L’initiative stratégique, Épisode IV/IV : le dossier fédéral

L’initiative stratégique, Épisode IV/IV : le dossier fédéral

Après le bottin provincial, le dossier fédéral semble petit joueur.

Quelques petits documents d’identité et d’état-civil principalement, un prélèvement en ligne simplissime, trois photocopies à faire, seulement 6 formulaires à remplir.

C’est tout ?

Il faut quand même deux étiquettes postales et six photos d’identité où la tête ne doit pas occuper plus des deux tiers du champ et où la largeur entre les oreilles ne doit pas excéder 17 mm.

Sinon, c’est tout.

On envoie ce dossier en même temps que le dossier provincial : au moins, c’est fait ! Une seule enveloppe en recommandé international à 2500 euros et nous sommes a priori tranquilles. Les deux dossiers ne sont toutefois pas étudiés en parallèle mais l’un après l’autre : d’abord le provincial, puis le fédéral. Si ça coince au niveau provincial, notre petit dossier fédéral ne sera directement retourné, sans même avoir été lu.

À la dernière étape du processus d’immigration, c’est l’État fédéral qui octroie la résidence permanente, valable dans tout le pays. En théorie, nous pouvons donc nous établir partoutdans le pays, même au Nunavut si ça nous chante (mais alors ça ne nous chante pas DU TOUT).

Dans les faits, nous engageons à vivre, travailler ou étudier au Nouveau-Brunswick. Il y a même un formulaire pour ça ! Bien évidemment : puisque cette province nous a donné un sérieux coup de pouce en nous « parrainant » via son programme des candidats des provinces, il n’est que logique qu’elle obtienne un retour sur investissement en profitant de nos compétences et de l’argent que nous allons injecter dans l’économie locale. Et depuis presque un an que nous rêvons de Moncton, on peut vous dire que nous n’avons aucune envie d’aller nous installer ailleurs.

 

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réactions au sujet de « L’initiative stratégique, Épisode IV/IV : le dossier fédéral »

    1. Merci Céline et Olivier ! Nous aussi on espère vous revoir bientôt ! On aimerait évidemment arriver plus tôt que l’été prochain, mais ce processus d’immigration nous apprend la patience, c’est certain ! En attendant, on suit vos aventures en famille sur votre blog, ça nous donne déjà l’impression d’y être 🙂

Laisser un commentaire