Archives de
Étiquette : direction nouveau-brunswick

En pleine tempête : guide de survie

En pleine tempête : guide de survie

Vous n’avez pas pu l’ignorer, en début de semaine, le Nord-Est des États-Unis a été frappé par une violente tempête de neige répondant au doux nom de Juno, qui a poussé certaines localités à crier au loup décréter l’état d’urgence. Au final, il ne sera tombé que 20 cm à New York.

Au Nouveau-Brunswick, en revanche, Radio-Canada Acadie a annoncé cette tempête comme toutes les autres : avec sobriété et résignation, en se permettant même des petits commentaires narquois sur son voisin américain bien peu préparé.

Et pendant ce temps, nous, on se demandait de quelle façon le ciel allait nous tomber sur la tête, mi-excités, mi-soucieux, mi-penauds, mi-curieux (à nous deux, ça fait quatre mi-quelque chose. Dora était mi-indifférente, mi-insouciante). Un premier blizzard, ce n’est pas rien, mais tout s’est bien passé, rassurez-vous.

Quelle meilleure occasion de vous faire un topo sur l’avant, le pendant et l’après-blizzard ? Parce que les tempêtes, c’est comme l’attente de la RP et la recherche d’emploi, ça fait partie de l’expérience de l’expatriation au Canada, il faut y passer en gardant le sourire.

Cela dit, il y a tempête et tempête. Les précédentes tempêtes de neige avaient laissé notre cœur de Hauts-Savoyards presque de glace (mais rassure-toi, cher Breton ou Niçois : elles sauront t’émouvoir !), car d’après Météo Canada : une tempête de neige, c’est lorsque 15 cm ou plus de neige sont prévus dans un délai de 12 heures. Rien de bien impressionnant pour qui est né en montagne, donc.

Par contre, le blizzard, c’est quand on s’attend à ce que des vents d’au moins 40 km/h entraînent des réductions généralisées de la visibilité jusqu’à 400 mètres ou moins, en cas de poudrerie, ou de poudrerie avec des chutes de neige, pendant au moins quatre heures. En gros, une autre paire de manches.

Quand il y a blizzard, les conditions sont dangereuses : on ne sort pas pour s’amuser. La plupart des entreprises sont fermées : l’immense majorité des salariés travaillent de chez eux ou chôment, avec ou sans solde. Mardi 27 janvier 2015, l’espace Champlain était fermé, et quand l’espace Champlain est fermé, on peut dire que TOUT est fermé.

Quand il y a blizzard, deux-trois choses sont à retenir :

  • on ne sort pas de chez soi
  • l’électricité peut être coupée
  • l’eau peut être coupée

Partant de là, voyons comment survivre à une bonne grosse tempête hivernale au joli petit blizzard bien cinglant.

Avant

File au supermarché te concocter un placard spécial tempête avec des biscuits apéro, du pain, des biscuits tout court, des fruits secs, du chocolat… Autant d’aliments qui n’ont besoin ni d’être cuits ni d’être réfrigérés (en cas de coupure d’électricité). Mise sur l’aspect réconfortant des aliments, parce que si tu n’as plus l’électricité, on doute très très fort que des branches de céleri et des boîtes de conserve froides te redonne du baume au cœur. Météo Canada préconise des réserves pour 72 heures.

tempête de neige canada nouveauw new brunswick candidats des provinces initiative stratégique résidence permanente juno monctonPas encore au point, notre placard tempête : les saucisses et l’humus, une fois ouverts, on les conserve comment s’il n’y a plus de courant ?!

Rentre tes animaux au chaud, même le chien qui dort dans sa niche d’habitude. Et n’oublie pas le rab de croquettes pour chat, parce que rien de pire qu’un huis-clos avec un chat affamé. Tu pourrais y rester. Sérieusement.

Remplis des bidons ou tes contenants d’eau (au moins 2 litres par personne par jour) pour parer à une éventuelle rupture des canalisations quelque part. Pense aussi aux questions d’hygiène et remplis ta baignoire : avec un seau, elle remplacera ta chasse d’eau.

Équipe-toi d’une lampe de poche, de piles, de bougies, d’allumettes, de bûches si tu as une cheminée… Tout ce qui pourrait faire de la lumière et/ou de la chaleur.

Charge tous tes appareils électroniques utiles et note tous les numéros importants au cas où sur un calepin accessible. Comme Martine, anticipe et préviens tes éventuels clients de la situation, pour ne pas te retrouver comme un rond de flan avec une commande à livrer et une connexion Internet en rade. Comme Martin, appelle ton entreprise pour t’organiser et éventuellement récupérer des documents pour pouvoir travailler de chez toi.

