Et ton amour des voyages, t’en fais quoi ?

Et ton amour des voyages, t’en fais quoi ?

Budapest, ici Budapest ! Martine se délocalise l’espace de quelques jours pour souffler un peu en Europe centrale après un mois complètement délirant bien chargé.

Profitons de cette parenthèse hongroise pour parler un peu de voyage, voulez-vous ? Comme vous le savez peut-être, si Martin aime bien voyager, Martine, elle, adoooooooore voyager, au point que lorsque le bottin nous a demandé d’indiquer toutes nos sorties du territoire depuis 10 ans, nous avons dû rajouter une feuille A4 entière pour ses voyages personnels.

Profitant éhontément des congés non payés presque illimités que lui permet son statut de travailleur indépendant, Martine part relativement souvent en escapades européennes pour moins de 60 euros l’aller-retour.

C’est donc tout naturellement qu’elle s’est intéressée aux possibilités de voyage au départ de Moncton. Après tout, la ville est dotée d’un aéroport d’où l’on peut rejoindre directement  Montréal, Toronto, Halifax, Ottawa, Hamilton (jamais entendu parler ? Nous non plus !) et Newark, ville proche de New York qui lui vaut son titre d’aéroport international. Autant de destinations déjà visitées mais où il faudrait retourner, quand même, histoire d’être sûrs. Voyons un peu.

Moncton – Toronto (2 h 20 de vol) à partir de 300 $ (215 €)

Moncton – Montréal (1 h 40) : à partir de 400 $ (290 €)

Moncton – Newark (2 h 00) : à partir de 650 $ (450 €)

Ah. Bon. D’accord. Bien bien bien. Permettez-moi de déglutir bruyamment avant de poursuivre. GLOUPS.

Moncton est pourtant desservie par une compagnie low cost, WestJet, mais il semblerait que le marché ne soit pas assez mature pour arriver à des prix comparables à ceux d’EasyJet. Ou que les Canadiens préfèrent se déplacer en voiture. Ou que les escapades citadines ne fassent pas recette.

Martine va donc devoir renoncer aux voyages tels qu’elles les connaissaient : en avion et pas cher. Et choisir entre « avion » et « pas cher ». Frustrant quand on pensait que l’Amérique du Nord serait notre terrain de jeu… Mais ce serait mal connaître Martine, la reine des têtes de mule dont le caractère résolu ne renonce pas si facilement.

Quand on fouille un peu :

  • il semblerait que des vols directs soient mis en place pour les Caraïbes au printemps (quand la population menace de péter un boulon collectif pour cause de carence en vitamine D), avec des offres de séjour à moindre coût (pensez à un voyage Marmara pour la Tunisie, et transposez ça dans les Caraïbes).
  • l’aéroport de Halifax est là pour nous sauver la mise, avec des vols directs pour l’Islande, les Caraïbes, la côte Est des États-Unis et même Calgary, en espérant que les pratiques tarifaires soient un peu plus douces au départ de la Nouvelle-Écosse
  • notre province et les provinces environnantes offrent des possibilités de voyage différentes : n’oublions pas que la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard, aussi proches que magnifiques, nous permettront de faire des escapades proches de la nature

Nouvelle-Écosse candidats des provincesSource : Demid/Fotolia via ce site

Enfin, Martine, qui a vraiment très envie d’aller visiter Montréal et Québec, a envie de croire en l’existence de promotions pour des mini-séjours dans ces villes. On ne va pas la détromper, hein ?

La situation n’est pas si désespérée que ça. Nous serons amener à changer nos habitudes, c’est certain. Mais est-ce un mal ? L’intérêt des voyages en Amérique du Nord réside-t-il vraiment dans les villes ? Une amie nous disait que lorsque les Nord-Américains partent en vacances, ils partent camper, se prélasser à la plage, vont partout sauf en ville. À nous de les imiter, de prendre notre voiture, notre tente et notre Camping Gaz et peut-être y trouverons-nous une façon de voyager tout aussi agréable. Et moins chère.

[Flash info dernière minute : les services d’immigration à Fredericton ont bien reçu notre bottin la semaine dernière ! Les réjouissances peuvent commencer de leur côté !]

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réactions au sujet de « Et ton amour des voyages, t’en fais quoi ? »

  1. héhéhé… très bien votre blog, plein de clins d’oeil… ça me rappele des souvenirs, encore relativement tièdes. pour ce qui est du voyage, oui, il va falloir compenser par autre chose. en tout cas, pas par le chocolat, ni les cornichons Amora, croquants comme on les aime… peut-être par les travers de porc… oui, peut-être… Nous aussi, nous voyagions énormément avant d’arriver ici…
    c’est prévu pour quand le grand saut une fois le sésame reçu?

    1. Merci 🙂 Pour la compensation, mon végétarisme me poussera sans doute à privilégier le sirop d’érable mais Martin est preneur pour les travers de porc, par contre !
      Comment vivez-vous le fait de moins voyager ?

      Nous espérons être de votre côté de l’Atlantique au printemps 2014… histoire de laisser le temps à Martine de faire un « dernier » grand voyage avant de se fixer un petit moment en Acadie.

Laisser un commentaire