Archives de
Étiquette : hiver

L’automne au Nouveau-Brunswick

L’automne au Nouveau-Brunswick

Comme tout le monde en ce moment, des blogueurs aux personnes normales sur Facebook, au Canada ou en France, on se doit de faire une chronique sur l’automne, c’est de rigueur. Et de saison. Allez voir ici, ou , ou sur n’importe quel réseau social, et vous n’aurez qu’à vous baisser pour trouver des photos de feuilles d’automne à la pelle.

Mais que dire ? L’automne ici, c’est vraiment surfait.

Tous les arbres sont défectueux et prennent des couleurs maladives qui font mal aux yeux. Les températures sont douces jusqu’au 15 octobre, le soleil brille à qui mieux mieux et rend les gens agressifs dans la rue, excédés par tant de luminosité pas du tout de saison.

Tout est exécrable.

_1120513_1120792Épouvantable._1130009_1120435

Cauchemardesque._1120270_1120398

Criard._1120969 _1120970Absurdement coloré._1120950 _1120956

Ridicule._1120534_1120548-bis

Toutes ces couleurs donnent des migraines ophtalmiques à tour de bras.feuilles automne canada moncton nouveau-brunswick

Bref, rendez-nous l’automne tel qu’on le connaît : gris, pluvieux, morne ! Vivement novembre !

captain second degré canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants brune[je mets toujours ce logo par égard pour les nouveaux lecteurs, mais en vrai, vous savez qu’on a un humour bizarre non ?]

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Trois jours à Québec : nos endroits préférés

Trois jours à Québec : nos endroits préférés

Fin avril à début mai, nous avons reçu la visite de notre chère famille, et pas n’importe laquelle : nos deux mamans, venues ensemble nous rendre visite l’espace de quinze jours. C’était évidemment agréable de les revoir après six mois, et de leur montrer notre nouvelle région d’adoption. Entre une semaine à Moncton et une semaine au Québec, elles ont pu (re-)découvrir le Canada sous un autre jour, celui du pays vu par ceux qui y vivent, à la rencontre de nouveaux horizons authentiques et peu foulés par les touristes. Petit topo prévu prochainement, dès qu’on aura récupéré toutes les photos.

Pour l’instant, prenons les choses à rebours et parlons de notre visite à Québec, escale incontournable et toute trouvée sur la route du retour vers Montréal. À quelque huit heures de route à peine de Moncton (quelle bonne blague), cette ville pourtant souvent décriée comme provinciale et endormie nous a toutes subjuguées.

Un centre historique über mignon, très bien entretenu, bien mis en valeur. Un vieux port ultra agréable avec une vue fantastique, tant côté Château Frontenac que côté Saint-Laurent. Une taille où tout est possible à pied. Une ville haute qui respire la vie et l’authenticité. De chouettes magasins. Des restaurants incroyables. Un patrimoine historique remarquable. Une atmosphère européenne. Une esplanade à couper le souffle.

Bref, ces trois jours ont été riches de découverte ! Voici nos endroits préférés. On a tellement bien mangé que les restaurants auront leur propre chronique la prochaine fois.

Le château Frontenac et la terrasse Dufferin <3

Le lieu préféré de Martine à Québec et peut-être au Canada tout entier. Il faut l’approcher par la rue du Petit-Champlain, alors que le château qui nous surplombe semble toujours inaccessible, ou depuis la rue Saint-Louis, qui découvre progressivement le panorama. Il faut absolument se prendre le château plein les yeux en rejetant la tête vers l’arrière, puis se diriger vers le bout de la promenade pour prendre la pleine mesure de cet hôtel grandiose, du Saint-Laurent et du panorama qui met une grande claque.

_1090034_1090140_1090164_1090130

Le quartier du Petit-Champlain

D’accord. C’est une rue touristique. Avec des boutiques de touristes, des restaurants de touristes, de la musique de touristes. Mais elle n’en reste pas moins un endroit agréable où flâner, avec une petite place ombragée où jouent des musiciens de rue (n’oubliez pas une obole), des restaurants qui ne sont pas des pièges à gogos, des magasins où acheter des souvenirs de qualité, une boutique de fudge où goûter la chose, une boutique de souffleur de verre où admirer le souffleur en action, bref un quartier théâtralisé mais vivant. C’est aussi un petit quartier très sympathique et incontournable entre le château et le vieux port, ne passez pas votre chemin.