Si le réservoir de ta voiture est presque vide, file le remplir pour éviter qu’il ne gèle, ce serait ballot.

Si vraiment ton employeur est relou et que tu dois aller travailler, prépare un sac avec le nécessaire pour passer la nuit au boulot si jamais tu es coincé. Et une pelle à neige pour le lendemain. De manière générale, au Canada, il est sage d’avoir toujours une pelle à neige sur soi.

Pendant

Reste au chaud ou à la rigueur, va prendre des photos pas loin. Périmètre autorisé : trois mètres autour de la maison, toujours en contact visuel pour ne pas te perdre, c’est très sérieux, surtout si ton garage est loin (dans ce cas, la technique dite « de la corde à linge » mise en œuvre au préalable sera utile).

Garde tes appareils électroniques sur secteur tant que tu peux.

Hiérarchise les aliments à manger en premier selon la disponibilité de l’électricité.

Moque-toi (gentiment) du voisin dont la voiture est ensevelie, du type qui passe en voiture la fenêtre ouverte, des couillons qui font leur footing. Envoie des photos aux amis en France pour les terroriser.

Regarde par la fenêtre en sirotant un bon chai latte et en frissonnant intérieurement à chaque bourrasque, en te disant que tu n’avais probablement jamais vu ça. Et que c’est génial.

Conseils sérieux en cas de coupure d’eau ou électricité :

  • évite d’ouvrir ton frigo ou ton congélateur pour garder les aliments au froid. Si tu as une maison, tu peux les transférer dans une glacière dans ton garage.
  • regroupe toute la famille dans une même pièce pour capitaliser la chaleur humaine (et animale, car il y a fort à parier que tes animaux viendront te coller aussi, les petits opportunistes).
  • ne fais pas ton timide et sollicite tes voisins pour voir s’ils sont dans la même situation ou s’ils ont des conseils. Il y a fort à parier qu’ils aient l’habitude puisqu’ils vivent ça 20 fois par hiver.

tempête de neige canada nouveauw new brunswick candidats des provinces initiative stratégique résidence permanente juno moncton 2

Après

Prévois largement une demi-heure de mou le lendemain pour exhumer ta voiture de sa gangue de neige de glace et de verglas, en repensant aux raisons qui t’ont amené.e au Canada.

Utilise l’eau de la baignoire pour faire une lessive à la main ou tirer la chasse d’eau, histoire de ne pas l’avoir complètement gaspillée.

Invite tes amis pour un apéro avec les denrées périssables de ton placard d’urgence.

Admire l’épaisseur de neige assez inédite (entre 30 et 40 cm, à vue de nez), rigole des pauvres gens dont la voiture est coincée ou la fenêtre ensevelie, et réjouis-toi de toute cette neige sous le soleil…

   _1070130 _1070127  2015-01-28 16.54.34 _1070137Technique de déneigement : tout pousser dans la pelouse, sur les trottoirs… Admirez les monticules en arrière-plan : belle quantité, non ?

2015-01-29 09.09.02

2015-01-29 09.00.53

C’est beau, non ?

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Les Liebster Awards

Les Liebster Awards

C’est avec une fierté teintée de joie que nous venons d’apprendre la nomination de notre blog aux Liebster Awards. Nous sommes touchés et souhaitons donc remercier notre imprésario, notre maison de disques et surtout la yétie qui nous a nominés !

Mais les Liebster Awards, c’est quoi ? Dans le fond, c’est la version 2.0 des chaînes qu’on s’envoyait par mail ados pour soit-disant mieux connaître les autres et surtout parler de nous (si tu as moins de 30 ans, tu VOIS de quoi je veux parler). Dans le cas présent, c’est une façon de faire connaître des petits blogs qui ont moins de 200 fans, et de parler des blogs des copains.

Et comme finalement, on aime bien parler de nous, on accepte volontiers de relever le défi Liebster Awards.

j-ai-ete-taguee-pour-le-liebster-award nouveau brunswick canada candidats de sprovinces résidence permanente initiative stratégique francophone

Le principe :

  • Lister 11 faits à propos de toi
  • Répondre aux 11 questions de la personne qui vous a nominé
  • Écrire ses propres 11 questions !
  • Choisir 11 autres nominés !

Argh, pas facile. Comme on est des petits joueurs, on va un peu adapter les règles, OK ?

Révéler 8 faits à propos de notre blog :

  1. on ne s’appelle pas vraiment Martin et Martine
  2. après le blog sur l’immigration, on montera peut-être un autre blog toujours sur le thème du Canada… Affaire à suivre !
  3. Martine voulait faire un blog dès le début des procédures mais a rongé son frein plusieurs mois de peur que ça nous porte la poisse
  4. on a choisi un nom rigolo côté français mais qu’on assume moins côté canadien
  5. on a toujours un ou deux articles d’avance
  6. on reçoit des questions de lecteurs toutes les semaines, et ça nous fait extrêmement plaisir ! Merci !
  7. on ne sait pas vraiment qui nous lit, mais de plus en plus de nouveaux venus s’abonnent à notre lettre d’information et à notre page facebook (bienvenue !)
  8. par contre, personne ne nous aime sur Hellocoton ni Expat-Blog
  9. on totalise 14 000 pages vues depuis le début, avec une moyenne de 60 visites et environ 200 pages vues quotidiennes.

Répondre aux questions de la yétie (c’est Martine qui s’y colle)

  1. Pourquoi as-tu choisi ce nom de blog ou ce pseudo ? Les Néo-Brunswi…quoi parce que c’est franchement imprononçable de prime abord et qu’en France personne n’en a jamais entendu parler, du Nouveau-Brunswick.
  2. Pourquoi as-tu lancé un blog ? Conquérir le monde des blogs d’immigration et être publiée Hormis le côté 3615 MAVIE, pour essayer de répondre aux questions que peuvent se poser les futurs immigrants, donner des vrais chiffres, des vrais noms, des vraies infos, tout ce qu’on a eu plus ou moins de mal à trouver pendant nos propres démarches.
  3. Ce que tu aimes avec Internet et les blogs ? Leur potentiel de procrastination intersidéral. Et c’est aussi une plate-forme d’expression incomparable, un superbe moyen de prendre du recul sur ce qu’on voit et vit.
  4. Quels sont tes films préférés ? DRAGOOOOOOONS ! Dragons, Dragons et Dragons !
  5. Quel est ton péché mignon ? Les châtaignes. Le fromage. Le sucré. Ahem. Je suis gourmande et ça se sait…
  6. Le plus grand bonheur pour toi ? Avoir des projets et les concrétiser, que ce soit au niveau professionnel ou surtout personnel (le Canada, un bel exemple d’ailleurs).
  7. Ton plat favori ? Ça ne fait pas doublon avec la question 5, ça ? Probablement une bonne raclette ou tartiflette végétariennes. J’aime bien les edamame, sinon.
  8. La musique/chanson que tu écoutes tout le temps ! L’album Smash des Offspring et la chanson éponyme m’accompagnent depuis toujours.
  9. Un pays, un lieu qui te correspond ? Le Japon, j’adore, j’y suis allée deux fois et je ne compte pas m’en tenir là. Sinon, il paraît que le Canada c’est pas mal…
  10. Ce que tu fais VRAIMENT dans la vie ? Je suis traductrice à mon compte, je traduis des rapports d’organisations internationales et des livres plutôt axés jeunesse/livres pratiques. Sinon, je passe mal de temps à essayer de créer des trucs, que ce soit par l’écriture, la couture, le bricolage…
  11. Tes aspirations pour le futur ? Ce que tu aimerais ABSOLUMENT réaliser un jour : demain, dans 10, 20 ou 80 ans ? Faire le tour du monde et plein de grands voyages, élever un samoyède, vivre en autarcie dans une ferme et monter mon propre zoo sur le thème des animaux mignons, avec des pandas roux, des labradors, des loutres et des bébés phoques. Et puis à force de bosser, je finirai bien par vivre de la traduction littéraire.

Écrire 8 questions (normalement c’est à ce moment-là qu’on se dit que c’est un peu relou, quand même, ces histoires de chaînes…)

  1. Que sais-je ?
  2. Où cours-je ?
  3. Dans quel état gère ?
  4. Pour être sérieux deux minutes : pourquoi tu blogues ?
  5. Quelles sont tes sources d’inspiration ?
  6. Tu as combien de visiteurs/visites mensuels ?
  7. Quels sont les blogs que tu lis tous les jours ?
  8. Qu’est-ce que ton blog t’apporte ?

Les 5 nominés sont :

Bon courage et désolée, hein !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Cinq questions à poser à un futur immigrant… ou pas.

Cinq questions à poser à un futur immigrant… ou pas.

Voici les cinq questions à poser à un futur immigrant… Une fois. Mais pas plus.

Pourquoi ? Parce que tout le monde les pose. Tout le temps. À chaque fois qu’on se voit. Dans tous les contextes. Et même que c’est exactement pour ça que j’avais mis en ligne ce blog, pour ne pas me métamorphoser en perroquet savant.

Loin de moi l’idée de paraître mesquine : je suis touchée de l’intérêt pour nos démarches et j’adore tellement qu’on prenne des nouvelles de notre processus d’immigration que j’ai l’impression d’être une licorne sur un arc-en-ciel quand ça arrive. Et même que c’est la deuxième raison qui m’a poussée à mettre en ligne ce blog, pour pouvoir déblatérer m’exprimer de tout mon soûl sans contraintes ni limites, comme vous l’aurez constaté.

Mais là, j’en appelle à votre pitié : cessons le massacre ! On en est à un point où on redoute l’arrivée du sujet du Canada dans la conversation.

Head in Hands

Vous avez trouvé un appart ?

Absolument, d’ailleurs cela fait six mois qu’on loue un appart dans le vide de l’autre côté de l’Atlantique, sans l’avoir visité, parce que la prévoyance, c’est tout à fait nous.

Nous préférons passer quelques jours dans un hôtel ou une location temporaire à notre arrivée, et visiter les appartements nous-mêmes pour nous rendre compte du quartier, des distances, des petits détails pénibles comme les moisissures et l’isolation.

Vous avez trouvé un emploi ?

1/ Cette question me porte à penser que tu ne sais toujours pas ce que je fais dans la vie 2/Trouver un emploi est déjà de la tarte quand on est sur la place, alors je te laisse imaginer à distance.

La plupart des offres d’emploi sont souterraines et n’atteignent pas les sites de petites annonces. Les Canadiens semblent privilégier le réseau et les contacts personnels, chose difficile à mettre en œuvre à distance. Martin cherchera un emploi une fois sur place. Martine fera bouillir la marmite en conservant son activité libérale – mais en étant immatriculée au Canada, évidemment.

Vous avez déjà commencé les démarches ?

Non, on s’est dit qu’on était jeunes et funs et que les démarches c’est pour les faibles, je vais montrer mes seins au douanier en descendant de l’avion, c’est encore ce qu’on a trouvé de mieux pour obtenir un permis de séjour.

Nous avons entamé les démarches voilà deux ans, en demandant un PVT en novembre 2012, à l’occasion de quoi nous nous sommes ramassés comme des grosses crêpes. Loin de rester sur cet échec, nous avons appris l’existence pris connaissance du Nouveau-Brunswick en février 2013 et entamé les démarches officielles en avril 2013. Actuellement, nous sommes sur le point de faire valider notre résidence permanente, la Green Card canadienne. Il ne nous reste qu’un formulaire à faire tamponner : nous pouvons dire que nous sommes à la fin des démarches.

Vous allez rester combien de temps ?

 Il faudrait déjà qu’on parte avant de pouvoir rester.

Vu le temps qu’ont pris les démarches, rester deux ou trois ans semble un minimum. Faute de posséder les pouvoirs extralucides d’une Mme Soleil, nous ne savons vraiment pas du tout combien de temps durera notre aventure canadienne : deux ans, dix ou une vie ?

Alors, pas trop stressés ?

La prochaine fois qu’on me pose cette question, je me change en dragon et je mets le feu à la ville. Voilà.

Non, ça roule. Et vous ?

Et la question complémentaire : On peut venir passer nos vacances chez vous ? Vous envoyer notre fils de 11 ans pour séjour linguistique ? Vous nous conseillez quoi comme visites ?

On se disait justement qu’on allait se reconvertir en agence de voyage et acheter un minibus. Quant à ton fils, tant qu’il n’a pas le permis, je ne peux rien pour lui !

Avec grand plaisir (je suis d’ailleurs la première à harceler nos amis qui s’expatrient… mea culpa), mais déménager est un processus prenant. En ce moment, toute notre attention est focalisée sur la préparation de notre départ ; une fois de l’autre côté de l’Atlantique, toute notre attention sera focalisée sur notre arrivée. Nous vous accueillerons tous avec joie une fois que nous serons installés pour de bon… en 2015 !

Si tu veux nous faire plaisir la prochaine fois qu’on parle immigration, demande-nous si on compte se mettre au hockey, quelle est la situation de la filière fromagère franco-canadienne et simplement, si tout se passe bien avec notre déménagement. Et ne t’acharne pas si tu vois qu’on devient gris et qu’on commence à donner des signes ostentatoires de changement de sujet (« Fait beau, hein ? ») : viens plutôt relire ce blog !

canada nouveau brunswick immigrer candidats des provinces résidence permanente immigrants brune(Ou tout l’article, d’ailleurs 🙂 (Source : Lyon CityCrunch)

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !