Pense-bête à l’usage de l’expatrié : côté canadien

Pense-bête à l’usage de l’expatrié : côté canadien

Après le pense-bête côté départ, on a pensé qu’un pense-bête côté arrivée serait utile. Comme nous sommes locataires, je n’ai pas mentionné les formalités d’achat d’un logement.

Reprenons : on vous avait quittés à l’aéroport, aussi frétillants qu’angoissés…

Dans l’avion

  • ne pas paniquer
  • ne pas sauter de joie partout dans les allées
  • essayer de dormir

Le jour de l’arrivée

La première semaine

  • obtenir le Numéro d’Assurance Sociale, le NAS, sans lui, point de salut, ni de travail, de sécu ou de permis de conduire
  • acheter une voiture si ce n’est déjà fait
  • souscrire une assurance auto
  • immatriculer la voiture auprès de Service NB sous dix jours pour régler les différentes taxes
  • fixer les plaques d’immatriculation sur le char (les serre-câbles, ça marche bien)
  • prendre une carte prépayée mobile en attendant d’avoir un compte bancaire pour prendre un abonnement
  • acheter du crédit sur Skype, littéralement imbattable pour les appels internationaux
  • appeler la famille pour les narguer rassurer

Les deux premières semaines, à faire dans l’ordre

  • ouvrir un compte en banque
  • trouver un logement
  • demander l’affiliation à Medicare (la sécu)*
  • échanger son permis de conduire français contre un permis du NB *

*sans justificatifs de domicile (bail, RIB), impossible d’obtenir Medicare ou le permis de conduire : fais dans l’ordre, on te dit !

  • souscrire un contrat chez Énergie NB (eau chaude, électricité)
  • souscrire un abonnement Internet
  • éventuellement souscrire un abonnement câble et téléphonie résidentielle
  • souscrire un vrai forfait téléphonique mobile
  • se signaler aux associations d’aide à l’installation
  • mettre son blog à jour pour les hordes de fans en délire qui attendent des nouvelles

Le premier mois

  • aller dédouaner son conteneur
  • récupérer ton conteneur
  • déballer les cartons comme si c’était Noël
  • se signaler au Consulat
  • éventuellement souscrire une assurance habitation (facultative pour les locataires)
  • éventuellement souscrire une assurance médicale privée (qui sera bientôt obligatoire de toute façon)
  • s’immatriculer auprès de Revenu Canada si on monte une entreprise, fût-elle autonome (AHEM Martine, qu’attends-tu ?)
  • commencer les recherches d’emploi ou reprendre son activité autonome
  • réactiver les contacts du voyage exploratoire
  • débuter le réseautage
  • débuter les cours d’anglais si besoin

Les mois suivants

  • s’inscrire à une association pour sociabiliser (attention : on attend Medicare avant de reprendre la boxe thaï ou le vélo sur verglas)
  • voir les possibilités de bénévolat si c’est ton truc
  • adopter les traditions locales
  • rencontrer d’autres immigrants, essayer d’élargir son cercle
  • compléter ses placards avec des articles canado-compatibles : bottes de pluie, manteau résistant à -50°C, sirop d’érable

WP_002749

Les bottes de pluie, c’est en plastique, c’est moche, ça va avec rien mais ça peut te sauver la vie. Surtout en cas de tempête de pluie.

Au bout de trois à six mois

  • recevoir sa carte Medicare : à toi le sport !
  • recevoir sa carte de résident permanent : à toi le champagne !
  • demander une carte de crédit : en tant que poussins fraîchement débarqués d’Europe, nous n’avons pas d’historique de crédit à mettre sous la dent de notre conseiller bancaire en arrivant. Mets ton orgueil de trentenaire au placard et accepte de revenir à la carte Mozaic de tes 16 ans l’espace de quelques mois. De toute façon, 1/tu n’as pas le choix et 2/ tu as toujours une carte Visa/Mastercard française, non ? Bon.
  • prendre l’accent acadien en titi, icitte on parle comme ça de même, là.

On a oublié des choses ? Viens nous dire ça en commentaire !

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire