Déménagement : le bilan

Déménagement : le bilan

Alors, ce déménagement, ça donne quoi ?

En chiffres, ça donne ça :

  • 10 entreprises contactées
  • 6 devis reçus
  • deux semaines de tergiversations
  • un contrat à plus de 8 000 euros
  • 114 colis
  • 40 jours d’attente
  • avoir reçu notre lit, ça n’a pas de prix

_10604626BIS

Après avoir beaucoup hésité, nous avions opté pour WMS Moving, entreprise lyonnaise, surtout sur le critère du prix, il faut bien être honnête. Le discours commercial était un peu le même chez tous les prestataires, seul restaient le prix et le ressenti pour départager tout ça.

Et en fin de compte, que peut-on en dire ? Et bien, nous sommes très satisfaits d’avoir fait confiance à notre ressenti et notre portefeuille. Avoir choisi une entreprise locale et de taille moyenne nous a permis de maîtriser à la fois les coûts et le contact.

En amont, autant Aymeric Ferreaux que Jeremy Boccanera (respectivement responsable commercial et logistique) ont été réactifs lors de nos contacts et ne nous ont jamais laissés en plan. Nous avons eu un unique interlocuteur à chaque phase du contrat, et obtenu des réponses à toutes nos questions (et il y en a eu !).

Le jour du déménagement, nous avons apprécié l’efficacité de l’équipe et le fait qu’Aymeric soit venu en en personne vérifier pour tout se passait bien.

Pendant l’attente, Jeremy nous a orienté vers un site de suivi du conteneur qui a été très pratique, puis nous a promptement mis en contact avec l’entreprise-relais côté canadien, Euro Transport International où Michèle et Khalfi ont aussi été réactifs pour le dédouanement et la livraison. Nous avons dédouané un vendredi, et le mercredi nos meubles étaient chez nous. L’attente globale était raisonnable : 6 semaines, c’est ce qui était annoncé [et bien assez, si vous voulez notre avis].

Le jour de l’emménagement, nous avons eu affaire à une équipe anglophone, ce qui peut être gênant pour communiquer. Les trois déménageurs criaient le numéro du carton amené en entrant dans l’appart pour que nous puissions pointer et vérifier que tout était là.

Seul hic : les cartons avaient été numérotés à la main, ce qui a posé quelques problèmes de compréhension puisque les Canadiens n’écrivent pas les chiffres comme nous : le carton 14 qui se transforme en 76, le 17 qui se transforme en 11… Heureusement, ma liste de colisage décrivait le contenu du carton et on a pu retrouver les quelques cartons « manquants » une fois le conteneur vide.

Selon le devis, nous pensions que tout serait rangé, absolument tout, et qu’on n’aurait pas à lever un orteil. Les déménageurs ont monté les meubles principaux : lit, table, canapé et bureau… et c’est tout. Après, on n’en fait pas une montagne parce que :

  • les incompréhensions, ça arrive,
  • compte tenu de la différence de surface entre notre ancien appartement et celui-ci, on avait déjà décidé que quelques affaires resteraient dans leurs cartons,
  • on était tellement heureux d’avoir un lit que franchement, le monde pouvait s’écrouler, plus rien n’avait d’importance.

Au niveau de la casse, on a eu quelques éraflures sur certains meubles, qu’on imagine normales et en rien de la faute de WMS. Pas de casse au niveau des objets fragiles qui posaient potentiellement problème, pas de moisissures (ma hantise)…

Bref, on est contents. Le seul point perfectible pour l’efficacité était vraiment le remplissage à la main de la liste de colisage et de la numérotation des cartons, mais il nous semble que c’est une broutille face à l’ampleur de la prestation.

chat déménagement wms moving conteneur canada nouveau brunswick candidats des provinces initiative stratégique

Et si c’était à refaire ?

Oulah, la question piège. Même si nous sommes contents de la prestation obtenue, recommencerions-nous pour autant ?

Avec cette entreprise : OUI !

De la même façon ? Pas forcément. Mais au moment des devis, nous n’avions pas tous les éléments en main :

  • le fait que beaucoup d’appartements ont des placards intégrés dans toutes les pièces, ce qui rend inutiles pas mal d’étagères et meubles de rangements
  • le fait que nous allions signer pour un appartement plus petit
  • le fait que dormir sur un matelas gonflable deviendrait vite gonflant [hu hu] [désolés].

Résultat : pas mal de meubles nous encombrent, et avoir payé un conteneur de 30 pieds pour en revendre une partie de ce côté de l’Atlantique, ça fait mal aux fesses. Réfléchissez bien à ce qui vous est indispensable ou non.

Si elle avait eu tous les éléments en main, Martine aurait pris moins de choses pour faire baisser le prix du conteneur et être moins encombrés. Et elle aurait commencé à mettre en vente le reste bien plus tôt. Mais avec des si, on met le Canada en bouteille, non ? Martin, lui, referait tout pareil [facile  à dire quand c’est Martine qui s’est coltinée tous les devis !].

Bref, on a nos meubles, on est contents, la vie est belle.

Clique ici pour t’abonner à notre lettre d’information

Ça vous a plu ? Vous en voulez encore ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réactions au sujet de « Déménagement : le bilan »

  1. Bonjour,

    Question bête : quelle adresse de destination indiquez-vous au déménageur puisque le jour du déménagement vous n’avez pas encore de logement au Canada ?

    Faut-il référencer unitairement pour les douanes tous les objets expédiés et dans quelle(s) langue(s) ?

    Merci pour cet article très pragmatique.

    David

    1. Bonjour David,

      nous avions expliqué la situation au déménageur, et indiqué une adresse provisoire (logement de location, agence d’aide à l’installation…), puis modifié une fois notre logement « définitif » obtenu. Il me semble que pour dédouaner le conteneur, il faut de toute façon un justificatif officiel de domicile (bail, facture).
      Le déménageur nous avait fourni une liste de colisage en français pour les douanes françaises et une liste en anglais pour les douanes canadiennes. Il faut tout déclarer, même si on peut faire des lots (vêtements, livres, DVD…) et heureusement, sinon on ne s’en sortirait pas !

Laisser un commentaire