_1090105_1080995_1090009

Le vieux Québec

En-dessous du château se trouve un petit dédale de rues toutes plus commerçantes les unes que les autres, comme un Montmartre à la canadienne. Délimité par les remparts (les seuls au nord du Mexique, nous dit-on), le vieux Québec a les ambiguïtés de son homologue parisien : est-il une farce destinée au touristes ou un quartier réellement investi par les Canadiens ? Nous ne le savons pas, mais avons envie de croire qu’il a une âme. Il n’en reste pas moins que les beaux monuments abondent, de l’hôtel de ville à l’édifice Price très Art Deco, le Séminaire, la Place d’Armes (ci-dessous), et que l’atmosphère y est véritablement européenne, ce que nous avons vraiment apprécié.

_1090050Incontournable : la boutique de décorations de Noël ! Tellement incontournable que c’est l’un des rares souvenirs qu’avaient en commun Martine et sa maman de leur venue ici il y a 15 ans… La phrase « on y trouve de tout et surtout n’importe quoi » prend ici tout son sens. Jugez un peu.

_1090063

La rue Saint Jean

Touristique dans le Vieux Québec, cette rue se transforme en petit village authentique hors les murs, avec des petits cafés, l’épicerie J.A. Moisan (la plus vieille de la ville), des petits commerces une jolie architecture… Bref, un joli endroit où aller flâner quand on en a marre du cirque touristique, qui mène à la ville haute, l’assemblée du Québec et la promenade des premiers ministres.

_1090170_1090144

Les remparts

En partant de la Côte de la potasse, on peut les remonter jusqu’à la citadelle (ou inversement) : une jolie promenade verte dans l’Histoire, avec de beaux panoramas sur la ville et des panneaux explicatifs instructifs. À la tombée de la nuit, on trouvera sportifs essoufflés, flâneurs qui profitent des derniers rayons du soleil ou punks à chien…

Le vieux port

Entre la gare et le quartier du Petit-Champlain, le front de fleuve est aménagé avec une jolie promenade verte d’esprit industriel où se côtoient coureurs et cyclistes. On y trouve aussi les halles de la ville, pour ramener plein de produits à l’érable, à la canneberge ou au bleuet. Un peu plus loin, le beau Musée de la civilisation, pour se plonger dans l’Histoire. Et partout, la vue incroyable sur le Saint-Laurent majestueux.

_1080971_1080977

 

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Une semaine au Mexique

Une semaine au Mexique

Début février, Martine se sentait misérable. Elle qui aime voyager, elle se sentait à l’étroit à Moncton, malgré toutes les activités hivernales des plus agréables. Elle voulait aller voir AILLEURS. Elle comparait les prix des billets d’avion pour Montréal ou Québec, désireuse de partir à la (re) découverte de ces belles villes traversées voilà 15 ans. C’est alors que Martin est arrivé avec ses gros sabots.

« Mais pourquoi ne regardes-tu pas les vols pour les Caraïbes ? »

Cette phrase sonna le glas de ses escapades canadiennes, car les prix des billets pour le Sud étaient plus avantageux que pour le Québec. Oui, fidèle lecteur, tu as bien lu : en mars, il était moins cher de prendre l’avion pour le Mexique, la Jamaïque ou Cuba que pour Montréal.

Il n’en fallait pas plus : c’est ainsi que début mars, Martine est partie seule, sac au dos et fleur au fusil, à la découverte de la péninsule du Yucatan, selon l’itinéraire suivant :

  • Cancun
  • Valladolid/Chichen Itza/Coba
  • Tulum/Akumal
  • Cancun/Isla Mujeres

Elle a donc vu des plages…

P1070862P1070883P1080213P1080310

Des ruines maya…

P1070978P1080007P1080114

Des cénotes…

WP_002985P1080037P1080196

Des ruines maya sur des plages…

P1080132P1080155

Des fresques…

P1080225P1070842P1070843

Des spécialités mexicaines…

P1080228P1080043P1070859P1070902Et plein de détails qui font le charme de l’Amérique centrale…

P1080207P1070972P1070962P1080120P1080169P1070924P1080292P1080239P1070834

Bref, le Yucatan, une excellente introduction pour qui n’est jamais allé en Méso-Amérique (comme Martine) et a envie d’un peu (beaucoup) de dépaysement au milieu de l’hiver. Cette région est très touristique et se déplacer est extrêmement simple.

Infos pratiques

Vol : Moncton-Cancun direct avec Air Transat, 450 dollars (environ 320 euros), 4 h 30 environ

Formalités : passeport valide pendant la durée du séjour, pas besoin de vaccins spécifiques

Hébergement :

Budget : environ 250 € sur place tout compris (vraiment !) pour les transports en cars locaux, l’hébergement, les repas, les visites, les nombreuses horchatas…

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Welcome to Snowbank Town

Welcome to Snowbank Town

… bienvenue dans la guerre des tranchées.

Entre le 27 janvier et le 5 février, il est tombé sur Moncton la bagatelle de 150 cm de neige, soit l’équivalent de 27 hivers à Lyon. La ville s’est parée d’un beau manteau immaculé et de superbes congères omniprésentes, transformant le paysage en pays de merveilles hivernal et les rues en tranchées.

Tu étais fatigué.e et tu ne rêvais que d’aller t’asseoir sur un banc ? Il faudra repasser au printemps ! Ou te résigner à t’asseoir sur des bancs de neige [huhu].

snowbank town moncton neige au canada hiver janvier février candidats des provinces résidence permanente initiative stratégique immigration

Suite aux importantes chutes de neige ayant entraîné la perte des trottoirs, nous invitons les piétons à marcher sur la route pendant une durée indéterminée. Cordialement, la mairie de Dieppe.

snowbank town moncton neige au canada hiver janvier février candidats des provinces résidence permanente initiative stratégique immigration 2

Si les poilus avaient habité à Moncton en hiver, ils se seraient sûrement sentis chez eux…

snowbank town moncton neige au canada hiver janvier février candidats des provinces résidence permanente initiative stratégique immigration 3

Un placement stratégique du véhicule est de mise pour éviter les désagréments. La même remarque s’applique au choix de la couleur : en cas de grosses bordées, le blanc est proscrit, autant pour les véhicules que les personnes.

_1070172

La trancheuse Trottoir 2.015 en action : pour des trottoirs nets et précis. Sans elle, c’est l’anarchie piétonne.

P1070316P1070312

Tout prend une allure théâtrale une fois recouvert entouré de plus d’un mètre de neige, vous ne trouvez pas ?P1070306P1070362 P1070404

Oh et comme on le pressentait… Nous vivons officiellement dans un igloo !

tempête de neige nouveau brunswick moncton candidats des provinces initiative stratégique blog résidence permanente snowbank town juno

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
En voyage exploratoire à Moncton

En voyage exploratoire à Moncton

Nous recevons de plus en plus de demandes de « voyageurs exploratoires » de passage à Moncton qui souhaitent nous rencontrer autour d’un café (gnii merci) et pour des conseils sur le voyage en lui-même. Nous allons donc tout résumer ici pour en faire profiter le plus grand nombre.

Le voyage exploratoire au sens du bureau d’immigration est un exercice de style qui consiste à

  • multiplier les rendez-vous avec des personnes et instances susceptibles de vous aider sur un plan professionnel pour montrer que vous êtes proactifs et débrouillards
  • convaincre les agents d’immigration que vous aller trouver un travail rapidement, dans votre branche ou non. Proactifs et débrouillards, donc.

Le reste ne sera qu’une petite partie de votre entretien de fin de séjour à Fredericton. Que cela ne vous empêche pas d’enquêter sur la province d’un point de vue plus personnel. Nous le conseillons même fortement : coût de la vie, logements, loisirs… pour décider si Moncton et la province peuvent convenir à votre style de vie.

P1150997

Côté professionnel

Vous pouvez solliciter les personnes et instances suivantes :

Ce n’est pas grave si tout n’est pas calé depuis la France : vous pouvez très bien prendre rendez-vous quelques jours avant.

Impossible de lister toutes les entreprises de tous les domaines, mais allez voir :

  • l’éventuel syndicat professionnel de votre secteur
  • des entreprises de votre secteur pour voir si elles recrutent et ce qu’elles pensent de votre profil : appelez ou pointez-vous à l’accueil en demandant à voir le RH, ça marche.
  • des professionnels indépendants si vous êtes dans ce cas : proposez un café et un rendez-vous court, et il y a des chances pour que ça marche aussi.

L’important n’est pas de décrocher une promesse d’embauche (ce serait chouette, mais peu courant) mais de rencontrer des entreprises pour commencer à tisser un réseau. Quand vous reviendrez en tant que résident permanent, vous pourrez les relancer. Dans tous les cas, venez avec votre carte de visite et des questions précises :

  • qui embauche ?
  • quelles sont les régions propices à mon métier ?
  • quel est le salaire moyen ?
  • embauchez-vous des travailleurs étrangers avec un visa de travail temporaire ?
  • mon profil intéresserait-il votre entreprise ?
  • si non, que modifier/ajouter à mon profil pour qu’il devienne intéressant ?

Ce sont ces rendez-vous qui devront constituer le gros du compte-rendu exploratoire. Prenez des notes, notamment le nom de l’entreprise, de l’interlocuteur, prenez sa carte de visite. Faites une synthèse chronologique, géographique ou thématique (aide à l’installation, domaine du conjoint A, domaine du conjoint B). Lors de notre entretien, nous étions venus avec notre semaine exploratoire sous forme d’emploi du temps, pour voir immédiatement quand nous avions vu qui. Vous avez droit à des notes, ce n’est pas un examen.

Même si certains rendez-vous ne se passent pas comme prévu ou ne donnent rien, mentionnez-les en trouvant une façon de rebondir (« l’entreprise X ne recrute pas maintenant, mais ce ne sera peut-être plus le cas dans un an… »). Si malgré vos efforts, vous n’êtes pas parvenus à rencontrer telle personne ou entreprise, mentionnez-le quand même, pour montrer que vous avez essayé.

La conclusion ne peut être que :

  • « nous allons trouver du travail dans notre branche »
  • ou « nous n’allons pas forcément trouver du travail dans notre branche mais nous sommes prêts à repartir de zéro dans un autre domaine. »

Si vous parvenez à une autre conclusion, Moncton ou la province ne sont peut-être pas pour vous. Et ce n’est pas grave, il y a plein d’autres chouettes provinces au Canada qui ont leur propre programme de candidats à l’immigration.

Et respirez : l’entretien semble impressionnant, mais généralement, en faisant preuve de réalisme, de proactivité et d’humilité, tout le monde décroche la fameuse lettre d’invitation de la province.

Côté personnel

Vous pouvez aussi contacter d’autres expatriés pour échanger, même si la teneur de vos échanges n’intéressera probablement pas les agents à Fredericton.

Logement :

  • le BnB La feuille d’Or, tenu par la famille Valton, eux aussi expatriés, qui vous donnera une foule de bons conseils

Restaurants et cafés :

 Côté loisirs

Autres suggestions pas utiles pour les procédures d’immigration mais sympas pour apprécier Moncton :

Restaurants/cafés :

Vous allez forcément avoir du temps libre puisque toutes les personnes susceptibles de vous rencontrer rentrent chez elles à 17 heures. Il y aura peut-être un week-end de libre dans votre voyage et des moments où vous ne serez pas en train de stresser pour l’entretien final. Et puis ce sont un peu des vacances, quand même. Dans ce cas :

Hiver :

  • allez du côté du parc Centenaire où on peut louer des raquettes, des skis de fond et peut-être des patins à glace pour pas grand-chose.
  • Vous pouvez aussi vous promener à pied aux parcs Irishtown, Mapleton, St-Anselme…
  • La station de ski de Poley Mountain est à 1 h 30 vers Sussex.
  • À 18 h 30 de janvier à mars le vendredi, chocolat chaud, chamallows et musique gratuits à l’hôtel de ville de Dieppe

Été :

  • allez au contraire vers Bouctouche et sa dune, Shediac et sa plage Parlee (gratuite après 17 heures)
  • Promenez-vous au parc d’Irishtown pour voir des écureuils et sortir de la ville
  • Allez à Magnetic Hill pour le zoo, la côte magnétique, le vignoble Magnetic Vinery
  • un peu plus loin, il y a les inévitables rochers Hopewell, le fort Beauséjour, le parc de Kouchibouguac, Halifax est faisable sur un week-end…

Bon voyage exploratoire !

 P1160495

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
En pleine tempête : guide de survie

En pleine tempête : guide de survie

Vous n’avez pas pu l’ignorer, en début de semaine, le Nord-Est des États-Unis a été frappé par une violente tempête de neige répondant au doux nom de Juno, qui a poussé certaines localités à crier au loup décréter l’état d’urgence. Au final, il ne sera tombé que 20 cm à New York.

Au Nouveau-Brunswick, en revanche, Radio-Canada Acadie a annoncé cette tempête comme toutes les autres : avec sobriété et résignation, en se permettant même des petits commentaires narquois sur son voisin américain bien peu préparé.

Et pendant ce temps, nous, on se demandait de quelle façon le ciel allait nous tomber sur la tête, mi-excités, mi-soucieux, mi-penauds, mi-curieux (à nous deux, ça fait quatre mi-quelque chose. Dora était mi-indifférente, mi-insouciante). Un premier blizzard, ce n’est pas rien, mais tout s’est bien passé, rassurez-vous.

Quelle meilleure occasion de vous faire un topo sur l’avant, le pendant et l’après-blizzard ? Parce que les tempêtes, c’est comme l’attente de la RP et la recherche d’emploi, ça fait partie de l’expérience de l’expatriation au Canada, il faut y passer en gardant le sourire.

Cela dit, il y a tempête et tempête. Les précédentes tempêtes de neige avaient laissé notre cœur de Hauts-Savoyards presque de glace (mais rassure-toi, cher Breton ou Niçois : elles sauront t’émouvoir !), car d’après Météo Canada : une tempête de neige, c’est lorsque 15 cm ou plus de neige sont prévus dans un délai de 12 heures. Rien de bien impressionnant pour qui est né en montagne, donc.

Par contre, le blizzard, c’est quand on s’attend à ce que des vents d’au moins 40 km/h entraînent des réductions généralisées de la visibilité jusqu’à 400 mètres ou moins, en cas de poudrerie, ou de poudrerie avec des chutes de neige, pendant au moins quatre heures. En gros, une autre paire de manches.

Quand il y a blizzard, les conditions sont dangereuses : on ne sort pas pour s’amuser. La plupart des entreprises sont fermées : l’immense majorité des salariés travaillent de chez eux ou chôment, avec ou sans solde. Mardi 27 janvier 2015, l’espace Champlain était fermé, et quand l’espace Champlain est fermé, on peut dire que TOUT est fermé.

Quand il y a blizzard, deux-trois choses sont à retenir :

  • on ne sort pas de chez soi
  • l’électricité peut être coupée
  • l’eau peut être coupée

Partant de là, voyons comment survivre à une bonne grosse tempête hivernale au joli petit blizzard bien cinglant.

Avant

File au supermarché te concocter un placard spécial tempête avec des biscuits apéro, du pain, des biscuits tout court, des fruits secs, du chocolat… Autant d’aliments qui n’ont besoin ni d’être cuits ni d’être réfrigérés (en cas de coupure d’électricité). Mise sur l’aspect réconfortant des aliments, parce que si tu n’as plus l’électricité, on doute très très fort que des branches de céleri et des boîtes de conserve froides te redonne du baume au cœur. Météo Canada préconise des réserves pour 72 heures.

tempête de neige canada nouveauw new brunswick candidats des provinces initiative stratégique résidence permanente juno monctonPas encore au point, notre placard tempête : les saucisses et l’humus, une fois ouverts, on les conserve comment s’il n’y a plus de courant ?!

Rentre tes animaux au chaud, même le chien qui dort dans sa niche d’habitude. Et n’oublie pas le rab de croquettes pour chat, parce que rien de pire qu’un huis-clos avec un chat affamé. Tu pourrais y rester. Sérieusement.

Remplis des bidons ou tes contenants d’eau (au moins 2 litres par personne par jour) pour parer à une éventuelle rupture des canalisations quelque part. Pense aussi aux questions d’hygiène et remplis ta baignoire : avec un seau, elle remplacera ta chasse d’eau.

Équipe-toi d’une lampe de poche, de piles, de bougies, d’allumettes, de bûches si tu as une cheminée… Tout ce qui pourrait faire de la lumière et/ou de la chaleur.

Charge tous tes appareils électroniques utiles et note tous les numéros importants au cas où sur un calepin accessible. Comme Martine, anticipe et préviens tes éventuels clients de la situation, pour ne pas te retrouver comme un rond de flan avec une commande à livrer et une connexion Internet en rade. Comme Martin, appelle ton entreprise pour t’organiser et éventuellement récupérer des documents pour pouvoir travailler de chez toi.

Si le réservoir de ta voiture est presque vide, file le remplir pour éviter qu’il ne gèle, ce serait ballot.

Si vraiment ton employeur est relou et que tu dois aller travailler, prépare un sac avec le nécessaire pour passer la nuit au boulot si jamais tu es coincé. Et une pelle à neige pour le lendemain. De manière générale, au Canada, il est sage d’avoir toujours une pelle à neige sur soi.

Pendant

Reste au chaud ou à la rigueur, va prendre des photos pas loin. Périmètre autorisé : trois mètres autour de la maison, toujours en contact visuel pour ne pas te perdre, c’est très sérieux, surtout si ton garage est loin (dans ce cas, la technique dite « de la corde à linge » mise en œuvre au préalable sera utile).

Garde tes appareils électroniques sur secteur tant que tu peux.

Hiérarchise les aliments à manger en premier selon la disponibilité de l’électricité.

Moque-toi (gentiment) du voisin dont la voiture est ensevelie, du type qui passe en voiture la fenêtre ouverte, des couillons qui font leur footing. Envoie des photos aux amis en France pour les terroriser.

Regarde par la fenêtre en sirotant un bon chai latte et en frissonnant intérieurement à chaque bourrasque, en te disant que tu n’avais probablement jamais vu ça. Et que c’est génial.

Conseils sérieux en cas de coupure d’eau ou électricité :

  • évite d’ouvrir ton frigo ou ton congélateur pour garder les aliments au froid. Si tu as une maison, tu peux les transférer dans une glacière dans ton garage.
  • regroupe toute la famille dans une même pièce pour capitaliser la chaleur humaine (et animale, car il y a fort à parier que tes animaux viendront te coller aussi, les petits opportunistes).
  • ne fais pas ton timide et sollicite tes voisins pour voir s’ils sont dans la même situation ou s’ils ont des conseils. Il y a fort à parier qu’ils aient l’habitude puisqu’ils vivent ça 20 fois par hiver.

tempête de neige canada nouveauw new brunswick candidats des provinces initiative stratégique résidence permanente juno moncton 2

Après

Prévois largement une demi-heure de mou le lendemain pour exhumer ta voiture de sa gangue de neige de glace et de verglas, en repensant aux raisons qui t’ont amené.e au Canada.

Utilise l’eau de la baignoire pour faire une lessive à la main ou tirer la chasse d’eau, histoire de ne pas l’avoir complètement gaspillée.

Invite tes amis pour un apéro avec les denrées périssables de ton placard d’urgence.

Admire l’épaisseur de neige assez inédite (entre 30 et 40 cm, à vue de nez), rigole des pauvres gens dont la voiture est coincée ou la fenêtre ensevelie, et réjouis-toi de toute cette neige sous le soleil…

   _1070130 _1070127  2015-01-28 16.54.34 _1070137Technique de déneigement : tout pousser dans la pelouse, sur les trottoirs… Admirez les monticules en arrière-plan : belle quantité, non ?

2015-01-29 09.09.02

2015-01-29 09.00.53

C’est beau, non ?

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tu sais que c’est l’hiver au Canada quand…

Tu sais que c’est l’hiver au Canada quand…

Tu sais que là, c’est vraiment l’hiver canadien quand…

  • tu as déjà dégivré ton pare-brise de l’intérieur
  • tu ne prends pas ta voiture parce que tu en as marre de la dégivrer en allant au boulot. Et en partant du boulot.
  • tu prends ta voiture tous les deux jours quand même, pour faire tourner la batterie
  • tu n’as plus vu le sol depuis trois semaines, caché sous une épaisse couche de neige
  • ta ville dégaine les chamallows à griller au coin du braséro et le chocolat chaud gratuits lors des événements
  • tu rends compte que le concept du « verglas » est très galvaudé en France.
  • tu mets le chauffage. À partir de -15°C extérieurs. Avant, ce n’est pas vraiment l’hiver.
  • tu prends une deuxième paire de chaussures au bureau pour ne pas mettre de la neige fondue partout
  • il y a des deux types de météo : la neige et le beau temps
  • tu es déjà sorti.e en tenue de ski sans aller au ski
  • ton chat a élu domicile sous une lampe de chevet

hiver canada chat résidence permanente candidats des provinces initiative stratégique moncton nouveau new brunswick

  • tu as déjà eu une goutte au nez gelée (dans un grand moment de solitude)
  • tu ne regardes plus que les prévisions de température ressentie
  • tes cheveux et ton écharpe givrent sous ton souffle
  • ta phrase préférée pour retrouver tes amis est devenue « On va à la patinoire ? »
  • tu laisses ta luge et tes raquettes dans le coffre pour tes balades du week-end
  • tu as déjà conduit avec des gants parce que le volant était trop froid
  • tu as déjà vu plus de neige qu’en trois hivers français
  • tu te maquilles une fois au bureau, car le mascara signale son aversion envers les écarts de température en bavant généreusement
  • tu utilises le siège chauffe-croupion de ta voiture en regrettant de ne pas avoir de démarreur à distance
  • toute ta tenue est en puissance de 2 : deux bonnets, deux paires de gants, deux pantalons, quatre pulls
  • Martin met des chaussons, ce qui ne peut être le signe que d’une apocalypse frigorifique imminente.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Petit réveillon entre amis

Petit réveillon entre amis

Pour le nouvel an, au lieu de perpétuer notre tradition qui consiste à trouver l’hébergement insolite le plus éloigné du monde (yourte au fond de la Loire, gîte dans les Alpes bernoises…), nous avons eu la joie d’être invités par Hélène, Thibaud et Noë de Direction Nouveau-Brunswick.

Nous avons eu la chance de passer une sympathique soirée entre bel apéro réveillonnatoire, discussions endiablées, papouillage de chat et concours de tirs au pistolet Nerf.

Ni Michel Drucker ni Arthur n’étant là pour nous aider à passer le cap de la nouvelle année, nous nous sommes rabattus sur la chaîne météo. Avec un décompte tout ce qu’il y a de moins festif, nous sommes entrés en 2015 sur… une prévision de tempête. C’est ça le Canada !

Bref, une bien jolie soirée en bonne compagnie !

_1060919 _1060920 _1060922 nouvel an réveillon au canada lyon moncton canada nouveau brunswick candidats des provinces résidence permanente chat 3 nouvel an réveillon au canada lyon moncton canada nouveau brunswick candidats des provinces résidence permanente chat 4 nouvel an réveillon au canada lyon moncton canada nouveau brunswick candidats des provinces résidence permanente chatToujours prêt pour mitrailler les cadres de nos hôtes !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Les Liebster Awards

Les Liebster Awards

C’est avec une fierté teintée de joie que nous venons d’apprendre la nomination de notre blog aux Liebster Awards. Nous sommes touchés et souhaitons donc remercier notre imprésario, notre maison de disques et surtout la yétie qui nous a nominés !

Mais les Liebster Awards, c’est quoi ? Dans le fond, c’est la version 2.0 des chaînes qu’on s’envoyait par mail ados pour soit-disant mieux connaître les autres et surtout parler de nous (si tu as moins de 30 ans, tu VOIS de quoi je veux parler). Dans le cas présent, c’est une façon de faire connaître des petits blogs qui ont moins de 200 fans, et de parler des blogs des copains.

Et comme finalement, on aime bien parler de nous, on accepte volontiers de relever le défi Liebster Awards.

j-ai-ete-taguee-pour-le-liebster-award nouveau brunswick canada candidats de sprovinces résidence permanente initiative stratégique francophone

Le principe :

  • Lister 11 faits à propos de toi
  • Répondre aux 11 questions de la personne qui vous a nominé
  • Écrire ses propres 11 questions !
  • Choisir 11 autres nominés !

Argh, pas facile. Comme on est des petits joueurs, on va un peu adapter les règles, OK ?

Révéler 8 faits à propos de notre blog :

  1. on ne s’appelle pas vraiment Martin et Martine
  2. après le blog sur l’immigration, on montera peut-être un autre blog toujours sur le thème du Canada… Affaire à suivre !
  3. Martine voulait faire un blog dès le début des procédures mais a rongé son frein plusieurs mois de peur que ça nous porte la poisse
  4. on a choisi un nom rigolo côté français mais qu’on assume moins côté canadien
  5. on a toujours un ou deux articles d’avance
  6. on reçoit des questions de lecteurs toutes les semaines, et ça nous fait extrêmement plaisir ! Merci !
  7. on ne sait pas vraiment qui nous lit, mais de plus en plus de nouveaux venus s’abonnent à notre lettre d’information et à notre page facebook (bienvenue !)
  8. par contre, personne ne nous aime sur Hellocoton ni Expat-Blog
  9. on totalise 14 000 pages vues depuis le début, avec une moyenne de 60 visites et environ 200 pages vues quotidiennes.

Répondre aux questions de la yétie (c’est Martine qui s’y colle)

  1. Pourquoi as-tu choisi ce nom de blog ou ce pseudo ? Les Néo-Brunswi…quoi parce que c’est franchement imprononçable de prime abord et qu’en France personne n’en a jamais entendu parler, du Nouveau-Brunswick.
  2. Pourquoi as-tu lancé un blog ? Conquérir le monde des blogs d’immigration et être publiée Hormis le côté 3615 MAVIE, pour essayer de répondre aux questions que peuvent se poser les futurs immigrants, donner des vrais chiffres, des vrais noms, des vraies infos, tout ce qu’on a eu plus ou moins de mal à trouver pendant nos propres démarches.
  3. Ce que tu aimes avec Internet et les blogs ? Leur potentiel de procrastination intersidéral. Et c’est aussi une plate-forme d’expression incomparable, un superbe moyen de prendre du recul sur ce qu’on voit et vit.
  4. Quels sont tes films préférés ? DRAGOOOOOOONS ! Dragons, Dragons et Dragons !
  5. Quel est ton péché mignon ? Les châtaignes. Le fromage. Le sucré. Ahem. Je suis gourmande et ça se sait…
  6. Le plus grand bonheur pour toi ? Avoir des projets et les concrétiser, que ce soit au niveau professionnel ou surtout personnel (le Canada, un bel exemple d’ailleurs).
  7. Ton plat favori ? Ça ne fait pas doublon avec la question 5, ça ? Probablement une bonne raclette ou tartiflette végétariennes. J’aime bien les edamame, sinon.
  8. La musique/chanson que tu écoutes tout le temps ! L’album Smash des Offspring et la chanson éponyme m’accompagnent depuis toujours.
  9. Un pays, un lieu qui te correspond ? Le Japon, j’adore, j’y suis allée deux fois et je ne compte pas m’en tenir là. Sinon, il paraît que le Canada c’est pas mal…
  10. Ce que tu fais VRAIMENT dans la vie ? Je suis traductrice à mon compte, je traduis des rapports d’organisations internationales et des livres plutôt axés jeunesse/livres pratiques. Sinon, je passe mal de temps à essayer de créer des trucs, que ce soit par l’écriture, la couture, le bricolage…
  11. Tes aspirations pour le futur ? Ce que tu aimerais ABSOLUMENT réaliser un jour : demain, dans 10, 20 ou 80 ans ? Faire le tour du monde et plein de grands voyages, élever un samoyède, vivre en autarcie dans une ferme et monter mon propre zoo sur le thème des animaux mignons, avec des pandas roux, des labradors, des loutres et des bébés phoques. Et puis à force de bosser, je finirai bien par vivre de la traduction littéraire.

Écrire 8 questions (normalement c’est à ce moment-là qu’on se dit que c’est un peu relou, quand même, ces histoires de chaînes…)

  1. Que sais-je ?
  2. Où cours-je ?
  3. Dans quel état gère ?
  4. Pour être sérieux deux minutes : pourquoi tu blogues ?
  5. Quelles sont tes sources d’inspiration ?
  6. Tu as combien de visiteurs/visites mensuels ?
  7. Quels sont les blogs que tu lis tous les jours ?
  8. Qu’est-ce que ton blog t’apporte ?

Les 5 nominés sont :

Bon courage et désolée, hein !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tranches de vie : petits et grands changements / n°3

Tranches de vie : petits et grands changements / n°3

Beaucoup de changements ont eu lieu récemment dans le quotidien de Martin et Martine, changements en apparence insignifiants mais qui veulent dire beaucoup pour nous.

Martin a reçu son nouvel ordinateur. Vous saurez peut-être que Martin est un joueur invétéré, cyberdépendant, irrécupérable. L’ordinateur, c’est sa vie, sa drogue, et comme tout drogué au bout d’un mois de sevrage, ce n’était pas beau à voir. L’arrivée de son nouveau pc, synonyme de soirées endiablées, de parties effrénées (et du début de sa recherche d’emploi, aussi *c’est c’la, ouiiiii*) a pour lui été un grand soulagement.

Internet rogers bellaliant teksavvy canada nouveau-brunswick résidence permanente candidats des provinces initiative stratégique

Martine, laissant Martin récupérer le temps perdu avec son cher et tendre lors de retrouvailles aussi émouvantes qu’intenses, est partie le week-end dernier à la découverte de la plage de l’Aboiteau : du sable fin, une eau bleue… et une température négative susceptible de surgeler illico quiconque se risquerait à se baigner (pas beaucoup de candidats à la surgélation, on en convient).

_1060327 _1060336  _1060350 _1060354

 Sur le plan professionnel, Martin a commencé à suivre des cours d’anglais au MAGMA : des cours de conversations pour améliorer son aisance orale. À raison de trois heures par jour pendant une durée indéterminée, il devrait vite progresser. On vous en dira plus bientôt.

Martine est allée faire une semaine d’essai chez Workspace Moncton, espace de travail partagé, dans l’espoir de retrouver la folie douce chouette ambiance de la Cordée à Lyon, de réseauter et de faire des connaissances. Pour l’instant, ce lieu qui ne compte que cinq coworkers ne promet pas encore de folles soirées, mais comme disait Gandhi : be the change you want to see in the world. À elle, donc, d’amener les pistolets Nerf, son coussin péteur et sa bonne humeur pour secouer un peu tout ça. Workspace, tiens-toi bien, elle arrive pour de bon le 1er décembre !

WP_002730C’est trop sérieux, tout ça ! Il nous faut une ou deux peluches marionnettes et une guitare !

Pour Dora, par contre, pas de changement : elle squatte toujours les sacs de couchage en attendant des jours meilleurs. Vous êtes nombreux à s’inquiéter de sa santé, mais rassurez-vous : elle est passée en mode hibernation à cause du froid mais a retrouvé son caractère vif et joueur. L’horrible avion (et les horribles heures de voiture, l’horrible premier appart de transition, l’horrible deuxième appart de transition, l’horrible arrivée dans notre chez-nous), tout cela est derrière elle, désormais.chat déménagement conteneur wms moving nouveau brunswick canada cymico candidats des provinces résidence permanenteOn vous assure, ce regard en apparence mi-perplexe mi-endormi veut vraiment dire « Tout cela est derrière moi désormais ».

Dernier changement, et pas des moindres : vous le savez peut-être si vous nous suivez sur Facebook, nos meubles sont enfin arrivés. Nous sommes actuellement dans une période d’hystérie matérielle où nous nous roulons de joie dans nos plaids, nos vêtements et notre batterie de cuisine (pas facile de se rouler dans une batterie de cuisine, d’ailleurs), incapables d’en parler sans glisser des cris de joie tous les deux mots. Pour fêter cette arrivée quand nous aurons retrouvé nos esprits, nous vous proposons une semaine spéciale emménagement dès lundi !

Oh. On allait oublier. Une bonne nouvelle n’arrive jamais seule : à la faveur du Vendredi Fou, nous sommes désormais les heureux propriétaires d’une presse à panini, machine encore plus dingue que l’appareil à croques. Une petite presse à panini pour l’Humanité, un bond de géant pour nos estomacs.

croque monsieur canada nouveau new brunswick déménagement conteneur wms moving brune résidence permanente candidats des provinces inittative stratégique moncton

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !