Archives de
Étiquette : bouctouche

Sortie : le pow-wow de la première nation Elsipogtog

Sortie : le pow-wow de la première nation Elsipogtog

Quand je dis « powwow », vous pensez à…

A. un groupe de chanteurs a capella ayant eu leur heure de gloire dans les années 1990 ?

B. un rassemblement informel de traducteurs (pour de vrai !) ?

C. un rassemblement d’Améridiens ?

D. la réponse D ?

Le week-end de la fête du travail, nous avons pu assister à un événement qui sort de très loin de l’ordinaire pour nous : le pow-wow annuel de la première nation Elsipogtog (Mikmaq) à Rexton, près de Richibucto et Kouchibouguac.

Arrivés pendant la pause déjeuner, nous sommes comme des poules avec un couteau : les sièges sont réservés aux Anciens, pas d’autres Blancs en vue, on se contente de manger nos nachos debout en se faisant le plus petit possible, ultra-conscients de ne pas être tout à fait à notre place.

Les organisateurs ont tout de même fait de la publicité à leur événement sur le site de l’office du tourisme du Nouveau-Brunswick, et ont installé des panneaux d’interprétation sur le terrain pour les petits bleus comme nous. Y sont décrits les danses, les protagonistes et les tenues d’apparat (le terme « costume » étant considéré comme condescendant, et refusé).

L’animateur au micro fait bien les choses et explique bien ce qu’il se passe : qui est le danseur principal, cette chanson est dédiée au vétéran, levez-vous, restez assis, prenez des photos, rangez vos appareils. L’immense majorité de l’assemblée est elle-même amérindienne et connaît les ficelles du pow-wow, mais pour le reste du public, c’est salvateur.

La cérémonie commence par la « danse de l’herbe », réalisée par les hommes pour bénir le terrain. Remarquerez-vous un détail geek dans l’une des tenues d’apparat ci-dessous ? Si j’ai bien compris, les danseurs réalisent eux-mêmes leur tenue, et y incorporent ce qu’ils souhaitent.

première nation nouveau-brunswick

C’est ensuite l’heure de la Grande entrée. Entrent en scène les chefs, les drapeaux, les danseurs, danseuses, tournant autour du terrain de danse dans le sens des aiguilles d’une montre.

chefs danseurs rassemblement big cove richibuctopowwow première nation rexton

Chaque morceau est interprété au tambour et à la voix avec un groupe d’hommes, représentant différentes tribus d’ici et d’ailleurs (Québec, Ontario), pas forcément Mikmaq d’ailleurs. Une idée de la grande entrée ici (vidéo par « Carolji Forgues », c’est-à-dire pas par nous) :

https://www.youtube.com/watch?v=V0GWuzqk_xM

Vous remarquerez sur les photos que tous les participants n’ont pas l’air ostensiblement Amérindiens. Certains ont évidemment des traits conformes à l’image que l’on se fait des autochtones, mais d’autres sont blancs, d’autres encore métis, d’autres noirs. J’imagine qu’en 2015, les Amérindiens « pur sang » sont relativement rares, et que le métissage est inévitable ; l’important étant surtout de se réclamer d’un héritage pour faire vivre la culture. Dans la vidéo, on voit quelques danseurs au physique non autochtone (à 0:04 en brun et bleu, à 0:30 en bleu et rouge).

danseuses natives pow-wow

Vous remarquerez les couleurs éclatantes. Les motifs jaune, rouge, noir et blanc se dégage du lot : ce sont des couleurs traditionnelles pour représenter le cycle de la vie [LE CYYYYYYYYCLE ÉTERNEEEEEL…] [50 geeks points, tout ça].

big cove richibucto

Après la grande entrée, les danses et chants se sont succédé pendant deux heures environ, sous un soleil de plomb. Une pensée compatissante pour les danseurs dans leur tenue d’apparat, souvent couvrantes et probablement pas des plus adéquates par +30°C. Après, qui aurait pu prévoir qu’il ferait 30°C début septembre, hein ?

elsipogtog 2015 powwow elsipogtog   rexton big cove pow-wow

Si vous avez l’occasion d’assister à un pow-wow, dépassez votre timidité et n’hésitez pas à aller voir cette cérémonie de vos propres yeux. Une expérience enrichissante dans une facette culturelle du Canada dont on ne parle pas beaucoup.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Sortie : les phoques de Kouchibouguac

Sortie : les phoques de Kouchibouguac

Sur notre lancée de sorties ce mois d’août, nous sommes allés au parc de Kouchibouguac (qui s’écrit comme il se prononce) (« cou-chi-bou-gwak ») (mot compte triple) pour voir une colonie de phoques.

_1110592

Rendez-vous à 8 heures au Cap Saint Louis pour un petit briefing et récupérer l’équipement. Évidemment, certains éléments du matériel ne se prêtent PAS DU TOUT aux facéties.

WP_004397

Nous étions six dans le canot, ce qui était une bonne taille pour poser des questions au guide accompagnateur fort sympathique.

_1110627

Armés d’avirons, nous avons pagayé pendant une vingtaine de minutes avant de s’arrêter pour écouter une présentation de l’histoire et des coutumes des Mi’kmaq. Le canot est en fait doté d’un petit moteur électrique qui nous permet de continuer à avancer sans pagayer, pour reposer nos bras peu résistants déjà endoloris.

Encore une dizaine de minutes de pagayage, puis c’est une présentation des oiseaux du parc.

Nous accostons enfin à l’île des phoques. Ils sont là, et comment : il y en a 500. Voui Madame, voui Môssieur. 500 phoques.

On comprend enfin pourquoi nous avons été dotés d’une paire de jumelles chacun.

WP_004422-bis

C’est pour mieux voir les phoques mon enfant ! On les voit assez mal sur nos photos : repérez la longue bande noire qui dépasse de la plage en arrière-plan : tout ça, ce sont des phoques.

_1110598

En effet, c’est un peu décevant mais évidemment, on ne peut pas approcher des phoques comme dans un zoo, CQFD. Nous sommes arrivés à environ 300 mètres de la colonie, en nous rapprochant subtilement à pas de loup en se camouflant derrière les touffes d’herbe (en fait non).

Une fois la barre des 200 mètres franchie, un gros quart de la colonie s’est jetée à l’eau d’épouvante en nous voyant/entendant/sentant. Spectacle qui n’en reste pas moins hilarant, d’ailleurs (« TOUS À L’EAU LES HUMAINS ARRIVENT ILS SONT TROP PRÈS ÇA EMPESTE MAYDAY MAYDAY ! » – alors que nous n’étions qu’amour et envie de prendre tous les phoques dans nos bras pour leur faire un gros câlin collectif).

Pour vous consoler, voici ce que nous avons vu dans nos jumelles :

phoque gris kouchibouguaccolonie phoques canot voyageur oh hai seal

En reprenant la mer, le guide nous parle du mode de vie des Acadiens dans le parc au XIXe siècle, et nous pagayons silencieusement avant de revenir au port. Martine adore le calme incroyable quand on est si près de l’eau… En tout, la sortie aura duré trois heures. Nous vous la conseillons pour l’incroyable chance d’approcher une colonie de phoques et d’en savoir plus sur le parc ; par contre, n’ayez pas trop d’illusions sur le fait d’approcher les phoques de vraiment près. Et attention aux courbatures de l’épaule le lendemain !

_1110637

Au retour, n’hésitez pas à vous arrêter au restaurant La Sagouine à Bouctouche pour une bonne râpée, crêpe râpée ou poutine râpée (vous avez le choix de la râpure !) avec de la mélasse, du sucre roux ou du faux sirop d’érable, ce serait dommage de manger léger après une sortie si sportive, hein (ci-dessous, une râpée).

_1110641

Sortie en canot voyageur

Cap Saint Louis, route du Cap Saint Louis, Saint Louis de Kent

  • Réservations au 506 876 2443 ou à l’accueil du parc.
  • Visites en français le mercredi et le samedi, départ à 8 h 30
  • Jusqu’à dix personnes, 35 dollars par adulte

 

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !