables en un mois chrono et ne perdreuaucuninstantçaurgeletempsfilevitevitevivite.

Bref, août, un mois riche en émotions. Pour commencer, nous avons fêté dignement le 3Xème anniversaire de Martin en bonne compagnie.

_1100687_1100669Martin avec une casquette : un document rare.

Dieppe a été le théâtre de l’International du cerf-volant (sic), un joli spectacle haut en couleurs avec des cerf-volants spectaculaires.

WP_004317WP_004322WP_004372WP_0043622015-08-11 12.57.18

Nous avons également organisé un dîner de réseautage entre Français, et espérons renouveler l’expérience cet automne. Merci aux personnes qui ont fait le déplacement, c’était très sympa pour nous. Dites-nous en commentaires ou sur Facebook si un autre dîner vous intéresserait !

WP_004196-bis

Nous avons aussi été plusieurs fois à la plage Parlee, à 25 minutes en voiture de chez nous. Cette plage, vantée de longue date comme la plus chaude du coin, est effectivement tout à fait praticable, voire bien plus chaude que le lac Léman les eaux de Bretagne. Nous nous sommes réellement baignés, plusieurs fois, et nous le prouvons !

     WP_004004 WP_004009 WP_004024^juste à gauche : le coude de Martine est dans l’eau ! Donc, le reste de son corps aussi. Elle s’est baignée. CQFD.

En plus de cela, nous sommes allés sur l’Île du Prince Édouard, avons assisté à la Fête de l’Acadie, sommes allés voir des ours, sommes partis à la découverte d’une colonie de phoques en canot (chronique à suivre)

_1110588avons arpenté les sentiers de Moncton en vélo (chronique à suivre)

WP_003977et randonné dans le parc du Fundy (chronique etc.).

_1110700

PFIOUUUU ! Quel programme ! Arriverons-nous à tenir le rythme en septembre ? Il nous reste grosso modo un mois et demi avant de commencer à hiberner en attendant la neige, vous comprendrez donc notre empressement.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Sortie : les ours de Little Big Bear Safari

Sortie : les ours de Little Big Bear Safari

À une heure et quelque en direction de Kouchibouguac à partir de Moncton, prenez un aller simple pour l’émerveillement dans sa forme la plus pure : voir des nounours grandeur nature.

Pour apercevoir les mignons plantigrades dans leur milieu naturel, nul besoin de lever tôt : on privilégie la nuit tombante, et le safari photo commence vers 18 h 00-18 h 30 selon la saison. Ni dans un zoo, ni en pleine brousse, nous sommes dans une forêt aménagée, où les ours ont manifestement leurs habitudes.

Emmenés dans une tour d’observation où le silence est de mise pour que les ours viennent à nous, nous apercevons notre premier spécimen… dès l’arrivée en bus, et c’est à trois mètres de deux ours adolescents affamés que nous grimpons dans notre tour d’ivoire, endroit rêvé pour laisser la magie opérer.

ours kouchibouguac little big bear safari moncton canada blog chat candidats des provinces nouveau brunswick pcnb entrée express initiativé stratégique avantage francophone résidence permanente

Plus que des bêtes sauvages, ce sont des animaux semi-sauvages qui viennent ici appâtés par les croquettes de « Papa Bear », alias le propriétaire de Little Big Bear Safari. Mais lui seul a le droit de les nourrir dans la main, voire de leur décrocher un bisou sur la truffe. Nous, néophytes ignorants, nous contenterons d’admirer, du haut de notre plateforme à quatre mètres de haut, le ballet des ours.

L’apparition est toujours un moment magique. Ai-je bien vu une grosse peluche avancer à travers les arbres ? Est-ce mon imagination ? Les animaux arrivent un peu patauds, se dandinant, prêts à se délecter des croquettes pour ours cachées un peu partout.

Au total, pas moins de douze ours sont venus ce soir-là, dont une mère et ses trois petits du printemps, adorables nounours griffus de quelques mois et déjà de la taille d’un petit labrador.

Quand un mâle s’approche, le grabuge commence. D’adorables nounours, ils redeviennent surtout les bêtes féroces qu’ils n’ont jamais cessé d’être, qui se battent pour leur territoire à grands coups de griffes, et l’on pressent qu’il vaudrait mieux ne pas croiser un spécimen de mauvais poil au détour d’un sentier. Notre tour d’observation redevient un refuge plutôt qu’une vigie, et nous réalisons l’ampleur du travail de Papa Bear, capables de les approcher sans se prendre une droite fatale.

La tension redescendue, maman ourse attend patiemment que sa portée fasse de même : qu’elle redescende. Ce qui ne va toujours sans mal.

ours little big bear safari nouveau brunswick Oups… ? Maman ? CHUIS COINCÉÉÉÉÉÉÉÉ !

ours oursons nature orignal canadaMaman Ours prête à tabasser quiconque menace ses petits. Et Petits Ours prêts à prendre la tangente au moindre danger, faut pas déconner non plus.

Le calme revenu et toutes les croquettes avalées, la famille s’en va paisiblement au cœur de la forêt dans un décor digne de Bambi. Et c’est reparti pour un petit tour d’émerveillement.

ours moncton kouchibouguacMagique, non ?

Little Big Bear Safari

4120 route 480, Acadieville

1 506 775 2354

Ouvert de mai à octobre

Prévoir un téléobjectif, une petite laine et de l’antimoustique. Deux heures dans la tour d’observation. À partir de 5 ans.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !